Campus de l'UMP en direct: «Cette élection ne doit pas être l'otage des petits arrangements partisans» lance François Fillon

De notre envoyée spéciale à Marseille, Anne-Laëtitia Béraud

— 

Jean-François Copé à Marseille, lors de l'université d'été de l'UMP, le 2 septembre 2011.
Jean-François Copé à Marseille, lors de l'université d'été de l'UMP, le 2 septembre 2011. — VILLALONGA KARINE/SIPA
>> Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi sur 20 Minutes

12h52 :Le discours de François Fillon se termine par la Marseillaise. Ministres et responsables UMP se rejoignent sur l'estrade centrale.

12h48: Sur le déficit: 'En matière de déficit,nous avons tous péché! Il ne serait donc pas indigne d'essayer ensemble de nous rattraper en laissant de côté, durant quelques semaines, nos divergences politiques'. François Fillon en appelle au réalisme de la situation, avant d'appeler au 'rassemblement de toutes les composantes' de l'UMP.
Il conclut sur 'les trois engagements de Marseille', à savoir 'l'unité', la prmotion du bilan présidentiel, et la construction intellectuelle du projet pour 2012.
12h45: Sur l'Europe:'Mon patriotisme me commande d'en appeler à plus d'Europe politique, plus de stratégie industrielle commune, plus de préférence communautaire, plus d'ambition internatioanle'.
12h35: Sur l'Etat et les services publics
- sur l'éducation: 'L'éducation n'est pas seulement l'affaire de l'Ecole, c'est aussi l'affaire des parents, dont beaucoup se mobilisent déjà aux côtés des enseignants'

- le système de sécurité sociale: 'pas seulement l'affaire des professionnels et des partenaires sociaux. Il est de notre devoir à tous de mesurer les limites de nos droits, de lutter contre nos excès, nos abus'

- sur la sécurité: 'pas seulement l'affaire des forces de l'ordre et de la justice, mais aussi celle des élus locaux, des associations, des médias, des familles qui doivent ensemble faire barrage à la culture de violence qui imprègne notre société.

- sur la lutte contre les déficits: 'pas seulement l'affaire de nos administrations, c'est aussi la cause de tous les Français'
12h31: Sur l'appel au rassemblement: 'Rassembleurs pour l'UMP et pour la majorité présidentielle qui ne doivent pas se disperser si près du but'. 'L'intérêt général comme l'efficacité électorale nous interdisent d'éparpiller nos forces'. L'ombre du départ du centriste Jean-Louis Borloo de l'UMP plane alors sur la salle...
12h28: Fillon fait appel à la jeunesse.'Distinguez-vos par votre courage, votre maturité, mais aussi par votre capacité à tout repenser... Les sceptiques vous diront que vous êtes une génération perdue, car le sens de l'Histoire n'est plus écrit. Moi je pense que vous êtes une génération libre car le sens de l'Histoire doit, précisément, être conduit.

12h26: Il rappelle les interventions militaires françaises à l'étranger, en Libye, Côte d'Ivoire, Afghanistan: 'L'isolement est plus risqué que le rayonnement. Pourquoi ce plaisir malsain à salir, à rabaisser notre pays, alors qu'il s'est comporté avec noblesse?'

12h20: Après rappelé les sources d'inquiétude des Français, le Premier ministre liste les 'sources d'espérer', à savoir les révolutions arabes:
'Les dictateurs et les tyrans constatent désormais que le vent de la liberté est plus puissant que le mur de la peur', 'Ce que je crois, c'est que les régimes oppressifs ne peuvent plus agir en toute impunité'.

12h16: François Fillon remercie ses hôtes marseillais (imitant ici l'accent marseillais, ce qui fait gondoler les militants), avant d'enchaîner sur la crise économique et financière et la critique du Parti socialiste.
'Aux primaires, les candidats prétendent qu'ils sont différents mais comment peut-on être vraiment différent lorsque la ligne politique a déjà été fixée par le parti?'
12h10: Vidéo en direct. Suivre les discours du Campus d'été de l'UMP par ici.

Live Campus UMP par ump
12h08. François Fillon, Premier ministre, débute son discours
12h05: Les priorités de l'UMP énoncées par Jean-François Copé:
-'Changer le modèle de croissance'
-'L'éducation', avec 'un contrôle des résultats'
-'Le renforcement du pacte républicain' 


12h00: Le patron de l'UMP lance des piques sur ces adversaires politiques
«Est-ce vraiment raisonnable de faire croire aux Français 'que c'était mieux avant?'
Martine Aubry regrette-t-elle le temps des bidonvilles à Nanterre? François Hollande préférait-il les années 70, quand 20% des Français vivaient sous le seuil de pauvreté, alors qu'ils sont 13% aujourd'hui?»
«Madame Aubry c'est un mélange de dogmatisme dépassé et d'ambigüité permanente..Monsieur Hollande, c'est une alternance de blagues lourdes et de banalités»

11h52: Jean-François Copé évoque la crise financière et économique: "cet été, le nouveau coup de tonnerre a été sur les marchés financiers". "En réduisant les déficits, nous ne cédons pas à la dictature du marché. C'est quand on dépense toujours plus que ce que l'on gagne qu'on se met sous la coupe des créanciers"

11h55: Jean-François Copé lance des slogans qui présagent de la campagne présidentielle :" La jeunesse de notre pays n'a pas besoin d'assistanat. Elle a besoin de la République, avec ses droits et ses devoirs" ou encore "Nous savons que la France pourrait faire encore mieux si nous renouons avec le courage, avec l'esprit de rasseblement, avec l'esprit de conquête et d'ouverture au monde."

11h50: Jean-François Copé: "A travers une succession de crise, 20 ans après l'effrondement soviétique, 10 après les attentats du World Trade Center, nous sommes en train de changer d'époque. Un nouveau monde est en train de naître. Les paramètres d'aujourd'hui n'ont plus rien  avoir ceux de 2007!

11h40: Jean-François Copé, le secrétaire général continue son discours.
Faisant la promotion du quiquennat de Nicolas Sarkozy, il y parle de:
- du patriotisme "le patriotisme du XXIe siècle, c'est la fidélité à nos racines, c'est l'ouverture sur les autres et sur le monde, c'est l'envie de vivre ensemble et de réussir ensemble"

- de la diplomatie: avec les soldats engagés hors de France; "Le 19 juillet dernier, j'étais dans l'église Saint-Louis-des-Invalides (...) pour honorer aux côtés de leurs familles la mémoire de sept de nos officiers et sous-officiers morts en Afghanistan. Comme des millions de Français derrière leur télévision, j'ai pu vivre un grand moment d'émotion"." Le défilé du 14 juillet: "C'est l'expression de la reconnaissance de la Nation"
11h00: Campus d'été de l'UMP, dernier jour. Se succèdent depuis 10h des discours de clôture de ces trois jours de raout.
Après Benjamin Lancer, le président des Jeunes populaires, puis Franck Allisio, celui des Jeunes Actifs, (les mouvements des jeunes de l'UMP), est arrivé à la tribune Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.

Au menu des discours: des remerciements aux hôtes marseillais, et la promotion de ces trois jours de débats. Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, n'a pas hésité à rappeler les casseroles de la gauche locale, en la personne de Jean-Noël Guérini, qui pourrait être mis en examen.

Après Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale, puis Gérard Larcher, président du Sénat, arrive à la tribune Jean-François Copé.