Présidentielle 2012: Nicolas Hulot promet de taxer le capital

POLITIQUE L'ex-présentateur télé, candidat à la primaire écologiste affirme vouloir taxer les machines plutôt que les hommes mais assure ne pas être dans la lutte des classes...

© 2011 AFP

— 

Nicolas Hulot à Sevran, le 20 mai 2011, en campagne pour la primaire EELV.
Nicolas Hulot à Sevran, le 20 mai 2011, en campagne pour la primaire EELV. — AUDREY CHAUVET / 20MINUTES

Il semble prendre ses marques dans la communication politique et les promesses électorales. Nicolas Hulot, candidat à la primaire d'Europe Ecologie-Les Verts pour la présidentielle, affirme que s'il est élu, il lancera une grande réforme fiscale qui taxera particulièrement le capital, dans un entretien publié vendredi par Aujourd'hui en France/Le Parisien.

«Au lieu de toujours taxer le travail, il faut taxer le capital», déclare le candidat écologiste. «Je dis ça sans haine, je ne suis pas dans la lutte des classes, mais je préfère taxer les machines plutôt que les hommes», poursuit-il.

«Tout profit, quel qu'il soit, doit être taxé»

«Tout profit, quel qu'il soit, doit être taxé», estime encore Nicolas Hulot. «Il faut répartir convenablement l'effort, car aujourd'hui, plus vous gagnez d'argent, moins vous participez à la solidarité», selon lui.

Nicolas Hulot indique aussi qu'en dehors d'«une grande réforme de la fiscalité», ses priorités seront la sortie du nucléaire, une réforme de l'agriculture et une de la démocratie.

Il milite notamment pour la parité et pour «plus de proportionnelle». Et si ce mode d'élection devait favoriser l'entrée du Front national à l'Assemblée nationale, «eh bien, il faudra s'en accommoder», conclut-il.