Primaires PS: Revivez en direct le lendemain du second tour des primaires

20minutes.fr

— 

François Hollande à son QG, à la Maison de l'Amérique latine, salue ses partisans après sa victoire aux primaires socialistes, dimanche 16 octobre 2011
François Hollande à son QG, à la Maison de l'Amérique latine, salue ses partisans après sa victoire aux primaires socialistes, dimanche 16 octobre 2011 — AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK
20h21: Hollande va négocier avec les Verts
François Hollande évoque enfin l'accord électoral avec les Verts. Il entend bien mettre son nez dans les détails, comme «20Minutes» l'explique ici.
20h20: «Il faut tirer les conséquences des campagnes de 2002 et 2007», explique Hollande.
Le candidat socialiste veut «travailler avec le parti» et se «tourner vers les Français». En somme, il veut décider en dernier lieu.
20h18: Sur la mise en examen de Bernard Squarcini, Hollande s'«étonne» que le patron de la DCRI n'ait pas encore été démis de ses fonctions. Il faut «sanctionner» la faute, dit-il.
20h17: Hollande répète son objectif: donner la priorité à la jeunesse, à l'école. «Concentrer l'effort sur l'avenir», résume-t-il. Il veut tout de même, dans le même temps, limiter le déficit.
20h15: «Je ne veux pas être qu'un candidat anti-Sarkozy», dit le candidat socialiste.
20h14: Sur l'accusation de «gauche molle» de Martine Aubry, Hollande botte en touche. Il insiste sur le rassemblement.
20h05: François Hollande est au JT de TF1 dans quelques minutes. Son interview est à suivre ici.
20h03: Jospin se déclare «disponible» pour la campagne de Hollande
«Mon soutien plein à François Hollande est assuré, acquis, je ne demande rien mais je suis disponible pour l'accompagner et pour être présent dans sa campagne mais c'est lui qui va décider», a déclaré le candidat malheureux à la présidentielle de 2002 sur Canal+. Il a précisé qu'il ne briguait aucun poste ministériel. «Certainement pas, François est dans une tranquillité absolue» sur ce point, a-t-il indiqué. 
19h35: François Hollande est «sans idée», selon Marine Le Pen
La présidente du FN a estimé sur RTL que le candidat socialiste à la présidentielle était «sans idée», «complètement lisse», «sans aspérité». «Il ressemble à tous les autres», a-t-elle poursuivi, ajoutant n’être pas «sûre qu’il soit moins sectaire que Martine Aubry».

18h14: 60% des Français pensent que Hollande battra Sarkozy en 2012
Six Français sur dix prédisent que François Hollande battra Nicolas Sarkozy s'ils s'affrontent au second tour de l'élection présidentielle en 2012, selon un sondage Harris interactive pour M6, RTL et MSN Actualités.  Selon cette enquête parue ce lundi, 60% des personnes consultées pensent que le candidat socialiste l'emporterait sur le président sortant. Ils sont 14% à dire en être certains, tandis que 46% estiment ce scénario «probable». 
18h: François Hollande s'exprimera à 20h sur TF1
Le désormais candidat à la présidentielle sera interrogé dans le journal télévisé de Laurence Ferrari.
17h54: Ségolène Royal de retour au bureau national du PS
Selon Lepoint.fr, un accord a été obtenu entre les partisans de Martine Aubry et ceux de François Hollande pour que la candidate malheureuse aux primaires soit réintégrée au bureau national du parti.
Le site de l’hebdomadaire précise que Ségolène Royal obtient ainsi avoir un poste clé, puisque François Hollande entend faire du bureau national l’organe politique de la compagne présidentielle.
17h49: François Hollande a remporté les primaires avec 56,6% des voix
Toujours selon les chiffres officiels publiés par le Parti socialiste. Martine Aubry a quant à elle recueilli 43,4% des suffrages.
17h44: 2.860.157 votants ont participé aux primaires
Selon les chiffres officiels. Au premier tour, 2.665.013 personnes avaient voté.
Les résultats de 18 bureaux de vote, sur un total de 9.425 en France et à l'étranger, «n'ont pas été pris en considération comme n'ayant pas satisfaits au règlement électoral», précise la Haute autorité des primaires, qui a validé les résultats.

