Le Nouveau Centre de Charette soutient Sarkozy...Le Pen précise le niveau de dévaluation qu'elle souhaite...Hollande présente son programme jeudi prochain...

JOURNAL DE LA PRÉSIDENTIELLE ui a dit quoi aujourd'hui? «20 Minutes» fait le point...

A.-L.B.

— 

Le journal de la présidentielle.
Le journal de la présidentielle. — 20minutes.fr

Chaque jour, dans le cadre de la campagne présidentielle, retrouvez, sur 20 Minutes, l’actualité des hommes et femmes politiques. Annonces, déclarations, bons mots ou même propositions, vous ne raterez rien de ce qui se passe dans le microcosme politique en suivant le journal de la présidentielle…. Pour le meilleur, et surtout pour le pire...

Vendredi 20 janvier, J-92

Hervé de Charette soutiendra Nicolas Sarkozy

Hervé de Charette, député Nouveau centre du Maine-et-Loire et président de Convention démocrate, a annoncé ce vendredi dans un communiqué qu'il soutiendrait Nicolas Sarkozy pour sa réélection. Il a appelé la majorité à «privilégier l'unité et la solidarité» et à «se serrer les coudes». La Convention démocrate avait rejoint la confédération des centres, une alliance des partis centristes qui devait mettre sur orbite la candidature à la présidentielle deJean-Louis Borloo, mais qui se retrouve sans candidat depuis son retrait.

François Hollande veut «retirer nos forces d'Afghanistan, le plus rapidement possible, au plus tard à la fin de l'année 2012»

C'est ce que le candidat socialiste a écrit ce vendredi dans un communiqué, alors que quatre soldats français ont été tués et huit autres blessés ce même jour. «Je renouvelle ma volonté de retirer nos forces d'Afghanistan, le plus rapidement possible, au plus tard à la fin de l'année 2012, en concertation avec nos alliés», écrit-il, avant d'adresser ses condoléances aux familles et proches, puis saluer « l'engagement et le dévouement, parfois poussés jusqu'au sacrifice ultime, de nos forces armées qui doivent être assurées de notre soutien».

...tandis que Marine Le Pen veut «partir le plus rapidement possible pour arrêter de multiplier les morts»

La candidate FN à la présidentielle a critiqué ce vendredi sur BFMTV le fait que «la classe politique toute entière a voté pour l’envoi et le maintien des troupes en Afghanistan (…) François Bayrou était pour, Nicolas Sarkozy évidemment était pour, François Hollande et le Parti socialiste étaient pour, ils étaient tous pour». Estimant que le «bilan est nul» en Afghanistan, elle a ajouté qu'«il ne fallait pas y aller et il faut maintenant en partir le plus rapidement possible pour arrêter de multiplier les morts ».

Le Pen veut un franc estimé entre 0,9 et 1,15 dollar

La candidate FN a indiqué vendredi à l'AFP que son projet économique tablait sur un «franc» situé entre contre un euro aujourd'hui à environ 1,3 dollar, précisant ainsi le niveau éventuel de dévaluation qu'elle souhaite. Ce vendredi matin sur RFI, Marine Le Pen a évoqué une «nouvelle monnaie dévaluée entre 20 et 25% pour créer un choc de confiance et une relance de l'économie». Elle semblait ainsi revenir sur le scénario annoncé la semaine dernière lors du chiffrage de son projet, l'un de ses conseillers économiques, Jean-Richard Sulzer, ayant évoqué une «dépréciation de 9,4% du franc français». Il disait se baser sur une étude de la banque japonaise Nomura.

François Hollande présente son programme le 26 janvier

François Hollande, candidat PS à la présidentielle, va présenter son programme jeudi prochain, a annoncé ce vendredi Manuel Valls, son directeur de la communication. «Jeudi, il présentera le projet présidentiel, le pacte présidentiel, la plate-forme présidentielle (qui) aura forcément un caractère précis avec des éléments chiffrés», a indiqué Manuel Valls à la presse. François Hollande fera cette présentation, ailleurs qu'à son QG de campagne. Il sera ensuite l'invité dans la soirée de l'émission de France 2 «Des paroles et des actes».

Brouille entre Jean-Luc Mélenchon et le Petit Journal

La brouille entre Jean-Luc Mélenchon et l'équipe du Petit Journal continue. Une équipe n'a pas été autorisée à suivre une réunion du candidat du Front de Gauche, et le fait savoir en image... La guéguerre remonte à l'émission du 5 janvier dernier, sur un déplacement de Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly (EELV) à Amiens en soutien au syndicaliste Xavier Mathieu, lors de son procès pour refus de prélèvement ADN. Les deux candidats à l'élection présidentielle se sont rendus sur place «sans jamais se dire bonjour» et en «s'évitant» affirmait Le Petit Journal. Faux, avait rétorqué le directeur de la communication de Jean-Luc Mélechon, qui a accusé cette émission de «tordre la réalité pour faire un bon mot»; «Ils ne sont pas là pour faire du journalisme ! Ils sont là pour faire du spectacle avec des hommes politiques».

