La Course 2012: Aubry et Hollande sont au coude à coude

POLITIQUE L'hypothèse d'un duel fratricide entre les deux caciques du PS se précise. Ségolène Royal semble, elle, hors-course...

Matthieu Goar

— 

Martine Aubry et François Hollande
Martine Aubry et François Hollande — E. POL / WITT / SIPA

>> L'étude complète en PDF à télécharger ici

Epuisée par les critiques, Ségolène Royal s’était énervée la semaine dernière contre la presse. «J’empêche le duel consacré entre deux autres personnalités.» Une analyse déjà erronée si l’on en croit le baromètre CSA exclusif pour 20 Minutes, BFMTV et RMC. Plus que jamais, Martine Aubry, en tête avec 35% des intentions de vote, et François Hollande, deuxième avec 34%, captent l’essentiel. Et l’hypothèse d’un duel fratricide, tant redouté par les cadres socialistes, se précise.

La première secrétaire décolle

A quelques jours de l’ouverture des candidatures, Martine Aubry s’impose. Pour la première fois en tête, la patronne du PS a fait un bond de 12 points en un mois (+15 points chez les sympathisants socialistes où elle est toujours devancé par le président du conseil général de Corrèze).

«Sa popularité est en hausse continue. Les Français montrent qu’ils comprennent son calendrier tout en respectant sa détermination», confie Olivier Dussopt, un député proche d’Aubry. Seule candidate encore non déclarée, la maire de Lille devrait se lancer la semaine prochaine. Depuis notre dernière vague, elle est celle qui profite le plus du retrait de Dominique Strauss-Kahn. «Ceux qui suivent l’actualité du PS ont aussi bien conscience que de nombreux cadres se rallient à elle», précise Jérôme Sainte-Marie, directeur du département politique de CSA.

Le spectre des divisions

Pas de panique pour autant du côté de François Hollande, toujours le mieux placé dans l’optique du second tour des primaires et du premier tour de la présidentielle. «Les seuls adversaires de François sont Nicolas Sarkozy et l’extrême droite», assure Faouzi Lamdaoui, l’un de ses proches. Seulement, il faudra d’abord gagner la battaille des primaires où aucun troisième candidat ne semble pour le moment être en mesure de venir perturber le mano a mano (Royal, 13%, Montebourg et Valls à moins de 5%).

«On peut se diriger vers un véritable affrontement», glisse Jérôme Sainte-Marie. Un cauchemar pour certains dirigeants du PS qui ne veulent pas revivre les divisions de 2006-2007.

Méthodologie

Sondage exclusif CSA/BFMTV/RMC/20Minutes réalisé par téléphone les 20 et 21 juin 2011 au domicile des personnes interviewées.

 

Echantillon national représentatif de 1004 personnes âgées de 18 ans et plus, dont ont été extraites 825 personnes inscrites sur les listes électorales en France, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge et profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d’agglomération.