L'UMP veut remanier le RSA, Hirsch dénonce une «entourloupe»

POLITIQUE Les bénéficiaires du RSA devront travailler cinq heures hebdomadaires rémunérées, va proposer le parti...

M.P.

— 

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lors d'une conférence de presse, le 30 mars 2011.
Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lors d'une conférence de presse, le 30 mars 2011. — WITT/SIPA

L’UMP se met en ordre de bataille pour 2012 et commence déjà à plancher sur son programme. Notamment par le biais des conventions thématiques. Ce mercredi, la réunion a pour thème la justice sociale mais c’est surtout le RSA qui passera sur le gril. Le parti majoritaire va proposer aux bénéficiaires du RSA un contrat d’insertion qui prévoit cinq heures de travaux rémunérées.

Au final, l’UMP va reprendre l’idée de Laurent Wauquiez en la modifiant quelque peu. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes avait déclenché un tollé en dénonçant «l’assistanat», le «cancer» de la société, et proposé que les bénéficiaires du RSA travaillent cinq heures pour la collectivité, non rémunérées.

«Il y a des excédents»

Martin Hirsch, le père du RSA, sera présent à cette convention. Mais, a-t-il précisé, il ne disposera que de «six minutes chrono» pour défendre son «bébé». Mercredi, sur France Info, l’ex-haut commissaire aux Solidarités actives a dénoncé la remise en cause du système, estimant qu'on cherchait à dérober l'argent de ce dispositif pour diminuer les impôts des riches.

«Ça me ferait mal au cœur qu'on utilise l'argent des travailleurs modestes pour alléger l'impôt de solidarité sur la fortune», a dit sur France Info Martin Hirsch. Il dit soupçonner une manœuvre qu'il qualifie de «machiavélique» et qui consisterait à prendre l'argent du RSA pour financer l'allégement de l'Impôt de solidarité sur la fortune, que la majorité est en train d'adopter. «Il ne faut pas se laisser faire par des entourloupes (...) On a financé le RSA, il y a des excédents, un milliard, il faut les remettre dans la poche des gens modestes qui travaillent», a-t-il dit.