Législatives 2022 : Deux militantes Femen réclament la démission de Damien Abad, accusé d’agressions sexuelles

MANIFESTATION Les deux jeunes femmes ont manifesté devant la mairie d’Oyonnax, qui sert de bureau de vote

X.R. avec AFP
— 
Damien Abad est ciblé par plusieurs accusations pour violences sexuelles.
Damien Abad est ciblé par plusieurs accusations pour violences sexuelles. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

« C’est plus des casseroles, c’est toute une cuisine qu’ils ont au cul », disait en substance une citoyenne à Elisabeth Borne il y a quelques jours, évoquant la présence d’hommes soupçonnés d’agressions sexuelles au sein du gouvernement. Parmi eux, Damien Abad, le ministre des Solidarités, visé par trois témoignages. L’ancien LR brigue un troisième mandat dans l’ Ain, et s’il est arrivé en tête au premier tour avec 33,38 % des voix, c’est bien au son des casseroles qu’il s’est réveillé ce dimanche matin.

Le vote du ministre pas perturbé

Celles agitées par deux militantes féministes, se réclamant du mouvement Femen, qui manifestaient devant la mairie d’Oyonnax. Tapant sur des casseroles, les deux jeunes femmes, seins nus, ont scandé « Abad démission » et « Abad, si tu ne sors pas tes casseroles, nous on s’en charge », comme le montre une vidéo diffusée sur Twitter par le mouvement féministe Femen.


La présence des deux manifestantes vers 9 heures devant la mairie, qui fait office de bureau de vote dimanche pour les élections législatives, a été « très rapide », selon une source policière et le vote de Damien Abad, dans une école d’Oyonnax, environ deux heures plus tard, n’a pas été perturbé.

Le ministre a été mis en cause au lendemain de sa nomination au gouvernement pour des violences sexuelles et visé entre les deux tours des élections législatives par de nouvelles accusations de la part d’une femme qui a dit à Mediapart avoir subi une tentative de viol en 2010. Il nie toutes les accusations qui n’ont pour l’instant donné lieu à aucune nouvelle enquête judiciaire. La Première ministre Elisabeth Borne a invité les femmes victimes de violences sexuelles à déposer plainte lors d’un déplacement de campagne cette semaine.