Droit de vote des étrangers: La mesure disparaît (puis réapparaît) de la version socialiste de l'accord PS/EELV

POLITIQUE La députée UMP Valérie Rosso-Debord note que, sur le site du Parti socialiste, le texte a disparu, alors qu'il est toujours présent du côté des écologistes...

Julien Ménielle et Matthieu Goar

— 

Le candidat PS à la présidentielle 2012, François Hollande, le 9 novembre 2011, à Paris.
Le candidat PS à la présidentielle 2012, François Hollande, le 9 novembre 2011, à Paris. — C.PLATIAU / REUTERS

«Le droit de vote et l’éligibilité aux élections locales seront accordés aux étrangers résidant en France depuis cinq ans et plus.»  Ce texte, que l’on peut lire sur la version de l’accord passé entre le PS et EELV mise en ligne sur le site du parti écologiste, a été amendé dans le document publié par le PS. Sauf que la phrase avait tout simplement disparu côté socialiste, a relevé ce lundi la députée UMP Valérie Rosso-Debord.

En effet, si page 9 du document version Europe Ecologie-Les Verts, la promesse conclut bien le paragraphe intitulé «Promouvoir un multilatéralisme rénové et durable», aucune mention n’était visible, ce lundi, sur la page 7 du texte socialiste. «C’est une coquille de notre part. On est en train de le modifier en ligne», a confirmé Solférino à 20minutes.fr qui tient à rappeler que cette proposition fait partie du programme du PS (page 39 du pdf) et que le groupe socialiste déposera jeudi une proposition de loi sur ce sujet. En fin d'près-midi, cette proposition est en effet réapparue. 

Ecologistes et socialistes plaident la bonne foi

« Nous avions placé cette proposition à deux endroits dans le texte final, au chapitre sur les institutions et à celui sur les discriminations. En voulant l’enlever, le PS a dû s’emmêler les pinceaux et l’enlever aux deux mais nous sommes bien sûr d’accord sur cette proposition puisqu’elle figure dans les programmes des deux partis », a justifié Denis Baupin, membre d’EELV qui a finalisé l’accord.

Des tensions étaient nées de la disparition (côté socialiste déjà) d'une partie du texte initial concernant le combustible Mox.