Bertrand: Hollande «est fâché avec les retraites»

© 2012 AFP

— 

François Hollande est "fâché avec le dossier des retraites", a estimé mardi le ministre du Travail Xavier Bertrand qui chiffre à "20 milliards d'euros" le surcoût de la promesse de M. Hollande de laisser de nouveau partir à taux plein à 60 ans les salariés ayant cotisé 41 ans.
François Hollande est "fâché avec le dossier des retraites", a estimé mardi le ministre du Travail Xavier Bertrand qui chiffre à "20 milliards d'euros" le surcoût de la promesse de M. Hollande de laisser de nouveau partir à taux plein à 60 ans les salariés ayant cotisé 41 ans. — Joel Saget afp.com

François Hollande est «fâché avec le dossier des retraites», a estimé mardi le ministre du Travail Xavier Bertrand qui chiffre à «20 milliards d'euros» le surcoût de la promesse de François Hollande de laisser de nouveau partir à taux plein à 60 ans les salariés ayant cotisé 41 ans.

«Visiblement, M. Hollande est fâché avec le dossier des retraites», «soit il a encore changé d'avis et il doit expliquer comment il finance, soit il s'est trompé et il faut qu'il corrige», a dit le ministre lors de ses voeux à la presse au ministère.

François Hollande avait déclaré dimanche lors de son discours au Bourget que «sans attendre» de remettre à plat la réforme des retraites, «tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé 41 années retrouveront le droit à partir à la retraite à taux plein» Le soir même sur TF1, il chiffrait «entre 4 et 5 milliards» le surcoût de cette mesure sur 5 ans.

Le discours du candidat socialiste représente pour M. Bertrand "l'annulation complète des mesures d'âge de la réforme de 2010 mais c'est aussi revenir en arrière sur la précédente réforme de 2003" et «dès 2018, ce sont 20 milliards d'euros qui manquent à l'appel» dans ce scénario, a ajouté Xavier Bertrand.

Lors de ses voeux, Xavier Bertrand s'en est pris à de nombreuses reprises au programme du candidat socialiste qui vise selon lui à «faire croire que seuls les riches paieront» alors que «la vraie cible fiscale» de François Hollande «ce sont les classes moyennes». «Pour les classes moyennes, ce qui est en train de se préparer dans le projet de François Hollande, c'est une attaque permanente, une attaque sans précédent», a-t-il insisté.