Le PS veut vendre son projet aux Français

POLITIQUE Le PS se donne deux mois pour convaincre...

Maud Pierron

— 

Martine Aubry, lors de la présentation du programme du Parti socialiste pour la présidentielle 2012, à Solférino, à Paris, le 5 avril 2011. 
Martine Aubry, lors de la présentation du programme du Parti socialiste pour la présidentielle 2012, à Solférino, à Paris, le 5 avril 2011.  — REUTERS/Benoit Tessier

Convaincre les Français: c’est l’objectif n°1 du PS en cette période pré-primaires. Et ça passe par une large diffusion des idées contenues dans le projet socialiste, a expliqué ce mercredi midi Martine Aubry. Le but, «c’est que les Français puissent se saisir du projet», annonce la première secrétaire du PS, dans son bureau de la rue de Solférino. Pour y parvenir très concrètement, le PS a fait publier chez Odile Jacob 50.000 exemplaires d’un livre, «le Changement»,  reprenant «l’essentiel» du projet, au prix de 3 euros. Au même prix que Indignez-vous de Stéphane Hessel, en espérant le même succès. «Le PS a pris la majeure partie des coûts à sa charge pour que le maximum de personnes puisse se le procurer», précise-t-on au PS, sans donner de chiffre exact sur le montant de l’opération. Il sera disponible dans les librairies dans une quinzaine de jours maximum. Un site dédié a même été lancé pour permettre l'échange. 

Plus classiquement, une centaine de réunions sera organisée dans toute la France, animées par un dirigeant du parti, a annoncé Martine Aubry. «Nous proposons aux Français de débattre», insiste celle pour qui «le débat public» et «politique» n’existe plus en France.  Et pour ça, tout le PS, «de haut en bas» va s’y mettre, explique David Assouline, qui coordonne le tour de France du projet. Martine Aubry, Harlem Désir, Henri Emmanuelli, Vincent Peillon, Benoît Hamon, Bertrand Delanoë, Laurent Fabius, seront notamment  sur le pont, égrène-t-il.  L’opération sera donc menée en deux temps: jusque fin mai où sera mené l’essentiel des réunions, avant que le projet ne soit voté par les militants, puis de manière plus légère jusque fin-juin,  avant l’ouverture du dépôt des candidatures aux primaires, pour «diffuser» les idées dans la société française.

«Maillot jaune» ou «maillot à pois»?

«Il faut expliquer  le projet et convaincre les Français», assure David Assouline. «Nous voulons mettre nos idées au centre du débat», ajoute-t-il. Evidemment, ces réunions seront d’abord destinées aux militants. Mais l’initiative est également «tournée vers les Français», ajoute David Assouline. D’ailleurs, explique-t-il, les représentants du mouvement associatif, du mouvement social et les intellectuels locaux seront toujours invités.

Et les candidats aux primaires? Eux-aussi sont invités à défendre le projet. «Ségolène Royal s’est rendue disponible, elle est motivée», assure le sénateur de Paris. Reste à trouver une date qui lui convienne. Et les autres? Arnaud Montebourg? François Hollande? «Ce serait avec plaisir», continue David Assouline, qui attend qu’ils se manifestent. «François a voté le projet, je ne peux pas imaginer qu’il ne le défende pas», rassure Martine Aubry. Guillaume Bachelay, lui, dit espérer «que les responsables socialistes préfèrent le maillot jaune du tour de France du projet plutôt que le maillot à pois du meilleur grimpeur des primaires». A voir.