François Hollande attaqué par la droite pour son «arrogance»

RÉACTIONS a prestation du candidat socialiste dans «Des paroles et des actes» a fait bondir l'UMP et réjoui le PS...

Bérénice Dubuc

— 

Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, débat avec le ministre des Affaires Etrangères, Alain Juppé, dans l'émission «Des paroles et des actes» sur France 2, le 26 janvier 2012.
Le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, débat avec le ministre des Affaires Etrangères, Alain Juppé, dans l'émission «Des paroles et des actes» sur France 2, le 26 janvier 2012. — AFP PHOTO / FRANCE 2

François Hollande était jeudi soir l’invité de l'émission Des paroles et des actes sur France 2. Au lendemain de la prestation du candidat socialiste à l’Elysée, la classe politique réagit.

A droite, en toute logique, la prestation de François Hollande a été sévèrement jugée. Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a ainsi qualifié ce vendredi matin sur France 2 le socialiste François Hollande de «suffisant»: «M. Hollande apparaît très fréquemment comme suffisant, on a l'impression qu'il est déjà installé dans le costume de président de la République, que cela pour lui ne fait aucun doute, qu'il se voit élu, qu'il gouverne déjà», a ironisé le ministre. Il a également écarté tout découragement de Nicolas Sarkozy, qui n'a «aucun doute sur sa victoire».

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a lui aussi critiqué «l’arrogance» du socialiste. Comme on demandait sur Europe 1 au député-maire de Meaux s'il avait découvert un autre Hollande et en était impressionné, il a répondu: «Je découvre une vraie arrogance, qu'Alain Juppé a notée aussi.» «Depuis plusieurs jours maintenant, il en est quasiment à se demander s'il faut une élection, tellement il est certain de gagner, M. Hollande», a ironisé le responsable UMP.

Commentaires en live sur Twitter

Sur Twitter aussi, certains élus et ministres UMP ont commenté en direct l’intervention du candidat socialiste. La thématique de «l'arrogance» supposée de François Hollande a été reprise par le compte officiel de l'UMP, mais aussi par Thierry Mariani, le ministre chargé des Transports. La serial twitteuse Nadine Morano a également appelé jeudi soir le candidat socialiste à «faire preuve de plus de respect du choix à venir des Français: rien n'est joué!».

Interrogée ce vendredi matin sur i-Télé, Nathalie Kosciuszko-Morizet a elle indiqué qu'elle avait «surtout trouvé cette soirée très ennuyeuse». Le secrétaire national de l'UMP, Franck Riester, a pour sa part salué «les analyses rigoureuses et réalistes d’Alain Juppé face à l’arrogance et l’inconsistance de François Hollande».

La victoire «n'est pas encore acquise»

A l’inverse, Daniel Cohn-Bendit, eurodéputé EELV, s'est dit ce vendredi sur LCI déçu par l'intervention du ministre des Affaires étrangères, même s'il «l'aime bien». Indiquant qu'il avait trouvé le candidat PS à l'Elysée convaincant lors de l’émission, il a ajouté: «J'ai surtout trouvé Juppé décevant. Mai j'aime bien Juppé, je trouve qu'il a fait une introspection (…) mais hier, tout avait disparu, il était redevenu l'homme froid qui, avec un sourire arrogant, critiquait l'autre de pouvoir être arrogant, personne n'y croyait».

Pour les socialistes, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a jugé ce vendredi matin sur Europe 1 qu’une victoire de François Hollande à la présidentielle «n'est pas encore acquise».«On est à trois mois de l'élection. Nous devons encore mériter de représenter cette envie de changement sérieux et juste que veulent les Français», a souligné le maire de Paris. «Nous devons rester modestes et François (Hollande) l'est... Il faut bien qu'il se prépare... Il doit donner un sens à la crédibilité de ce qu'il fera s'il est élu président de la République», a poursuivi le maire de Paris.