Présidentielle: Pour Duflot, la candidature de Cantona est symptomatique d'une «maladie de la présidentielle à la française»

M.P.

— 

De la friture sur la ligne entre Cécile Duflot et Eva Joly? En tout cas, la patronne d’EELV a flingué celui qu’Eva Joly avait appelé à former un accord de désistement au second tour, François Bayrou. «Si ne faire aucune proposition, c’est ce qui plait, moi, ce n’est pas mon truc», a-t-elle lancé. Le leader du MoDem «flippe de faire la campagne ‘ni gauche ni droite’ avec Boutin et Douste-Blazy», ajoute celle qui juge que Bayrou, «c’est ni gauche ni gauche». Quant à l’irruption d’Eric Cantona dans la bataille présidentielle, Cécile Duflot estime que c’est symptomatique d’une «maladie de la présidenielle à la française». «C’est la démonstration que pour faire parler d’un sujet, il faut être candidat à la présidentielle», a-t-elle jugé, alors que l’ancien footballeur s’engage pour lutter contre le mal-logement.  «Pour parler d'un sujet politique aujourd'hui, il faut soit être candidat, soit menacer d'être candidat, soit dire qu'on va être candidat», a-t-elle ajouté.