12h05: Alain Lamassoure salue «le pari gagné» de la primaire socialiste
L'ancien ministre des Affaires européennes (UMP) a salué «le pari gagné» de la primaire socialiste et critiqué son parti qui n'a pas anticipé le succès de cette consultation. «Le PS a initié un mode de participation démocratique qui s'imposera, à l'avenir, à tous les partis de gouvernement», a estimé l'actuel président de la commission des Budgets du Parlement européen. «Le vainqueur de la primaire en est sorti doté d'une légitimité qui dépasse son parti et d'un élan que la confrontation limitée aux seuls apparatchiks n'avait pu donner à Ségolène Royal en 2007», a-t-il souligné.
Selon Alain Lamassoure, l'UMP a «sous-estimé» la portée des primaires. «Trop installée dans le confort de (l'exercice du pouvoir), l'UMP a aujourd'hui un sérieux approfondissement démocratique à faire dans son organisation et dans son fonctionnement interne», a-t-il critiqué.
11h30: Désir favorable à un remaniement de la direction PS
Harlem Désir, redevenu n°2 du PS dès ce matin, a jugé lundi «normal et même nécessaire d’élargir la direction du parti à l’équipe de notre candidat François Hollande» dans une déclaration à l’AFP. «Pour affronter cette campagne, il faut que les postes fonctionnels soient renforcés avec de nouveaux responsables», a-t-il ajouté.
11h10: «La page des primaires est tournée» dit Aubry qui va rencontrer Hollande 
Arrivée au siège du PS, en tant que première secrétaire, Martine Aubry a été accueillie par une nuée de journalistes. «Le PS va travailler derrière et avec François Hollande», a-t-elle assuré. Interrogée sur la possibilité de modifier l'équilibre de la direction du PS, comme certains proches de Hollande le réclament, elle a répondu: «Je ne pense pas que ce soit son état d'esprit».
La Première secrétaire du PS a assuré que tous les deux se verraient dans la journée pour évoquer ces questions. «La page des primaires est tournée», a encore assuré la maire de Lille. Place «au combat collectif» car les «Français ont choisi». «Nous serons tous unis pour battre Nicolas Sarkozy en mai 2012 et ça commence dès ce matin», a-t-elle indiqué.
10h30: Chevènement souhaite que le débat commence
Sur son blog, le sénateur du Territoire de Belfort «félicite François Hollande pour sa victoire aux primaires socialistes, qui permet au débat présidentiel de s'ouvrir». Il indique que les points essentiels à débattre seront «la crise de l'euro et de la réindustrialisation du pays».
10h20: Bartolone appelle au rassemblement autour de Hollande
Sur son blog et sur Twitter, Claude Bartolone, soutien de Martine Aubry, appelle au rassemblement du PS. «A présent, un seul mot d’ordre : rassemblement. Pas un socialiste ne doit manquer autour de François Hollande. C’est la première condition pour unir la gauche, battre Sarkozy et rassembler les Français pour leur offrir le changement économique, social et environnemental dont ils ont besoin.» Le député de Seine-Saint-Denis se félicite également de la «grande légitimité populaire» qu'ont donné les primaires au candiddat socialiste.
10h: Pour Guaino, Hollande est un «bon adversaire»
Leconseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a jugé ce lundi sur France Inter que le candidat socialiste à la présidentielle était un «bon adversaire». «Tout adversaire de cette dimension est dangereux, François Hollande est l'adversaire principal de Nicolas Sarkozy», a-t-il jugé.
«Je suis content de l'avoir comme adversaire, je pense que c'est un bon adversaire, c'est quelqu'un d'extrêmement prudent, assez orthodoxe, pas très audacieux, pas très transgressif», a jugé Henri Guaino, confiramnt apr aillleurs que Nicolas Sarkozy s'exprimerait devant les Français entre le 24 octobre et le G20 de Cannes début novembre. «Quand vous êtes président de la République, vous exercez votre fonction le plus longtemps possible», a-t-il expliqué.
9h45: Martine Aubry à Solférino dès ce lundi
La Première secrétaire du Parti socialiste, sera au siège du parti ce lundi à partir de 11h, a-t-on appris auprès de son entourage. La candidate malheureuse à la primaire socialiste avait repris son titre de Première secrétaire dès dimanche soir, après l'intérim assuré par Harlem Désir. Selon ses proches, elle avait repris possession de son bureau dimanche soir, où elle a reçu divers protagonistes de la primaire.
9h25: Dray veut «que les équipes se fondent pour qu'il y ait osmose» autour de Hollande
Le député PS, soutien de François Hollande, a plaidé dimanche soir pour «un rééquilibrage à l'intérieur de la direction du PS» pour permettre «l'osmose» entre le parti et son candidat à la présidentielle. «La campagne, elle se dirige depuis le parti. La leçon de 2007, c'est qu'il faut qu'il y ait osmose entre le candidat et la direction du parti. Il ne peut pas y avoir deux équipes en concurrence», a-t-il dit sur i-télé. «Au début, il va y avoir quelques marques à trouver. Il faut qu'il y ait un rééquilibrage à l'intérieur de la direction qui permette justement que les équipes se fondent pour qu'il y ait effectivement osmose», a-t-il martelé.
9h15: Bertrand Delanoë appelle à «la fusion des équipes»
Le maire de Paris, qui soutenait Martine Aubry à la primaire socialiste, a assuré ce lundi matin sur France Inter que «l'heure n'est pas aux règlements de compte» au PS. «Je suis dans la dynamique pour que tous ensemble, on gagne», a-t-il affirmé. «Je n'ai jamais été dans une attitude agressive vis à vis de François, qui est un ami», a ajouté Bertrand Delanoë, indiquant qu'il n'avait «jamais vu une compétition de personnes se passer aussi correctement». «Le temps n'est pas aux règlements de compte, le temps est à la fusion des équipes», a-t-il lancé, appelant à «l'optimisation des qualités de tout le monde».

