Législatives 2022 : Les territoires d'Outre-mer commencent à voter pour le second tour

VOTE En raison du décalage horaire, les territoires ultra-marins votent avant la métropole pour que tous les bureaux soient bien fermés dimanche soir

X.R. avec AFP
— 
Les électeurs d'Outre-mer commencent à voter.
Les électeurs d'Outre-mer commencent à voter. — Mourad ALLILI/SIPA

C’est déjà l’heure du vote pour certains Français. Alors que la campagne des législatives s’est achevée vendredi soir, et qu’on est désormais entré dans la fameuse « période de réserve » qui laisse un peu de répit médiatique aux électeurs, l’Outre-mer est déjà appelée aux urnes. Saint-Pierre-et-Miquelon a été le premier territoire d' Outre-mer à voter, ce samedi à midi heure de Paris. Ont suivi la Guyane, les Antilles – Martinique/Guadeloupe/Saint Martin et Saint Barthélemy – et aussi certains Français de l’étranger, notamment ceux de l’Amérique du Nord et ceux de l’Amérique du Sud.

Dans le Pacifique, les électeurs votent dimanche, mais étant donné le décalage horaire, ils commenceront à se rendre aux urnes samedi soir heure de Paris. Ainsi samedi à 22 heures à Paris, les bureaux de vote ouvriront en Polynésie et à Wallis et Futuna. Et à 23 heures à Paris, ce sera le tour de Nouméa, où il sera 8 heures dimanche. Dans l’Océan indien, où le décalage horaire est moindre, les électeurs voteront bien dimanche. A 6 heures à Paris ouvriront ainsi les bureaux de vote à La Réunion, suivi à 7 heures par ceux de Mayotte.

Le scrutin déterminera quelle coalition, celle de la majorité présidentielle sortante Ensemble ! ou celle de la gauche Nupes, sera en pôle position, même si la majorité sortante reste favorite selon les instituts de sondage. La question est surtout de savoir si cette majorité sera absolue (289 députés) ou relative, déterminant la capacité d’Emmanuel Macron à mettre en œuvre ses réformes. Si l’enjeu est légèrement décalé en Outre-mer, où les partis ne sont pas toujours alignés sur les partis de l’Hexagone, Ensemble ! figure néanmoins dans plusieurs duels. Reste à savoir si les électeurs se mobiliseront, certains territoires ayant une forte tradition abstentionniste.