Jacques Chirac: «Je voterai Hollande, si Juppé n'est pas candidat»

POLITIQUE L'ancien président de la République était en Corrèze en compagnie de François Hollande quand il a fait cette déclaration...

Avec Reuters

— 

François Hollande et Jacques Chirac montrent beaucoup de complicité lors d'une exposition consacrée à l'art chinois au Musée de Saran, en Corrèze, samedi 11 juin 2011.
François Hollande et Jacques Chirac montrent beaucoup de complicité lors d'une exposition consacrée à l'art chinois au Musée de Saran, en Corrèze, samedi 11 juin 2011. — AFP PHOTO JEAN-PIERRE MULLER

C'est ce qui s'appelle un pied-de-nez à son propre camp. Jacques Chirac a déclaré samedi en Corrèze qu'il voterait pour le socialiste François Hollande à l'élection présidentielle de 2012 si Alain Juppé n'est pas candidat.

>> Les candidats socialistes aux précédentes élections présidentielles

>> Les candidats à l'élection présidentielle 2012

L'ancien président l'a affirmé devant les caméras de BFM-TV lors d'un déplacement en Corrèze en compagnie du candidat à la primaire socialiste pour la course à l'Elysée.

«Je voterai pour lui, oui, certainement, sauf si Juppé se présente. Je peux dire que je voterai Hollande», a déclaré l'ancien président âgé de 78 ans.

Alain Juppé, actuel ministre des Affaires étrangères, a été le Premier ministre de Jacques Chirac entre 1995 et 1997.

Jacques Chirac, qui est resté à l'Elysée pendant 12 ans (1995-2007), tresse des lauriers à François Hollande, pourtant d'un bord politique différent du sien, dans le deuxième volet de ses mémoires où il se montre sévère avec Nicolas Sarkozy. Il qualifie François Hollande d'«homme d'Etat».

«C'est juste pour énerver ses amis»

Visiblement amusé, le député de Corrèze a dit considérer la promesse de vote de Jacques Chirac comme une boutade.

"C'est une plaisanterie, c'est juste pour énerver ses amis. C'était sur le mode du sourire. Il ne faut pas voir là une déclaration», a estimé François Hollande.

Le député socialiste Jean-Marie Le Guen a dit pour sa part prendre la citation de Jacques Chirac au sérieux.

«Je crois qu'elle exprime la disponibilité de beaucoup de Français, qui ne veulent pas d'une solution sarkozyste en 2012», a-t-il dit sur BFM-TV. «Il faut que les socialistes écoutent les messages qui leur sont envoyés.»