Elections législatives 2022 : La gauche, en tête, espère prendre sa revanche en Loire-Atlantique

SECOND TOUR Ce dimanche se tient le second tour des élections législatives. « 20 Minutes » liste les points chauds du département de Loire-Atlantique

Julie Urbach
Une urne dans un bureau de vote à Nantes
Une urne dans un bureau de vote à Nantes — LOIC VENANCE / AFP
  • La Loire-Atlantique compte dix circonscriptions. Dans chacune d’entre elles, les électeurs devront choisir entre la Nupes ou le parti présidentiel.
  • La coalition de gauche part favorite même si les reports de voix pourraient limiter la casse dans le clan Ensemble !, qui avait tout remporté il y a cinq ans.

Dix duels entre le parti présidentiel Ensemble ! et la coalition de gauche Nupes, qui a largement mené la danse dimanche dernier. Malgré un scénario qui semble simple sur le papier, le second tour des législatives en Loire-Atlantique n’est pas du tout joué d’avance. Ce qui est sûr, c’est que la configuration politique va bien changer alors que la totalité des circonscriptions avaient été remportées par LREM il y a cinq ans. Cette fois, le rapport de force s’est inversé (avec seulement deux candidats macronistes en tête dimanche dernier) même si les reports de voix pourraient limiter la casse dans le clan Ensemble !. La gauche, qui attend de prendre sa revanche sur une terre qui lui est historiquement favorable, y parviendra-t-elle ?

Sur l’agglo nantaise, il est fort à parier que oui. Notamment dans la deuxième circonscription, après la performance réalisée dimanche dernier par le candidat Nupes Andy Kerbrat, qui a totalisé, à la surprise générale, 10.000 voix de plus que la sortante Valérie Oppelt. Sur la quatrième, l’écologiste Julie Laernoes (42,8 %) est en bonne place pour remporter son duel face à Aude Amadou (29,3 %), d’autant que la première a reçu le soutien d’un candidat divers gauche. Sur la troisième circonscription, ancien fief de Jean-Marc Ayrault, il est aussi possible que Ségolène Amiot, largement devant lors du premier tour, reste devant la sortante Anne-France Brunet, fragilisée par une affaire judiciaire et à la traîne avec plus de treize points de retard. Sur la huitième circonscription, où concourrait aussi un dissident socialiste, Matthias Tavel de la Nupes, en tête, part lui aussi favori.

Que feront les abstentionnistes et les électeurs RN ?

Ailleurs, les jeux semblent plus ouverts. Il faudra suivre de près la première circonscription, où le PS (qui disposait de huit élus sur dix en 2012) espère retrouver un siège grâce à Karim Benbrahim, son seul candidat investi par la Nupes. Ses cinq points d’avance feront-ils le poids face à Mounir Belhamiti, qui devrait tirer profit du bon score du candidat LR notamment après le soutien officiel de Christelle Morançais, la présidente de région ? Qui sortira en tête dans la cinquième, où l’ex-secrétaire d’État à la jeunesse Sarah El Haïry est en ballottage favorable ?

Au vu des scores du premier tour, la coalition de gauche devrait tout de même avoir du fil à retordre, par exemple face aux députés LREM sortants Sophie Errante, arrivée en tête dans la dixième, ou Yannick Haury, dans la neuvième, qui devrait bénéficier des voix du dissident Paul Brounais. Sans compter que les abstentionnistes pourraient peser dans la balance s’ils se mobilisent cette fois. Tout comme les électeurs du Rassemblement national, parti arrivé en troisième position un peu partout en Loire-Atlantique mais qui n’a donné aucune consigne de vote.