Législatives 2022 : Un embouteillage prive deux candidats LREM de propagande électorale

BOUCHON Deux candidats LREM aux élections législatives dans le Nord se sont insurgés après avoir vu la commission de propagande électorale refuser leurs professions de foi arrivées en retard

Mikaël Libert
— 
Illustration sur la distribution de la propagande électorale.
Illustration sur la distribution de la propagande électorale. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Les qualifiés au deuxième tour des législatives avaient jusqu’à jeudi, 12h, pour remettre leurs professions de foi en préfecture.
  • Deux candidates LREM ne bénéficieront pas de l’acheminement par l’Etat, leur transporteur étant arrivé en retard.
  • Elles dénoncent un manque de souplesse de la commission de propagande électorale.

A côté, c’est pas dedans. Violette Spillebout et Vanessa Duhamel, candidates LREM aux élections législatives, respectivement dans les 9e et 1re circonscriptions du Nord, devront distribuer elles-mêmes leurs professions de foi aux électeurs faute d’avoir pu les acheminer en préfecture dans les délais. Toutes deux s’insurgent d’un manque de souplesse de la commission de propagande.

C’est écrit noir sur blanc sur le site internet de la préfecture du Nord, « Conformément à l’arrêté préfectoral du 29 avril 2022, les documents devront obligatoirement être déposés […] avant le mercredi 15 juin 2022 à 12 heures au plus tard pour le second tour ». Soit un délai de 60 heures pour organiser éventuellement l’impression et l’acheminement. Hélas, les aléas de la circulation lilloise, souvent pointés du doigt par Violette Spillebout, se sont posés comme un grain de sable dans l’engrenage.

Plus de 150.000 documents sur les bras

« Le transporteur chargé de la livraison des professions de foi et bulletins de vote des candidates de la majorité présidentielle dans les 1re et 9e circonscriptions du Nord, a été pris dans des embouteillages et est arrivé au centre logistique à 12h30 au lieu de 12h », reconnaissent les deux candidates dans un communiqué. Retoquées pour ce hors délai par la commission de propagande, les deux femmes sont reparties avec leurs 156.566 documents sous le bras (au sens figuré).

Une décision « rigide » et « grave démocratiquement » dénoncée par les candidates. Alors, pour ne pas envoyer à l’incinérateur tout ce papier, elles vont rassembler leurs troupes et faire le job elles-mêmes. Tractage, boîtage, réseaux sociaux… Peut-être même que cette méthode sera plus efficace que l’envoi postal de la propagande qui déplore souvent quelques ratés.