Présidentielle: Le Front de gauche et l'UMP attaquent le discours de François Hollande

POLITIQUE Les réactions se succèdent après le meeting du Bourget...

Matthieu Goar, au Bourget

— 

Thierry Mariani, secrétaire d'Etat aux Transports, au Conseil des ministres le 17 novembre 2010. 
Thierry Mariani, secrétaire d'Etat aux Transports, au Conseil des ministres le 17 novembre 2010.  — AFP PHOTO/BERTRAND LANGLOIS

A peine prononcé, le discours de François Hollande a été très critiqué par l’UMP. «Ce meeting était un bel exercice de verbiage caricatural, mais nous n’avons toujours rien de concret pour donner un cap à la France! Lorsqu’on est candidat à la présidence de la République, on n’est pas là pour parler de soi pendant plus d’une heure!», a déclaré le conseiller politique de l’UMP, Thierry Mariani, avant de s’étonner de la présence de Yannick Noah. «Qui plus est, voir “l’homme qui n’aime pas les riches” qui gagnent plus de «4000 euros par mois» aux côtés du chanteur français le mieux payé qui soit et qui a gagné 3,8 millions d’euros en 2010, soit plus de 10.000 d’euros par jour, est assez surprenant!»

Dans un autre communiqué, Guillaume Peltier revient sur les propositions du candidat PS. «François Hollande dénonce le communautarisme mais propose le droit de vote des étrangers. François Hollande propose d'inscrire la loi sur la laïcité dans la Constitution -elle y figure déjà en son article 1er- mais le PS a refusé de voter la loi contre le port du voile intégral», rappelle le secrétaire national de l'UMP.

A gauche, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon ont également dégainé. «Alors que les français sont préoccupés en priorité par la question des salaires et de l'emploi, ces deux points sont les grands absents de son discours, a écrit dans un communiqué Martine Billard, co-présidente du Parti de Gauche. Tout repose sur un retour hypothétique de la croissance, dont il n'interroge ni son contenu social ni son contenu environnemental.