Hervé Morin a rendez-vous à l'Elysée... Martine Aubry, nouvelle Mme Hollande...

JOURNAL DE LA PRÉSIDENTIELLE ui a dit quoi aujourd'hui? «20 Minutes» fait le point...

A.-L.B., A. S.

— 

Le journal de la présidentielle.
Le journal de la présidentielle. — 20minutes.fr

Mercredi 18 janvier, J-95

Hervé Morin a rendez-vous à l'Elysée vendredi

Selon lepoint.fr, le candidat du Nouveau Centre, Hervé Morin, doit rencontrer Nicolas Sarkozy vendredi à l'Elysée. «Il a été invité par Olivier Biancarelli», un influent conseiller du Président, confirme à 20 Minutes, l'entourage d'Hervé Morin. Officiellement, il ne s'agit de pas de négocier un retrait. D'ailleurs, l'entourage de Nicolas Sarkozy ne confirme même pas la rencontre. Mais les conflits internes au Nouveau Centre avec de nombreux opposants à la candidature d'Hervé Morin et les sondages qui ne décollent pas laissent planer le doute...

Copé souhaite le retour de Borloo dans la famille UMP

Le patron de l’UMP, Jean-François Copé, n’a pas caché son souhait de voir Jean-Louis Borloo jouer un rôle dans la campagne. «Je souhaite que Jean-Louis Borloo soit le plus engagé possible aux côtés de Nicolas Sarkozy, de même que je suis, à titre personnel, très soucieux que nous puissions avoir toujours les meilleures relations avec nos amis radicaux», a-t-il déclaré lors du point de presse hebdomadaire de l'UMP. 

L’opposant de Royal puni

Olivier Falorni, Premier secrétaire fédéral de Charente-Maritime, s’oppose à l’investiture de Ségolène Royal dans son département. Et le PS le punit. Selon lexpress.fr, Falorni a reçu un courrier du directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, pour le prévenir qu'il n'était pas le mandataire du candidat dans ce département, c’est-à-dire qu’il n’est plus le représentant du candidat dans sa région. «On voit là son vrai visage. Elle (Royal) avait peur de m'affronter, alors elle a annulé l'organisation d'une primaire prévue au mois de décembre, quatre jours avant le scrutin», explique Olivier Falorni  au site de l’hebdomadaire. Il envisage désormais une candidature dissidente.      

Joly et Hollande dans le même train

Ils vont bien être obligés de se parler. Jeudi, selon europe1.fr, François Hollande et Eva Joly, candidats à l’élection présidentielle, font tous les deux un déplacement à Nantes, où ils se rendront aux biennales internationales du spectacle. Sans que l’on sache si cela a été coordonné, le socialiste et l’écologiste ont réservé un billet dans le même train. Depuis qu’ils ont été désignés par les primaires de leurs partis, ces deux-là ne se sont jamais rencontrés, toujours selon le site de la radio. Voilà en tout cas une bonne occasion de reparler de l’accord entre leurs deux partis.

Martine Aubry, nouvelle Mme Hollande

C’est une anecdote savoureuse racontée par lemonde.fr. Mardi, dans le TGV Paris-Thionville le contrôleur SNCF tombe sur Hollande et Aubry assis face à face. Il demande alors à prendre une photo du candidat. Puis désire faire de même avec «Mme Hollande». Mélenchon y trouvera peut-être une inspiration pour son futur roman d’amour.

Besancenot en veut au PS

Philippe Poutou candidat du NPA pour 2012, peine à obtenir les parrainages. Et Olivier Besancenot vole à son secours en critiquant le PS qui, selon lui, a donné une consigne aux élus socialistes pour qu’ils n’accordent leur parrainage qu'à François Hollande. «Il est clair que la direction du PS cherche à édicter un oukase pour priver d'élection présidentielle les candidats de gauche proposés par des partis qui ne vivent pas des institutions », a estimé l’ancien candidat à la présidentielle dans un communiqué.

Frédéric Nihous appelle le Président à l’action

Le candidat à la présidentielle Chasse pêche nature et tradition (CPNT) Frédéric Nihous appelle Nicolas Sarkozy à l’action, après ses vœux au monde rural. «Harcèlement normatif (…) entraves dues à l'écologie punitive et liberticide qui bloque le développement rural et la jouissance normale de nos traditions françaises, dont la chasse (…) Maintenant que le Président a décidé; aux ministres d'exécuter et vite!», écrit-il dans un communiqué.

Pour Copé, Hollande est «celui qui ne décide rien»

Le candidat PS à la présidentielle François Hollande, est «celui qui ne décide rien», a déclaré Jean-François Copé ce mercredi matin sur France Info. Le secrétaire général de l'UMP a dénoncé une «polémique ridicule» dans les rangs socialistes au sujet de la création de 60.000 postes dans l'éducation nationale, qui pourrait figurer au programme de François Hollande.

Des membres de l'aile gauche du Parti socialiste, dont Benoît Hamon, porte-parole du PS, avaient estimé mardi que la création de ces 60.000 postes ne devait pas être menée «par redéploiements». «A trois mois de l'élection présidentielle, François Hollande devient de plus en plus celui qui ne décide rien», a notamment estimé Jean-François Copé.

Jean-Luc Mélenchon aimerait «un jour, écrire un roman d'amour»

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'Elysée, serait un romantique...Il affirme, dans un entretien à Gala daté de ce mercredi, qu'il aimerait bien, «un jour, écrire un roman d'amour», soulignant que «les questions de fusion et d'identité dans l'amour sont passionnantes». Dans cette interview, le candidat évoque notamment de son enfance à Tanger et du «terrible déracinement» à son départ du Maroc en 1962, à 11 ans, pour arriver en Normandie.

Dominique de Villepin regrette que «la bataille pour l'emploi n'ait pas été suivie»

L’ancien Premier ministre, candidat à l’élection présidentielle, estime ce mercredi matin sur Europe 1 que Nicolas Sarkozy n'a pas défini de «priorité» lors de son quinquennat. «C'est la sanction du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Avec l'hyperprésidence, il n'a pas pu changer les choses parce qu'il n'a pas défini de priorités». Avant d'ajouter: «Je regrette pour ma part que la priorité entre 2005 et 2007, la bataille pour l'emploi, n'ait pas été suivie». Pour sortir de la crise, Dominique de Villepin prône l'élargissement du chômage partiel, la priorité aux PME, la formation et l'apprentissage pour les jeunes. Il a ajouté qu'il dévoilerait son programme présidentiel début février.

Sur son compte Twitter, particulièrement actif ce mercredi matin, Dominique de Villepin écrit qu'il «n'en peu(t) plus d'avoir des politiques à mi-temps. Ministre-maire est une aberration. Il faut une interdiction stricte du cumul des mandats» ajoute le candidat, qui détaille depuis le milieu de matinée plusieurs propositions présidentielles.