Présidentielle: Arnaud Montebourg apôtre de la «démondialisation»

Reuters
— 

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire socialiste et apôtre de la «démondialisation», a répété dimanche que la politique devait reprendre le contrôle de l'économie face à la crise financière.

Devancé dans les sondages par François Hollande, Martine Aubry et Ségolène Royal, il a estimé que la marge d'erreur pour ce type de scrutin était importante et a assuré que sa victoire était «à portée de main».

«Je crois que nous pourrons atteindre nos objectifs de gagner cette primaire citoyenne», a-t-il dit lors de la Fête de la Rose à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire).

«Je suis le candidat le plus innovant»

«Je suis le candidat le plus innovant, avec des mesures plus à gauche et des mesures plus à droite que le parti», a ajouté le député en présence de Christiane Taubira (PRG), députée de Guyane, qu'il a qualifiée de «pilier» de sa campagne.

Dénonçant le «mensonge de la mondialisation heureuse» et un système financier «sans foi, ni loi», l'élu a répété que la politique devait «fixer les règles de l'économie et de la finance.»

«Mon programme de démondialisation vise à protéger les Français et les Européens», a-t-il assuré.

Arnaud Montebourg a présenté le contenu de la première loi qu'il ferait adopter dans ce sens en cas d'élection à l'Elysée.

«La première des lois que je demanderai au Parlement d'adopter en urgence sera une grande loi de sécurisation de l'économie, qui réduira la dépendance à l'égard de la finance, réduira la dette et reprendra le contrôle du système financier», a-t-il déclaré.