Chirac et «l'humour corrézien» sur François Hollande

PRESIDENTIELLE L'ex-Président de la République a fait savoir qu'il avait fait une blague samedi en Corrèze en affirmant voter pour un socialiste à la présidentielle...

C. L.

— 

François Hollande et Jacques Chirac montrent beaucoup de complicité lors d'une exposition consacrée à l'art chinois au Musée de Saran, en Corrèze, samedi 11 juin 2011.
François Hollande et Jacques Chirac montrent beaucoup de complicité lors d'une exposition consacrée à l'art chinois au Musée de Saran, en Corrèze, samedi 11 juin 2011. — AFP PHOTO JEAN-PIERRE MULLER

Alors que sa petite phrase sur François Hollande a agité le monde des commentateurs politiques –il faut dire qu’en ce week-end de Pentecôte il n’y avait pas grand-chose à décortiquer- Jacques Chirac a assuré dimanche qu’il avait fait une blague. De l’humour quoi ! Entre deux hommes qui se connaissent bien, qui s’apprécient, même s’ils ne sont pas du même bord politique. Certes, mais la phrase n’a pas été du goût de tout le monde, aussi bien à droite qu’à gauche.

Après le temps de la blague, le temps des explications. L’ex-président de la République a pris contact avec l’AFP dimanche matin pour tenter de mettre fin à l’agitation politique que ses propos suscitent depuis samedi. Il a «déploré» l'interprétation de ses propos selon lesquels il voterait en 2012 «pour Hollande», en expliquant qu'il s'agissait «d'humour corrézien entre républicains qui se connaissent de longue date. Je déplore que cela ait pu être interprété autrement», a-t-il poursuivi.

Refus de prendre part au débat politique

Et de rappeler comme il «l'a toujours dit» qu'il «ne prendrait pas part au débat politique et en particulier à celui de la campagne présidentielle». «C'est un choix et un principe auxquels je me suis tenu depuis la fin de mon mandat», conclut l'ancien président de la République, en semblant oublier qu’il écorne sévèrement l’image de Nicolas Sarkozy et tresse des louanges à François Hollande, dans le dernier tomes de ses mémoires qui vient de paraître.

De son côté, Hollande, candidat à la primaire du PS, avait aussitôt relativisé le propos chiraquien. «C'est une plaisanterie, c'est pour énerver ses amis, c'était sur le mode du sourire», avait-il dit en faisant valoir qu'il ne fallait «pas voir là une déclaration».