François Bayrou présente trente orientations pour l'Education

PRÉSIDENTIELLE ors de la cloture d'un de ses forums de campagne, le candidat du MoDem a notamment défendu le métier d'enseignant...

E.O., avec AFP

— 

Le candidat centriste à l'Elysée François Bayrou qui entend installer le verbe "instruire" au coeur de sa campagne électorale, a présenté samedi trente orientations pour refaire de l'éducation française l'une des meilleures au monde.
Le candidat centriste à l'Elysée François Bayrou qui entend installer le verbe "instruire" au coeur de sa campagne électorale, a présenté samedi trente orientations pour refaire de l'éducation française l'une des meilleures au monde. — Fred Dufour afp.com

François Bayrou, qui entend installer le verbe «instruire» au coeur de sa campagne électorale, a présenté ce samedi 30 orientations pour refaire de l'éducation française l'une des meilleures au monde.

Le président du MoDem s'est exprimé lors du discours de clôture du deuxième des quatre forums de sa campagne, qui était consacré à l'éducation. Le premier forum était consacré au «produire en France» et les deux derniers auront pour thème le «contrat social»(11 février) et «la démocratie» (25 février).

 

«50% du temps consacré à la langue française»

«Il faut un contrat de progrès entre l'école et la nation», a expliqué le leader centriste qui entend «garantir les moyens existants» pour l'école dont il fait un thème majeur.

François Bayrou, qui a fait de la lutte contre le surendettement de la France une priorité et proposé de geler pendant deux ans les dépenses de l'Etat, fait donc une exception pour l'éducation mais s'oppose à François Hollande qui entend accroître ses moyens en créant 60.000 postes.

Il a par ailleurs mis l'accent sur la nécessité d'inculquer aux enfants l'apprentissage de la langue. «Je proposerai que, tant que cela est nécessaire, 50% du temps scolaire à l'école primaire soit consacré à la maîtrise de l'écrit (...) et à la langue française», a-t-il martelé.

«Ceux qui mettent les enseignants en accusationne tiendraient pas 2 heures en face d'une classe de collège»

L'ancien ministre de l'Education s'est également lancé lors de son intervention dans une véritable défense du rôle de l'enseignant en dénonçant le procès qui leur a été fait «ces dernières années par des gouvernements de gauche, puis de droite».  «Ceux qui les mettent en accusation, disant qu'ils ne travaillent pas assez, ne tiendraient pas deux heures en face d'une classe de collège», a lancé François Bayrou qui s'est dit opposé à la remise en cause du décret de 1950 qui définit le statut des enseignants, estimant notamment que «la définition du temps de travail est légitime».

Une pierre dans le jardin de Nicolas Sarkozy qui entend redéfinir le métier et les missions des enseignants, suggérant qu'ils pourraient «accepter d'être plus présents dans les établissements» au delà des 18 heures de classe hebdomadaires réglementaires pour les professeurs certifiés et des 15 heures pour les agrégés.

Il s'est opposé à la «réformite» de ses concurrents et prédécesseurs et veut instaurer «un plan de progrès continu, inscrit dans le long terme».