Présidentielle 2012: Pour Mélenchon, Hollande est un «capitaine de pédalo» dans la tempête

POLITIQUE Le candidat du Front de gauche reproche à son homologue du PS d'avoir pris une «ligne centriste» pour 2012...

Avec Reuters

— 

Le président du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, le 6 novembre 2011 à Paris.
Le président du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, le 6 novembre 2011 à Paris. — T.SAMSON / AFP

François Hollande est un «capitaine de pédalo» dans la tempête, estime le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle en France, Jean-Luc Mélenchon, qui reproche à l'élu de Corrèze d'avoir choisi une «ligne centriste» pour 2012.

Dans un entretien au Journal du dimanche, le député européen se prononce par ailleurs pour un référendum sur le nucléaire, qui fait actuellement l'objet de négociations entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-les Verts (EE-LV). Pour Jean-Luc Mélenchon, François Hollande «enrobe de bons mots et de petites blagues une obstination sociale-libérale».

«Tout cela sent beaucoup la carabistouille»

«Pourtant, la gauche gagne les élections quand elle est sur une ligne de gauche et elle les perd quand elle est sur une ligne centriste», poursuit-il. «À présent, à gauche, pourquoi choisir, pour entrer dans la saison des tempêtes, un capitaine de pédalo comme Hollande? Je suis candidat pour que la gauche l'emporte, mais pour changer pour de bon l'avenir», indique-t-il encore. Jean-Luc Mélenchon juge «déplorable» les divergences entre le PS et EE-LV sur la sortie du nucléaire, dont les écologistes font une condition pour trouver un accord électoral avec le PS.

«D'un côté, François Hollande décide tout seul qu'il continue le nucléaire; de l'autre côté, des gens catégoriques disent "il faut sortir du nucléaire". Puis on s'aperçoit qu'ils échangent des centrales nucléaires contre des circonscriptions. Tout cela sent beaucoup la carabistouille», accuse-t-il. Lui-même se prononce pour l'organisation d'un référendum sur le sujet après «un débat approfondi».