S'il était président de la République, Manuel Valls nommerait Laurent Fabius à Matignon

POLITIQUE FICTION C'est ce qu'il annonce dans une émission d’anticipation politique...

M.P.

— 

Le député PS Manuel Valls a envisagé lundi une proposition de loi interdisant "le port de signes religieux distinctifs là où il y a des enfants", afin d'éviter des situations comme celle de la crèche Baby Loup, poursuivie par une salariée licenciée pour port du foulard islamique.
Le député PS Manuel Valls a envisagé lundi une proposition de loi interdisant "le port de signes religieux distinctifs là où il y a des enfants", afin d'éviter des situations comme celle de la crèche Baby Loup, poursuivie par une salariée licenciée pour port du foulard islamique. — Bertrand Guay AFP/Archives

Si j’étais président… Qui n’a pas rêvé à ce qu’il ferait s’il logeait un jour à l’Elysée? Même Gérard Lenorman en a fait une chanson (lui nommerait Mickey Premier ministre et déclarerait, entre autres, les pâtisseries publiques). C’est en tout cas le concept de la nouvelle émission d’anticipation politique de Jimmy, Bonsoir M. le président, présentée à partir du 27 janvier par Bruce Toussaint et Caroline Roux. Le premier épisode a déjà été tourné et l’invité est Manuel Valls, candidat déclaré aux primaires socialistes.

Pour le concept, le jeune «lion» socialiste est à l’Elysée depuis un an et jette un coup d’œil dans le rétro, rapporte le JDD présent à l’enregistrement de l’émission. Le candidat de l’aile droite du PS dévoile le nom de son Premier ministre et, surprise, c’est Laurent Fabius, l’un des chefs de l’aile gauche du PS.

Mélenchon bientôt président d'un soir?

La première mesure du président-d'un-soir Manuel Valls, rapporte le journal, c’est d’installer un ministère franco-allemand de l’Economie. Quant à la réforme des retraites, il déclare, contrairement à la position officielle et du Parti socialiste, qu’il ne reviendra pas sur la loi que son prédécesseur, Nicolas Sarkozy a fait voter à l’automne 2010. Enfin, sur les questions de société, le président Valls «s’engage en faveur de l’homoparentalité et du mariage homosexuel», rapporte le JDD.

En cette période pré-électorale, cette émission devrait faire le plein. Les prochains à dire «si j’étais président» pourraient être Jean-François Copé, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.