Primaires au PS: Ségolène Royal réduit l'écart avec Dominique Strauss-Kahn dans les sondages

POLITIQUE Martine Aubry est à la traîne en troisième position...

Corentin Chauvel

— 

Le directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a appelé l'Union européenne à adopter une "stratégie de croissance commune" si elle veut "rompre les chaînes de sa faible croissance", vendredi à Francfort.
Le directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a appelé l'Union européenne à adopter une "stratégie de croissance commune" si elle veut "rompre les chaînes de sa faible croissance", vendredi à Francfort. — Fayez Nureldine afp.com

Les sondages se suivent et ne ressemblent pas vraiment. Après sa candidature officielle pour les primaires socialistes, Ségolène Royal reste toujours derrière Dominique Strauss-Kahn dans le cœur des Français, d’après un sondage CSA pour le Parisien, paru ce vendredi.

Mais, contrairement au sondage paru jeudi et qui donnait une différence béante entre les deux ténors du parti (46% pour DSK contre 10% pour Royal), l'écart se réduit selon cette nouvelle enquête d'opinion. Avec 29%, le directeur du Fonds monétaire international s’attire tout de même toujours les faveurs des Français, devant la présidente du Conseil régional du Poitou-Charentes (19%), et Martine Aubry (16%).

Les Français doutent des socialistes

L’enquête d’opinion révèle également que les Français sont désormais moins nombreux à envisager voter pour désigner le candidat socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 (36% contre 43% en juin dernier, 64% contre 71% chez les sympathisants socialistes).

En effet, les sondés doutent. Près de 55% d’entre eux ne croient pas à l’efficacité du Parti socialiste pour faire émerger le meilleur candidat, «pas plus que pour élaborer le projet présidentiel (57% d’avis négatifs)», précise le Parisien.

Méthodologie

Sondage réalisé les 1er et 2 décembre 2010 auprès d’un échantillon national représentatif de 930 personnes âgées de 18 ans et plus. Méthode des quotas.