Chevènement candidat en 2012? C'est «de plus en plus une nécessité inéluctable»

© 2011 AFP

— 

Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) Jean-Pierre Chevènement a déclaré ce mercredi dans une interview à Public Sénat que sa candidature à l'élection présidentielle de 2012 apparaissait «de plus en plus comme une nécessité inéluctable».

Interrogé sur une éventuelle candidature, l'ex-ministre de l'Intérieur a déclaré : «J'y réfléchis de plus en plus, et je trouve qu'en l'absence d'offre alternative, la nécessité d'une candidature apparaît de plus en plus comme une nécessité inéluctable».

Jean-Pierre Chevènement a déclaré à plusieurs reprises qu'il prendrait sa décision à l'automne.

Pas «une satisfaction narcissique»

Le président du MRC Jean-Luc Laurent a par ailleurs, selon Le Parisien, envoyé le 14 avril une lettre à 600 élus locaux pour solliciter un «engagement de parrainage» envers Jean-Pierre Chevènement si celui-ci venait à être candidat, tandis que le conseil national du mouvement avait annoncé début février avoir mis sur pied «un comité de campagne 2012», au cas où.

«Je sais que beaucoup de gens rêvent de la présidence de la République en se rasant le matin, ça n'a jamais été mon cas, je considère que c'est d'abord un impérieux devoir à l'égard du pays (...), ça ne peut être une satisfaction narcissique», a affirmé le sénateur du Territoire de Belfort.

A priori «pas de discussion valable» avec les socialistes

Invité à affiner ses déclarations, Jean-Pierre Chevènement a précisé : «Ecoutez, vous m'avez très bien compris, je parle français. (...) Si l'un des candidats socialistes bouge et fait entendre une différence sur le problème de l'euro, sur la perspective de l'Europe, qui aille dans le sens que nous prônons, à ce moment-là la porte sera ouverte pour une discussion».

Mais, a t-il ajouté, «il est évident que s'ils [les candidats socialistes] sont tous sur la même ligne, il n'y aura pas de discussion valable».

Interrogé sur le risque d'un nouveau «21-avril», Jean-Pierre Chevènement a estimé que «les Français ont le droit au débat, je pense que s'il y avait eu encore plus de candidats, ça aurait été mieux. Il y en avait 16, c'était beaucoup, mais s'il y en avait eu 40, ç'aurait encore été mieux.»