Pour Marine Le Pen, François Bayrou «fait du (Jean-Marie) Le Pen»

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a déclaré ce vendredi matin sur RFI que François Bayrou «fait du Le Pen», à propos de son meeting à Dunkerque, jeudi soir. «Bayrou fait du Le Pen, mais tout le monde fait du Le Pen en réalité, avec plus ou moins de succès, il faut bien le dire», a-t-elle déclaré. Le centriste s'est en effet adressé à Dunkerque aux «petits, obscurs, sans-grade», une formule utilisée par Jean-Marie Le Pen le soir du premier tour de la présidentielle de 2002: «N'ayez pas peur de rêver, vous les petits, les sans-grade, les exclus».


France-Paris - Marine Le Pen - par rfi

Vérification faite, Jean-Marie Le Pen a bien parlé des «petits, les sans-grade, les exclus» le 21 avril 2002 (Lire la vidéo de l'Ina, à 3'03)


...Boutin trouve que Bayrou est un copieur

La candidate à la présidentielle du Parti Démocrate-Chrétien Christine Boutin trouve que François Bayrou est un copieur. Sur son compte Facebook ce vendredi matin, elle écrit: «François Bayrou appelle à 'résister'. Allez, encore un appel à transmettre puis un autre à construire et tu auras tout copié!». Le candidat centriste a tenu, jeudi soir, son premier meeting de campagne, appelant le «peuple» à la «résistance».

>> Vidéo du meeting de François Bayrou, jeudi soir à Dunkerque


François Bayrou - Meeting de Dunkerque - par bayrou

...tout comme Jean-Luc Mélenchon...

Le Front de gauche, mené par Jean-Luc Mélenchon, outré par la copie qu'aurait faite François Bayrou à Dunkerque. «Après Marine Le Pen annonçant vouloir 'rendre visible les invisibles', reprise mot pour mot de l’expression lancée par le candidat du Front de gauche devant les ouvriers de Fralib six mois auparavant, voilà que François Bayrou s’essaie à son tour à la copie», indique-t-on dans un communiqué. (Vidéo de Jean-Luc Mélenchon s'adressant aux ouvriers de Fralib à Géménos, le 20 juin 2011, à partir de 5'58)


Discours de Jean-Luc Mélenchon aux Fralib à Gemenos

Morano et «le bazar total» de la campagne d'Hollande

Nadine Morano, ministre de l'Apprentissage, a jugé ce vendredi matin que la campagne du candidat socialiste François Hollande était un «bazar total» sur Radio Classique. «C'est le bazar total dans leur campagne», a-t-elle déclaré, à cause d'une «cacophonie dans sa propre équipe». François Hollande «fait campagne sur une telle improvisation qu'on se croirait revenu en 2007. En fait, on est dans la continuité de la campagne de 2007 avec Ségolène Royal», a-t-elle ajouté. «La France ne peut pas se permettre d'avoir à la tête de l'Etat quelqu'un qui a autant de fébrilité», a indiqué la ministre, «sniper» de l'UMP.

...Tandis que Leonetti juge que «Hollande n'a toujours pas d'idée»

Le ministre chargé des Affaires européennes Jean Leonetti a déclaré ce vendredi matin sur Europe 1: «Dans ce pays, il n'y a pas de pétrole, mais monsieur Hollande n'a toujours pas d'idée». Il réagissait à la proposition du candidat socialiste de bloquer les prix du carburant. Une proposition qualifiée de «bêtise» par le ministre. Selon ce dernier, «on enlève deux centimes à la pompe, et on perd un milliard d'euros pour l'Etat».

Pour Guaino, Sarkozy «n'a jamais baissé les bras» contre le chômage

Pour le conseiller spécial à l'Elysée Henri Guaino, Nicolas Sarkozy «n'a jamais baissé les bras» contre le chômage, a-t-il déclaré ce vendredi matin sur sur Canal +. Mea culpa cependant, ce conseiller a déploré: «On n'est pas arrivés à réduire le chômage», «mais il s'est passé quelque chose depuis 2007, la plus grande crise financière puis économique depuis la seconde guerre mondiale. Ce n'est pas un problème franco-français, c'est un problème européen». La solution serait simple: «Il faut à la fois changer les règles du jeu de la mondialisation, celles de la finance».