Le Pen/Mélenchon: «ça fait 40 ans que vous existez, vous ne servez strictement à rien» vs la «Yvette Horner de la politique»

POLITIQUE Les deux candidats à la présidentielle de 2012 se sont affrontés verbalement, mais ne se sont pas tellement étendus sur leurs programmes respectifs...

B.D.

— 

Débat Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon.
Débat Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon. — RMC

Ce lundi matin, pendant une heure, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon étaient face-à-face pour un débat inédit, organisé par RMC et BFM TV. 20minutes.fr vous l'a retransmis en direct et en vidéo.

>> Revivez le débat par ici

Autant d’un côté que de l’autre, ce débat a plutôt été l’occasion de lancer piques et petites phrases que d’avancer de vraies propositions. Ainsi, Marine Le Pen a tout juste indiqué qu'elle était en train de travailler «sur une grande révolution fiscale», avant d’annoncer qu’elle souhaite «simplifier la fiscalité et tenir compte de l'inégalité qui s'est développée dans les classes moyennes et populaires».

«Vous luttez contre l'humanité, pas contre les immigrés»

En face, Jean-Luc Mélenchon a indiqué qu’il souhaitait taxer à 100% les revenus au-delà de 30.000 euros par mois. Sur l’immigration, les deux candidats se sont également démarqués, l’une affirmant que «l'immigration participe de la déstabilisation massive de notre système social», l’autre martelant: «Les immigrés amènent dans notre pays 12 milliards de plus qu'il n'en prennent.» Et d’attaquer: «Vous luttez contre l'humanité, pas contre les immigrés.»

 
 

Avant et après cette attaque frontale, Marine Le Pen a longuement accusé son adversaire de faire «partie du système», rappelant qu’il était «resté pendant 30 ans au PS», qu’il avait milité en faveur du Traîté de Maastricht, ou le soupçonnant de vouloir appeler à voter pour la gauche au second tour de la présidentielle. Ce à quoi Mélenchon a répondu, de toute sa superbe: «Si DSK est candidat, c'est moi qui serait en tête de la gauche.» Côté piques acérées, ce dernier n’a pas été en reste, lançant: Le Front National, «ça fait 40 ans que vous existez, vous ne servez strictement à rien, à part amener de la haine.»

Les deux contradicteurs se sont seulement retrouvés lorsque Jean-Jacques Bourdin les a attaqués sur leur «assiduité toute relative» au Parlement européen l’an passé. «J'ai une bonne excuse, j'ai été à toutes les manifs sur la retraite», a répondu Jean-Luc Mélenchon. «Au fond de la classe, il y a des gens qui sont toujours là, mais qui dorment», a renchéri Marine Le Pen. Autre point d’achoppement, à la fin du débat les deux invités se sont dits prêts à revenir débattre: «Nous reviendrons entre les deux tours de l'élection présidentielle», a même lancé Marine Le Pen, optimiste.

>> Le débat est terminé entre les deux candidats à la présidentielle de 2012, maisn'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez dans les commentaires en cliquant ici.