Primaires PS: Ségolène Royal dézingue Hollande et Aubry

POLITIQUE Dans la dernière ligne droite de la campagne, la présidente de la région Poitou-Charentes a l'intention d'animer la campagne pour l'instant assez apaisée des primaires...

M.P.

— 

Ségolène Royal dans la cour du siège du Parti socialiste, rue de Solférino, à Paris (le 4 avril 2011)
Ségolène Royal dans la cour du siège du Parti socialiste, rue de Solférino, à Paris (le 4 avril 2011) — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Changement de braquet pour Ségolène Royal dans la campagne des primaires. La socialiste, donnée troisième du scrutin par les sondages, a dézingué ses deux adversaires, Martine Aubry et François Hollande. L’heure n’est plus, pour la présidente de la région Poitou-Charentes, aux primaires apaisées et aux critiques feutrées sur les hausses d’impôts en Corrèze ou à Lille.

François Hollande? «Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique? Une seule?», demande-t-elle au Figaro.

Martine Aubry? «Sa seule expérience électorale, c'est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n'est pas facile», assure-t-elle toujours au Figaro. Pour l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle, les deux sont des «candidats de l’inexpérience».

Par ailleurs, Ségolène Royal estime avoir mieux travaillé que ses deux concurrents: elle a notamment publié à la rentrée un livre programme, «Lettre à tous les indignés et aux résignés qui veulent des solutions», tandis que, souligne-t-elle, Martine Aubry a écrit une lettre de huit pages aux Français et François Hollande a sorti une compilation de discours.

Des critiques qui, espère-t-elle, porteront dans l’esprit des électeurs, qui se déplaceront dans une trentaine de jours pour départager les socialistes. Car elle est sûre d’être la meilleure chance pour la gauche de l’emporter à la présidentielle.