Le 4 janvier 2012 à Pessac, conférence de presse de François Hollande.
Le 4 janvier 2012 à Pessac, conférence de presse de François Hollande. — SEBASTIEN ORTOLA / 20 MINUTES

POLITIQUE

Présidentielle: François Hollande rencontre les syndicats

Cette semaine, le candidat socialiste veut dialoguer avec les organisations...

De notre envoyé spécial

Nouvelle semaine de campagne et nouveaux rendez-vous. Lundi, François Hollande commence un cycle de rencontres avec les principales organisations syndicales. Le 9 janvier, il reçoit Jean-Claude Mailly  de Force ouvrière ainsi que des représentants de la CFTC, de la CFE-CGC, de l’UNSA et de Solidaires. Dans la semaine, Bernard Thibault (CGT), puis une délégation de la CFDT, conduite par François Chérèque seront également reçues.

«Je veux les écouter mais aussi les consulter au sujet de mes idées: le contrat de génération, les emplois d’avenir, le rapprochement entre la CSG et l’impôt sur le revenu», explique François Hollande qui, dans un second temps, pourrait également recevoir les organisations patronales. 

La méthode chaotique de l’UMP

Ce faisant, François Hollande coupe l’herbe sous le pied de Nicolas Sarkozy qui organisera un sommet social le 18 janvier, notamment dans le but de discuter de la TVA sociale. «Ce n’est pas un contre-sommet, je suis simplement dans la consultation. Ce que je peux dire, c’est que leur sommet est improvisé, leur méthode chaotique. On ne met pas en place une telle réforme à quelques semaines d’une élection aussi importante», estime Hollande.

Le candidat socialiste veut également clarifier certains points techniques avec les syndicats dans la perspective d’une victoire à la présidentielle. «La réforme fiscale se fera bien entendu grâce à une loi mais je compte sur le dialogue branche par branche pour des réformes comme le Contrat de génération», conclut Hollande qui mise sur le dialogue. « Parfois, nous aussi la gauche, nous n’avons pas assez parlé avec les syndicats. Parfois, nous avons légiféré trop vite.» En cas de victoire en mai, Hollande a toujours expliqué qu’une de ses premières décisions serait de réunir les partenaires sociaux autour d’une table pour  entamer un cycle de négociations.