2012: Marine Le Pen dénonce les «investissements massifs» du Qatar en banlieue

© 2012 AFP

— 

Marine Le Pen, présidente du FN, a vivement critiqué vendredi le Qatar, accusé "d'investir massivement" et sur une base communautaire dans les banlieues françaises.
Marine Le Pen, présidente du FN, a vivement critiqué vendredi le Qatar, accusé "d'investir massivement" et sur une base communautaire dans les banlieues françaises. — Joel Saget afp.com

Marine Le Pen, présidente du FN, a vivement critiqué ce vendredi le Qatar, accusé "d'investir massivement" et sur une base communautaire dans les banlieues françaises. Le Qatar a annoncé en décembre la création d'un fonds d'investissement de 50 millions d'euros pour financer des projets économiques portés par des habitants des banlieues.

"Les investissements massifs qu'il fait en banlieue le sont à raison de la proportion très importante de musulmans qui sont dans les banlieues françaises. C'est donc critiquable parce qu'on laisse un pays étranger choisir ses investissements en fonction de la religion de telle ou telle partie de la population ou du territoire français", a dénoncé Marine Le Pen lors d'une conférence de presse. "Ca me gêne que le Qatar ait acheté le Paris Saint Germain" (PSG), club de football de la capitale, a ajouté la candidate du FN à l'élection présidentielle.

«Double jeu» vis à vis des groupes islamistes

Marine Le Pen a aussi jugé que le Qatar pratiquait un "double jeu" vis à vis des groupes islamistes. "Le Qatar est intervenu en soutien d'un certain nombre de groupements islamistes notamment dans les différents printemps arabes, alors qu'il se présente aux démocraties occidentales comme étant un pays éclairé qui n'aurait aucun contact de près ou de loin avec des groupements fondamendalistes", a-t-elle souligné.

Le petit émirat du Qatar est un partenaire politique, économique, financier et militaire privilégié de la France. Cette alliance s'est récemment illustrée en Libye, lorsque le Qatar a appuyé à l'ONU les efforts de la France et du Royaume-Uni pour des frappes contre le régime de Mouammar Kadhafi, auxquelles les forces qataries ont participé.