Présidentielle 2012: Besancenot ne sera pas candidat

POLITIQUE Il veut toutefois continuer à s'investir au sein de son parti, le NPA...

M.P.

— 

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, à la tribune du premier congrès du parti, le 11 février 2011, à Montreuil.
Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, à la tribune du premier congrès du parti, le 11 février 2011, à Montreuil. — AFP PHOTO PIERRE VERDY

Olivier Besancenot, candidat à l’élection présidentielle en 2002 et 2007, passera son tour lors de l’échéance de 2012. Il l’annonce dans une lettre aux militants, relayée par le site radical Bellaciao. «Je ne serai pas le candidat du Nouveau parti anticapitaliste à l’élection présidentielle de 2012».

«Je ne renonce pas à m’impliquer, bien au contraire, dans tous nos combats, écrit Olivier Besancenot. Je revendique plutôt la possibilité, pour le NPA, de se lancer sur de nouvelles bases, conformes au projet d’émancipation qui, plus que jamais, m’anime», assure le facteur de Neuilly.

>> Tous les candidats à la présidentielle, c'est en image et par ici

Le visage du NPA avait déjà dit sa volonté de passer la main pour la campagne présidentielle de 2012. En avril dernier, celui qui a été porte-parole de la LCR puis du NPA a déjà abandonné son rôle de porte-parole en avril dernier, déjà pour faire «monter» de nouveaux visages et éviter une personnalisation à outrance. «Il s’agit d’une décision politique assumée, donc, et sans grande surprise. Il y a quelques années déjà, j’avais clairement prévenu que je ne comptais pas prendre un abonnement à l’élection présidentielle, parce que je n’aspirais pas à en être l’éternel candidat d’extrême gauche», explique le leader du NPA.

«Nous avons su créer la surprise lorsque la LCR a eu l’audace de présenter un jeune travailleur, un postier, à l’élection présidentielle de 2002. Continuons de surprendre en présentant aujourd’hui d’autres anonymes lors de ces échéances: cela soulignera d’autant ce que nous sommes réellement: un outil collectif et hétéroclite», explique encore Olivier Besancenot dans son courrier.