La course 2012: L'émergence de Bayrou

EXCLUSIF Selon les résultats du douzième sondage CSA pour «20 Minutes», BFMTV et RMC, le candidat frémit...

Matthieu Goar

— 

Le 15 septembre 2011. Francois Bayrou en interview au quotidien 20 Minutes.
Le 15 septembre 2011. Francois Bayrou en interview au quotidien 20 Minutes. — V. WARTNER / 20 MINUTES

>> L'étude complète à consulter en PDF par ici

Persuadé d'être destiné à l'Elysée, François Bayrou voit ses sondages frétiller. Depuis un mois, le président du MoDem a gagné 4 points et atteint 11 % des intentions de vote, selon l'étude CSA pour 20 Minutes, BFMTV et RMC.

L'homme de la troisième voie, peu concurrencé pour l'instant au centre (Villepin à 2 %, Morin dans les limbes malgré son entrée en campagne), est en avance sur son tableau de marche puisqu'en décembre 2006, il plafonnait entre 7 et 8 % des intentions de vote, selon les différents instituts.

L'unité nationale séduit

Avec son entrée en campagne, ses thèmes de prédilection comme le patriotisme économique ou encore l'unité nationale au-dessus des partis (lire notre zoom) ont pris dans l'opinion et lui permettent d'élargir sa base. « Il progresse beaucoup chez les retraités (14 %, + 8 points) ou encore chez les ouvriers (14 %, + 11 points) chez qui son idée d'“acheter français” a séduit », détaille Jérôme Sainte-Marie, directeur à l'institut CSA. Pour le moment, pas de quoi inquiéter la majorité qui ne cesse de rappeler que Bayrou « appartient à la famille ».

Hollande laisse la porte ouverte

« Dans la dernière ligne droite, Bayrou saura tendre la main à ceux qui sont les moins éloignés de ses idées et avec qui il peut peser dans un gouvernement, lance Christian Vanneste, député UMP du Nord. Mais je comprends qu'il veuille peser. » Analyse radicalement semblable du côté du PS où l'on espère sans le dire que Bayrou, contrairement à 2007, concrétisera son antisarkozysme au soir du premier tour en se prononçant pour François Hollande.

« Je ne comprendrai pas qu'un homme qui a écrit Abus de pouvoir [un livre au vitriol sur Sarkozy] se range derrière le Président. Mais après tout, c'est à Bayrou de répondre à cette question et de dire s'il veut aller jusqu'au bout de son opposition à la majorité », explique Delphine Batho, porte-parole de François Hollande qui a déjà déclaré qu'il serait prêt à accueillir tout soutien.

Le candidat PS, malgré une légère baisse, continue à surfer sur sa popularité avec 32 % des intentions de vote (- 2 points depuis novembre). Un Hollande qui battrait tout de même Sarkozy 58 %-42 % si le second tour avait lieu demain (voir infographie). « Cela démontre surtout que le pilonnage de la droite depuis un mois sur la campagne de Hollande n'a pas touché sa cible », affirme Delphine Batho. « Sarkozy aura beaucoup plus de réserves de voix au second tour ; mais méfions-nous de la multiplication des candidatures au premier », conclut Etienne Pinte, député UMP.