Montebourg lance son mouvement de résistance

POLITIQUE Le député veut faire vivre ses idées au sein d’un mouvement qui se veut aux côtés de François Hollande...

M.P. avec Reuters

— 

Arnaud Montebourg est l'un des plus farouches ennemis de Jean-Noël Guérini.
Arnaud Montebourg est l'un des plus farouches ennemis de Jean-Noël Guérini. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

«La rose et le Réséda», c’est le nom d’un poème d’Aragon mais aussi, depuis ce mardi, celui du mouvement lancé par Arnaud Montebourg. Le poème appelait à la Résistance, au-delà des clivages religieux et politiques. Le député de Saône-et-Loire, lui, place nettement son mouvement à gauche, «pleinement dans la campagne derrière François Hollande».

«C'est un mouvement qui va mettre dans le débat public toutes les propositions que nous avons portées pendant la primaire», a expliqué sur Europe 1 le troisième homme des primaires socialistes. «Je suis présent aux côtés de François Hollande et nous sommes en communication de confiance parfaite», a insisté «Monsieur 17%». «Le PS a son projet que j'ai approuvé, néanmoins, il est temps de faire avancer les idées», a expliqué celui qui a popularisé le concept de démondialisation, qui prône notamment la mise hors-la-loi des agences de notation.

«Il suffit d'interdire aux agents économiques français de faire usage des agences de notation et les priver de chiffre d'affaires, cela serait déjà un grand progrès», a-t-il expliqué. Il faut que «l'évaluation de la dette publique ne passe que par une Cour des comptes européenne, une agence publique et non plus par des fonctions privées cupides et charlatanesques», a développé le député. «Ce ne sont pas des experts, ce sont des gens qui gagnent d'abord de l'argent», a encore insisté l’ex-candidat aux primaires.