Candidature d'Hervé Morin: Le Nouveau centre dément

POLITIQUE En fait, Jean-Marie Cavada n'a fait qu'exprimé un «souhait personnel»...

Vincent Vantighem et M.P.

— 

Comme un symbole du chemin à parcourir, lundi, Hervé Morin, sortant d'une réunion sur le projet politique du NC, était attablé avec quelques amis à une encablure des locaux de l'Assemblée où Jean-Louis Borloo réunissait les siens, dont certains élus du NC. L'ex-ministre de la Défense défend le principe d'une candidature centriste autonome en 2012, le patron des radicaux est plus que discret sur la question.
Comme un symbole du chemin à parcourir, lundi, Hervé Morin, sortant d'une réunion sur le projet politique du NC, était attablé avec quelques amis à une encablure des locaux de l'Assemblée où Jean-Louis Borloo réunissait les siens, dont certains élus du NC. L'ex-ministre de la Défense défend le principe d'une candidature centriste autonome en 2012, le patron des radicaux est plus que discret sur la question. — Joel Saget AFP

Rétropédalage sévère au Nouveau centre. Non, Hervé Morin n'est pas candidat à la présidentielle, comme l'a annoncé ce mercredi matin Jean-Marie Cavada sur France 2. «Dans l'état actuel de sa réflexion, il considère que le projet centriste doit être défendu à la présidentielle, ce qui me semble en effet une bonne façon de réfléchir, et il sera donc candidat», a expliqué Jean-Marie Cavada, précisant avoir vu Hervé Morin mardi soir.

Une déclaration démentie quasiment dans l'immédiat par Alexandre Fontana, attaché de presse du parti centriste, contacté par 20minutes.fr. «Jean-Marie Cavada n’a fait qu’exprimer un souhait personnel», explique-t-il. «Hervé Morin a toujours dit que la candidature du Nouveau centre serait tranchée par les militants à l’automne 2011», précise-t-il.   

Rassembler le centre

Lors de ses voeux à la presse, il va «présenter son projet pour 2011» et annoncer qu’il «va partir à la rencontre des Français car on ne peut plus faire de projet politique en se contentant des experts». 

Lors de ses voeux aux Français, qu'il a présenté depuis la cuisine de son domicile, il avait annoncé qu'il occuperait son année à réunir le centre. Une vaste tâche également convoitée par Jean-Louis Borloo, tout juste évincé du gouvernement, mais à la popularité flamboyante.

Jean-Marie Cavada, le président du Nouveau centre avait précisé qu'Hervé Morin irait «le 19 janvier devant le comité national» du Parti radical de Jean-Louis Borloo pour «créer les condition d’une tentative d’union des centres». Contacté par 20minutes.fr, Marc-Philippe Daubresse, secrétaire adjoint de l'UMP, a estimé que «cette annonce est prématurée» . «C’est la mauvaise méthode, il a tout faux. Il va se retrouver tout seul». Lui, représentant de la famille centriste dans le parti majoritaire, estime qu’il faut préparer «un projet humaniste en 2011» et vois à l’automne «quelle sera la meilleure stratégie pour gagner en 2012». Et donc présenter un candidat centriste ou non.     

Après sa déclaration, les téléphones ont dû chauffer entre l'Elysée, l'UMP et Hervé Morin. Car, ce n'est pas une nouvelle, Nicolas Sarkozy est totalement opposé à une candidature de son ex-ministre de la Défense. Et le Nouveau centre a fini par rétropédaler.