Hollande, Joly: Comme deux candidats sur la même scène

POLITIQUE Eva Joly (EELV) et François Hollande (PS) étaient ce jeudi aux Biennales du spectacle à Nantes...

Antoine Gazeau, à Nantes

— 

François Hollande (PS) et Eva Joly (EELV), le 19 janvier 2012, à Nantes.
François Hollande (PS) et Eva Joly (EELV), le 19 janvier 2012, à Nantes. — P.KOVARIK / AFP

Deux candidats, deux cultures. Mais un même rendez-vous: François Hollande (PS) et Eva Joly (EELV) ont parcouru les allées des Biennales internationales du spectacle (BIS), ce jeudi,  à la Cité des Congrès de Nantes. La journée avait commencé par une embrassade sur le quai de la gare... Comme une promesse qui allait en engendrer d’autres, distillées tout au long de la journée.

Royal de luxe pour le 6 mai ?

La loi Hadopi? «Il faut l’abroger, tranche l’écologiste. Et légaliser le partage des fichiers entre particuliers. Remplacer les droits d’auteurs actuels par une contribution des fournisseurs d’accès à Internet, aussi.» Hollande est d’accord: «La loi n’a pas rapporté un sou à la création...» Des annonces, il en a fait d’autres. A la «loi cadre» de Joly, il préfère un «plan national d’éducation artistique et populaire», par exemple. La TVA sur les livres, rehaussée à 7%, il la rétablirait à 5,5%. «Il faut descendre à 2,1%», estime Eva Joly. Pas d’accord sur tout...

Au jeu de l’applaudimètre, le candidat socialiste peut certes revendiquer une bonne longueur d’avance. Devant deux mille personnes, ses bons points distribués à Nantes, «une des capitales culturelles du pays», n’y sont pas étrangers. Ni ses boutades: «Je me demande si je ne vais pas faire venir Royal de Luxe le 6 mai...» Eva Joly, elle, a discuté, rencontré, parfois grondé. Elle a été séduite par l’espace «culture et développement durable», n’a pas fait de discours. Deux candidats, deux cultures.