Résultats législatives 2022 : Avec cinq circonscriptions sur dix, la gauche reprend pied en Loire-Atlantique

SECOND TOUR La Nupes a remporté la moitié des sièges de Loire-Atlantique, dimanche soir

Julie Urbach
Matthias Tavel et Julie Laernoeës (Nupes) élus députés de Loire-Atlantique
Matthias Tavel et Julie Laernoeës (Nupes) élus députés de Loire-Atlantique — SICCOLI PATRICK/SIPA et S. Salom Gomis / SIPA
  • Cinq candidats de la Nupes ont été élus députés en Loire-Atlantique, historiquement à gauche.
  • Le parti présidentiel, qui avait tout remporté il y a cinq ans, conserve cinq sièges.

Après le grand chelem réalisé par le parti présidentiel en 2017, la gauche regagne du terrain en Loire-Atlantique, qui comptait huit députés PS en 2012. Dimanche, à l’issue des duels du deuxième tour des élections législatives, la coalition Nupes est sortie en tête dans la moitié des dix circonscriptions. Le parti présidentiel, dont la majorité des candidats était en ballottage défavorable à l’issue du premier tour, conserve donc cinq sièges. « On rééquilibre les forces, s’est félicitée l’insoumise Ségolène Amiot, qui a fait rebasculer à gauche la 3e circonscription (Nantes-Saint-Herblain), ancien fief de Jean-Marc Ayrault, battant la sortante Anne-France Brunet. Les gens ne veulent plus d’une macronie surpuissante. »

La Nupes tire notamment son épingle du jeu dans trois des cinq circonscriptions nantaises. Dans la 2e, Nantes-centre, Andy Kerbrat qui avait frôlé les 50 % dimanche dernier confirme sa belle avance face à la marcheuse de la première heure Valérie Oppelt. Dans la 4e, Julie Laernoës (58 %) bat largement Aude Amadou. « On a créé un espoir formidable, s’est réjoui l’élue municipale et métropolitaine nantaise EELV, qui a annoncé qu’elle quitterait ses mandats. Nous allons continuer ce travail en commun, on ne peut pas le faire échouer maintenant, ni à l’Assemblée nationale, ni localement. »

Ailleurs dans le département, l’écologiste Jean-Claude Raux (6e) arrive vainqueur dans un territoire pourtant plutôt marqué à droite. L’insoumis Matthias Tavel (8e), lui, totalise 54,4 % des voix. « Cette victoire est le symbole de la défaite du président », a lancé depuis Saint-Nazaire cet ancien directeur adjoint de cabinet de Jean-Luc Mélenchon de 34 ans, originaire du Mans.

Pas de député socialiste

En mauvaise posture, Ensemble ! limite donc tout de même la casse, et notamment dans la première circonscription (Nantes-Orvault). Voilà peut-être la plus grosse surprise de la soirée : le marcheur Mounir Belhamiti, profitant du bon score du candidat de droite au premier tour, a renversé la tendance en obtenant 52 % des voix face au seul candidat socialiste du département, Karim Benbrahim, qui partait pourtant en tête. « Nous avons démontré que nous étions en capacité de rassembler sur un projet clair », estime celui qui prend donc la succession de François de Rugy après avoir été son suppléant.

En avance à l’issue du premier tour, l’ex-secrétaire d’État à la jeunesse Sarah El Haïry (5e) et Sophie Errante (10e) retrouvent toutes les deux leur siège de députée. Malgré des affaires judiciaires distinctes, Sandrine Josso à La Baule-Guérande et Yannick Haury, dans le Pays-de-Retz, réussissent à repasser devant leurs adversaires de la Nupes, notamment grâce aux réserves de voix de candidats dissidents, et retrouveront les bancs de l’Assemblée nationale.

Découvrez les résultats du second tour des législatives 2022 par ville, département et circonscription sur 20 Minutes.