Journées d'été du FN: Qui sera présent, qui sera absent à Nice

POLITIQUE Des présents et pas mal d'absents au rassemblement du Front national...

Anne-Laëtitia Béraud, à Nice

— 

Marine et Jean-Marie Le Pen lors des Journées d'été du Front national à Nice, samedi 10 septembre 2011
Marine et Jean-Marie Le Pen lors des Journées d'été du Front national à Nice, samedi 10 septembre 2011 — AFP PHOTO VALERY HACHE

De notre envoyée spéciale

Steeve Briois, secrétaire général du Front national, avait prédit: Le rassemblement de fin d’été du Front national doit réunir «un bon millier de participants». Mais ce samedi matin, au palais des congrès de Nice, la salle Apollon est, à moitié pleine…ou à moitié vide.

Plusieurs centaines de militants sont bien présents pour l’ouverture des «Journées d’été Marine 2012». Point d’affluence. Des coûts réduits, «un parti pauvre», comme le rappelle en introduction Jean-Marie Le Pen, le président d’honneur du Front national. «Nous n’avons pas la même logistique que les autres partis. Nous n’avons pas loué des bus pour ramener les militants des fédérations. Les personnes arrivent individuellement», souligne Steeve Briois.

Les «intervenants extérieurs», des proches de Marine Le Pen

Alors, qui est présent à Nice? Chez les responsables, presque tous sont là. Est bien entendu présent Jean-Marie Le Pen, le tribun, qui, dans son discours d’introduction, entre la faillite de l’euro et un jugement acide sur le gouvernement, n’en oublie pas «les galipettes de Dominique Strauss-Kahn». La tête de l’appareil de Marine Le Pen est présente, avec Louis Aliot, numéro deux du parti et compagnon de la présidente frontiste, le jeune Steeve Briois, secrétaire général du parti, ou encore Bruno Bilde, chef de cabinet.

Bruno Gollnisch, - candidat malheureux à la présidence du parti face à Marine Le Pen – se voit chargé ce samedi matin d’une conférence sur «l’affaiblissement de la démocratie en France». Une occasion de critiquer «l’imposture du pouvoir actuel», qui, par exemple, refuse les élections à la proportionnelle ou les «référendum populaires», garants de la démocratie directe. Enfin, présentés comme «intervenants extérieurs»,  des proches de Marine Le Pen participent aux conférences de ce week-end.

Emmanuel Leroy, une des «plumes» de la présidente du Front national, doit intervenir samedi après-midi. Cet ancien responsable FN de l’Ain dans les années 1980, puis conseiller régional en Rhône-Alpes participe à une table sur l’entreprenariat.

Des ralliés médiatiques

Chargé du projet «justice» de Marine Le Pen, l’avocat girondin Valéry Le Douguet, ancien militant UMP rallié au FN, qui se présente comme franc-maçon, -une hérésie pour certains du parti – participe ce samedi matin à une table-ronde sur la «rénovation de la Ve République pour rendre la parole au peuple».

Enfin, la plus belle prise médiatique du Front national, l’avocat Gilbert Collard, président du comité de soutien de Marine Le Pen, se balade dans les couloirs du palais des congrès, tout sourire devant les caméras de télévision.

Et…comme aux banquets de mariage, où sont redoutés les trouble-fêtes, seront également présents à Nice les «indésirables». En effet, dimanche, le maire UMP de Nice Christian Estrosi, le secrétaire général Jean-François Copé et les ministres Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko-Morizet ont annoncé la tenue d’un contre-meeting sur la Promenade des Anglais. Un rassemblement jugé «parasite» par la direction frontiste.