Bertrand Delanoé par franceinter
9h: Copé minimise l'impact de la victoire de François Hollande
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a souligné ce lundi sur RTL que la victoire à la primaire socialiste de François Hollande n'était «pas le 10 mai 81», et s'est réjoui que «l'heure des explications soit venue». Concernant François Hollande, il a dit avoir «l'image de quelqu'un qui a beaucoup de mal à prendre des décisions difficiles». Selon lui, le futur candidat socialiste à l'élection présidentielle est «quelqu'un qui vogue à tous les vents».

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP... par rtl-fr
8h55: Jacob estime qu'Hollande est un «Monsieur ratisse tout»
Le président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale a jugé ce lundi sur Europe 1 que «les moments difficiles vont commencer pour le Parti socialiste» car François Hollande est le «candidat des combinaisons et de l’ambigüité». Christian Jacob a encore qualifié le candidat socialiste à la présidentielle de «Monsieur ratisse tout, ramasse tout», et dit attendre «sa position sur la dépénalisation des drogues, de la retraite à 60 ans ou de la sortie du nucléaire».
 
8h50: Le combat des capitaines selon Daubresse
Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l'UMP, a opposé, ce lundi dans un communiqué, le «capitaine inexpérimenté» qu'est selon lui François Hollande, au «capitaine courageux Nicolas Sarkozy». «Les Français qui sont allés voter ont choisi une ligne floue et molle pour reprendre les propos de Martine Aubry qui, elle-même, a subi un lourd désaveu dans cette campagne comme première secrétaire du PS», écrit le dirigeant UMP. «L'inexpérience et le manque d'expérience internationale de François Hollande sont un sérieux handicap pour tenir fermement la barre du navire France dans la tempête mondiale économique et monétaire», juge-t-il encore.
8h45: Pour Pierre Moscovici, Hollande a reçu une «onction populaire»
Le coordonnateur de campagne de François Hollande a jugé ce lundi matin sur France 2 que le Parti socialiste dispose avec lui d'«un leader incontesté qui peut l'emmener à la présidentielle» pour la première fois depuis Lionel Jospin. «Non pas que les autres étaient contestés, mais il y avait des partages, des contestations internes. Là, nous sommes tous autour de lui parce qu'il a reçu cette onction populaire qui lui donne une force incroyable», a ajouté le député du Doubs.
8h30: Manuel Valls considère qu'il «n'y a que des gagnants» après la victoire d'Hollande
L'ancien candidat à la primaire socialiste, rallié à François Hollande, a salué ce lundi sur Europe 1 «l'unité» du parti, réalisée selon lui dès dimanche soir. Il a affirmé que la primaire était «une étape» que le PS a franchie, «et d'une certaine manière, tout commence». «Il faut que les choses se passent bien entre les équipes. Après le pacte des primaires vient le temps du rassemblement. Il n'y a aucune perdant dans cette affaire,il n'y a que des gagnants», a-t-il martelé.
Manuel Valls a ajouté que François Hollande a «le sens de l'Etat, le sens des responsabilités et est crédible». Il doit maintenant «lever une espérance». Interrogé sur certaines similitudes entre François Mitterrand et François Hollande, Manuel Valls a jugé qu'ils avaient «déjà un prénom commun, ils auront peut-être un destin identique».
8h15: Jean-Luc Mélenchon veut un débat avec François Hollande
Le candidat du Front de gauche a renouvelé ce lundi matin sur France Info son offre de débat public avec le vainqueur de la primaire socialiste. Jean-Luc Mélenchon a dénoncé les politiques d'austérité mises en place par les gouvernements en Europe et défendues par François Hollande. «Il n'y a pas de différence entre la rigueur de gauche et la rigueur de droite, c'est la même bêtise», a-t-il affirmé. Et d'avancer les meilleures pistes selon lui pour aider les «millions de gens» dans le pays qui se demandent «comment survivre»: «faire partager de force, par la loi (...) les banquiers, les puissants», mais aussi «désobéir au traité de Lisbonne».