François Hollande enfariné: «Je n'ai pas vu grand chose»

VIDÉO ne jeune femme lui a lancé un paquet de farine lors d'un discours à la Fondation Abbé-Pierre...

M.P.
— 
François Hollande a été enfariné, le 1er février 2012, lors de la présentation du rapport annuel sur le mal-logement.
François Hollande a été enfariné, le 1er février 2012, lors de la présentation du rapport annuel sur le mal-logement. — Capture d'écran/ 20Minutes

C’est au moment où il signait la charte Abbé-Pierre en faveur du logement que François Hollande a été «enfariné». Sur la tribune, face aux membres de la Fondation, le candidat socialiste est resté stoïque (voir vidéo) tandis que l’auteure des faits a été appréhendée par le service de sécurité.

C’est une femme, Claire Seguin, qui lui a jeté un paquet de farine à la figure. Elle a crié au déni de justice après son geste: «J'ai 45 ans et je suis en train d'être  assassinée à Lille par les socialistes», a indiqué «l'enfarineuse», sur LCP. «Je suis à bout de ressources, parce que la loi n'est plus appliquée», a-t-elle expliqué, tout en renvoyant vers son blog, où elle dénonce des atteintes aux liberté et à la vie privée contre sa personne.

Selon Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande, la femme a été placée en garde à vue.

Voir la vidéo:

<object classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase="http://fpdownload.macromedia.com/get/flashplayer/current/swflash.cab"><param name="movie" value="http://player.ooyala.com/player.swf?embedCode=&version=2" /><param name="allowScriptAccess" value="always" /><param name="allowFullScreen" value="true" /><param name="flashvars" value="embedType=noscriptObjectTag&embedCode=5teXZlMzq3l4gaA91Orf_y8kVPPVGByS" /><embed src="http://player.ooyala.com/player.swf?embedCode=5teXZlMzq3l4gaA91Orf_y8kVPPVGByS&version=2"" align="middle" play="true" loop="false" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" type="application/x-shockwave-flash" flashvars="&embedCode=5teXZlMzq3l4gaA91Orf_y8kVPPVGByS" pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"></embed></object>

François Hollande a ensuite reconnu devant la presse «ne pas avoir vu grand-chose». Le candidat socialiste, qui n'a pas perdu son calme après cet «enfarinage» a parlé également d'une «personne irresponsable, qui a essayé d'utiliser cette réunion à d'autres fins». Il a également tenu à relativiser, expliquant que «le principal, c'est d'avoir délivré le message que je voulais prononcer sur le logement».

«Je prends les risques qu'un  candidat doit prendre si je veux aller vers les journalistes, les  Français, si je veux aller dans les assemblées où il y a beaucoup de monde», a-t-il poursuivi, avant de conclure, philosophe: «Ce sont les risques du métier».