Primaires socialistes: «Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup», selon Martine Aubry

POLITIQUE La maire de Lille a fustigé le côté «flou et changeant» de François Hollande...

C.C.
— 
Martine Aubry lors du débat des primaires socialistes, le 12 octobre 2011, sur France 2.
Martine Aubry lors du débat des primaires socialistes, le 12 octobre 2011, sur France 2. — HO NEW / REUTERS

Martine Aubry en est certaine: Elle sera «la meilleure pour battre Nicolas Sarkozy en 2012».  La maire de Lille a estimé ce jeudi matin sur RTL avoir été «la plus claire» mercredi soir face à François Hollande dans le débat qui les opposait avant le second tour des primaires socialistes dimanche

«François Hollande a essayé de passer entre les gouttes», a jugé Martine Aubry qui n'a pas ménagé ses piques contre son adversaire, considérant posséder, contrairement à François Hollande, «l'expérience et la clarté». Et «comme disait ma grand-mère: "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup"», a lancé la maire de Lille. 

«La gauche que je propose n'est pas la sienne»

Martine Aubry, se comparant systématiquement au député de Corrèze, représente selon elle «une gauche forte» et non «sectaire». «La gauche que je propose n'est pas la sienne, notamment sur la fiscalité», a-t-elle résumé. 

Ainsi, la maire de Lille pense qu'elle gagnera: «Je n'ai pas besoin de changer ma cohérence entre les deux tours, contrairement à lui». Toutefois, malgré un adversaire «flou et changeant», Martine Aubry le soutiendra s'il vient à remporter les primaires.