Journées d'été du FN: Des «goodies collector» tous tricolores

POLITIQUE Le Front national offre à la vente des petits objets siglés, parfois démodés...

à Nice, Anne-Laëtitia Béraud

— 

Des goodies du Front national lors des «Journées d’été de Marine Le Pen 2012» à Nice, le 11 septembre 2011
Des goodies du Front national lors des «Journées d’été de Marine Le Pen 2012» à Nice, le 11 septembre 2011 — A.L. Béraud/20minutes.fr

«Le parti est pauvre, mais il n’a pas de dettes», a tonné Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national, en ouverture des «Journées d’été de Marine Le Pen 2012» samedi à Nice. Une phrase qui rappelle que le parti a connu d’importants problèmes financiers, obligé notamment de vendre «le Paquebot», siège du FN à Saint-Cloud, en région parisienne.

Alors, devant les stands devant la grande salle des débats du palais des congrès de Nice, tout est bon pour rappeler cette impécuniosité, tout en essayant de ramener un peu d’argent dans les caisses du parti.

Livres, strings et sifflets

A la fédération des Alpes-Maritimes, les «goodies» proposés à la vente ne sont pas forcément bon marché. Le pin’s tricolore, très années 1990, est vendu cinq euros, soit la moitié d’une bouteille de champagne «collector» estampillée Jean-Marie Le Pen, imbuvable car les caisses ont pris le soleil, assure le responsable. 

Pour se consoler, certains peuvent choisir le t-shirt noir, à dix euros, où est dessiné l’hexagone avec les trois couleurs du drapeau. Mais encore faut-il porter du M, cette taille étant uniquement disponible.

Des objets «collector», il en est bien question, car il faut, pour la boutique FN, écouler des produits parfois plus anciens, et pas toujours d’un goût subtil. Des cendriers Le Pen 2007 trônent à côté de casquettes «Fier d’être Français», «Aimez -la ou quittez-la», ou encore des sifflets. Le summum du bon goût: l’inénarrable string à la flamme tricolore, vendu dix euros. Qui pourrait savoir où l’on peut afficher ses préférences politiques…

Demande de soutien financier

Au stand des jeunes militants du FN, on est plutôt content. En une demi-journée, la recette est d’environ 300 euros. Les nouveautés ont du succès: le briquet «France Bleu Marine», que n’aurait pas du tout apprécié le réseau des radios régionales France Bleu, affirme-t-on sur le stand, se vend bien. Idem pour le t-shirt version 2011, intitulé «Les gars de la Marine». Prix de vente : 10 euros.

Et puisque le militant ne saurait se satisfaire des goodies, des livres sont proposés à la vente, dont la réédition de l’autobiographie de Marine Le Pen A contre flots, pour vingt euros. A côté de ses objets, on peut trouver, dans le dossier remis aux militants à l’entrée du palais du congrès, une demande de soutien financier pour la campagne présidentielle. On peut contribuer de 25 euros à …ce que l’on veut, une case restant vide pour afficher le montant désiré.

Il est fait mention que le reçu ne comportera pas d’identité du bénéficiaire si le don est inférieur ou égal à 3.000 euros. Enfin, le sympathisant peut effectuer un prêt au Front national, la somme minimum étant de 1.000 euros. Avis aux amateurs.