Le gouvernement Sarkozy agit toujours «par la menace», regrette Jean-Marie Le Guen

© 2011 AFP

— 

Quatre ans après l'«hyperprésidentialisation», le mandat de Nicolas Sarkozy à l'Elysée a tourné à «la mise sous tutelle de l'Etat au service d'un clan», a jugé dimanche le député PS Jean-Marie Le Guen.

«Aujourd'hui ça tourne d'une façon tout à fait dramatique à la mise sous tutelle de l'Etat au service d'un clan comme jamais», a déclaré le député de Paris, interrogé au Forum de Radio J sur la «méthode» Sarkozy, quatre ans après son élection à la présidence de la République le 6 mai 2007.

«Sauver le soldat Sarkozy»

«Le gouvernement ne gouverne plus, il n'y a plus qu'une seule attitude, c'est d'essayer de sauver le candidat Sarkozy», a-t-il ajouté.

Comment précisément? «Par exemple à France Télévisions, on voit bien comment un certain nombre de personnes qui ont le malheur de déplaire sont écartées, on voit comment le gouvernement aujourd'hui utilise les moyens de l'Etat pour faire sa propore propagande, son propre bilan», a dit le député strauss-kahnien.

En outre, a-t-il poursuivi, «Nicolas Sarkozy, pour se faire plaisir, nomme Rama Yade comme ambassadrice. Elle a le malheur de déplaire et de partir avec Jean-Louis Borloo, on menace de lui retirer» ce nouveau poste.

Une marque de fabrique «délétère»

«Cela a très clairement été dit par des membres du gouvernement, on a menacé les uns et les autres, de la même façon qu'il menace aujourd'hui Jean-Louis Borloo, qu'il menaçait hier Hervé Morin», allusion aux deux ex-ministres, chefs de partis centristes, qui prônent désormais une candidature autonome du centre en 2012.

Pour Jean-Marie Le Guen «c'est la marque de fabrique» du gouvernement Sarkozy d'agir ainsi «par la menace, la force, la division», et c'est une marque «profondément délétère pour le fonctionnement de la République».