Présidentielle: Nicolas Hulot pourrait y aller seul

POLITIQUE Sans le soutien d'Europe Ecologie-Les Verts...

Maud Pierron

— 

Nicolas Hulot a déclaré samedi qu'il n'excluait pas d'être candidat à la prochaine élection présidentielle, tout en assurant n'être "pas certain" qu'Europe Ecologie-Les Verts ait "besoin" de lui.
Nicolas Hulot a déclaré samedi qu'il n'excluait pas d'être candidat à la prochaine élection présidentielle, tout en assurant n'être "pas certain" qu'Europe Ecologie-Les Verts ait "besoin" de lui. — Philippe Desmazes AFP

Mécontent du calendrier et du mode d’organisation des primaires écologistes votées par le «parlement» d’Europe Ecologie-Les Verts ce week-end, Nicolas Hulot pourrait se présenter en dehors du cadre imposé par le parti. «Lui et ses proches réfléchissent à plusieurs hypothèses en conséquence de cet acte politique», affirme à 20 Minutes Jean-Paul Besset, un très proche de l’animateur. «Toutes, absolument toutes les options, sont sur la table», y compris une candidature hors parti, ajoute-t-il. L’ex-initiateur du Pacte écologique devait donner sa décision la semaine prochaine. «Il n’y a aucune précipitation. Les primaires ont été votées mais on n’en est pas esclave pour autant», tempère le député européen. 

L’animateur d’«Ushuaïa» souhaitait des primaires en septembre et ouvertes à tous les sympathisants. Résultat, le «parlement» du parti a décidé de primaires en juin, ouvertes aux seuls adhérents du parti. «C’est une logique de boutiquier qui a prévalu: “on ferme tout”, “on verrouille”, explique à 20 Minutes Christophe Rossignol, conseiller régional de la région Centre et partisan de la candidature Hulot. «Il y a eu un vent de panique chez les partisans d’Eva Joly, avec les mauvais sondages, ils veulent limiter les débats», juge-t-il.

«Ce n’est pas très sérieux»

Christophe Rossignol assure que depuis ce week-end, les proches de Nicolas Hulot ont reçu le soutien de nombreux militants. «Nous réfléchissons à la meilleure stratégie pour porter le message de l’écologie». Il détaille les «options sur la table». Nicolas Hulot pourrait donc être «le candidat du peuple de l’écologie», en dehors d’EELV. Cela pourrait aussi déboucher sur «un appel très vaste» en faveur de primaires ouvertes et en septembre, sous la forme d’une tribune dans un journal.  Cet appel pourrait aussi avoir la forme d’une «motion ponctuelle lors du congrès de juin» pour revenir sur le calendrier. L’équipe de Nicolas Hulot évoque également la possibilité de lancer «un référendum d’initiative militante» pour réclamer un nouveau processus pour les primaires. Pour cela, il faudrait que 10% des «12.000 et 13.000 militants» le souhaitent, précise Christophe Rossignol.  

Pour François de Rugy, le vote du week-end n’est pas contre Nicolas Hulot. Mais il pointe son absence et son manque d’implication. «Lui et ses troupes n’ont jamais dit clairement ce qu’ils souhaitaient. Hulot a fait le choix de ne pas s’exprimer publiquement, de ne pas venir au congrès alors que Cécile Duflot l’a invité. Quand on est nouveau en politique, on pense pouvoir faire différemment… Des leçons doivent être tirées», insiste le député Verts de Nantes. Lui-même, partisan d’Eva Joly, était favorable à des primaires ouvertes. Pour trouver un consensus, il rêve d’une «campagne d’adhésion massive» pour doubler les effectifs d’EELV. Quant à la menace Hulot hors parti, il n’y croit pas: «Ce n’est pas très sérieux.» Et si c’est pour faire pression sur la direction EELV, «ce n’est pas une bonne façon de faire de la politique».

Le précédent Lipietz

Pourtant, dans le camp Hulot, on croit –on espère- encore qu’il est possible de faire machine arrière. S’ils passent  à l’offensive, «la direction devra se poser les vraies questions», assure Christophe Rossignol. «Les écolos ont cette capacité à faire bouger les choses, à réparer des erreurs qui ont été faites, le passé le prouve», glisse Christophe Rossignol, en faisant allusion au remplacement, en 2002, du candidat Alain Lipietz dont la candidature ne décollait pas, par Noël Mamère. Toutes les options sont bien sûr la table.