Pour Bayrou, Hollande a des idées «dangereuses» sur les retraites

© 2012 AFP

— 

Trente-six pour cent des électeurs pourraient voter pour François Bayrou au 1er tour de la présidentielle, selon un sondage BVA/Le Parisien/Aujourd'hui en France, une proportion en progression mais plus faible qu'en janvier 2007.
Trente-six pour cent des électeurs pourraient voter pour François Bayrou au 1er tour de la présidentielle, selon un sondage BVA/Le Parisien/Aujourd'hui en France, une proportion en progression mais plus faible qu'en janvier 2007. — Thomas Samson afp.com

Le candidat centriste à la présidentielle François Bayrou (MoDem) a insisté ce vendredi lors d'un déplacement en Haute-Savoie sur son «désaccord» avec le socialiste François Hollande, jugeant ses idées «dangereuses», notamment sur la question de l'âge de la retraite.

«Je suis en désaccord avec lui. Il y a des orientations dangereuses et imprudentes dans ce texte», a-t-il déclaré, évoquant les 60 engagements avancés la veille par François Hollande.

«Décider qu'on va se retrouver avec la retraite à 60 ans, c'est revenir en arrière»

«L'idée qu'on va se remettre à dépenser est une idée irréaliste, ça n'existe pas. Et c'est plus grave encore, ça fait revenir en arrière. Il y a un certain nombre de sujets sur lesquels la conscience des Français, la raison des Français, avait bougé. C'est le cas sur la retraite», a-t-il donné en exemple.

«Et là, en prétendant qu'on peut financer, que c'est pas dur (...) de décider qu'on va se retrouver avec la retraite à 60 ans, c'est revenir en arrière», a ajouté François Bayrou lors d'une visite de l'entreprise Meggit Sensorex, fabricant de pièces pour l'aéronautique érigé par le candidat centriste en exemple du «made in France». Il avait déjà critiqué la veille les 60 propositions de François Hollande en jugeant leur financement (20 milliards d'euros) irréaliste.