Résultats législatives 2022 : En mauvaise posture à Rennes, Florian Bachelier paie-t-il son côté clivant ?

GUEULE DE BOIS Devancé de plus de treize points dimanche soir lors du premier tour des élections législatives, le député rennais et Premier questeur de l’Assemblée Florian Bachelier est en ballottage très défavorable dans la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine

Jérôme Gicquel
— 
Proche de Richard Ferrand, le député LREM Florian Bachelier a été largement devancé par le candidat de la Nupes dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine.
Proche de Richard Ferrand, le député LREM Florian Bachelier a été largement devancé par le candidat de la Nupes dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine. — Damien Meyer / AFP
  • Candidat à sa réélection à Rennes, le député LREM Florian Bachelier est en ballottage très défavorable.
  • Le Premier questeur de l’Assemblée nationale a été devancé de plus de treize points par le candidat de la Nupes Mickaël Bouloux.
  • Dans la capitale bretonne, la personnalité clivante du député en irrite plus d’un.

Il était clairement le candidat à abattre à Rennes. Ce lundi, les adversaires du député sortant Florian Bachelier jubilent après les résultats du premier tour des élections législatives. Candidat à sa réélection dans la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine, le premier questeur de l’Assemblée nationale a été largement devancé par le candidat de la Nupes. Avec 32,3 % des voix, le député marcheur arrive plus de treize points derrière le maire socialiste du Rheu Mickaël Bouloux, crédité de 45,7 % des suffrages. Dans une circonscription clairement ancrée à gauche, le résultat ne surprend pas trop l’intéressé. « On ne s’attendait pas être premier », a-t-il confié ce lundi matin au micro de France Bleu Armorique.

Au sein de la macronie, les 6.660 voix d’écart entre les deux candidats interrogent tout de même. « On ne va pas se mentir, la Nupes a réalisé un score élevé », souligne Antoine Esnault, président des Jeunes avec Macron en Bretagne. « Mais c’est un score de premier tour et rien n’est joué », assure-t-il. Un optimisme loin d’être partagé par Romain Pasquier. « Cela sent quand même fortement le roussi », souligne le directeur de recherche au CRNS et enseignant à Sciences Po Rennes, qui avait prédit « un match serré ». « Mais là, l’écart paraît très difficile à combler, d’autant que la majorité présidentielle aura peu de réserves de voix », assure le politologue.

Adepte de la polémique

Si la sociologie électorale de la 8e circonscription, la plus rennaise, explique en partie l’avance de la gauche, la personnalité clivante de Florian Bachelier n’a pas non plus joué en sa faveur. « Cela ne l’a pas aidé en tout cas, reconnaît Romain Pasquier. Car en Bretagne, et notamment à Rennes, ce n’est pas forcément une attitude politique qui plaît. » Inconnu avant son élection en 2017, l’avocat d’affaires joue ainsi souvent le rôle de franc-tireur sur les plateaux TV, notamment sur celui de Cnews, pour défendre le bilan de la majorité. Son franc-parler a d’ailleurs débouché sur quelques belles prises de bec avec François Ruffin ou Martin Hirsh.

A l’Assemblée nationale, où il tient les cordons de la bourse, le style Florian Bachelier en irrite aussi plus d’un. En tant que premier questeur, l’élu n’a en effet cessé de mettre en avant les économies réalisées par l’institution sous sa mandature. Mais un article du Monde paru la semaine dernière est venu un peu noircir le tableau. Dans cette enquête, le quotidien affirme qu’il n’y a point eu d’économies et que le budget de fonctionnement du Palais-Bourbon a même augmenté ces cinq dernières années. La pression exercée sur ses équipes aurait également entraîné un grand turn-over avec pas moins de 28 assistants parlementaires qui se sont relayés durant le quinquennat, précise Le Monde.

En guerre ouverte avec la maire de Rennes Nathalie Appéré

Au niveau local, l’ancien socialiste prend aussi plaisir à égratigner la maire de Rennes et ses alliés écologistes. Une guerre des mots à laquelle Nathalie Appéré, d’abord restée sourde aux attaques, répond désormais. « Il y a une recherche systématique par Monsieur Bachelier du clivage et de la polémique dans le débat public, avec un goût prononcé pour les rodomontades identitaires et sécuritaires qui étaient jusqu’alors l’apanage de la droite la plus dure », confiait-elle récemment au quotidien du soir.

Gaëlle Rougier, adjointe écologiste à l’éducation à la mairie de Rennes, tire aussi à boulets rouges sur le député Bachelier. « A force de s’attribuer le mérite de tous les dossiers qui n’étaient pas les siens, il s’est fait appeler le coucou rennais », souligne l’élue, assurant que le député « s’est mis à dos beaucoup d’élus locaux, d’associations, d’habitants ». Un portrait trompeur selon Antoine Esnault. « C’est un député qui est ouvert au dialogue et qui parle avec tout le monde », assure le jeune macroniste. Les gens lui reconnaissent aussi son franc-parler car il dit les choses et il agit pour son territoire. A l’inverse, je ne suis pas sûr que Mickaël Bouloux sera d’une grande utilité à l’Assemblée ».

Au cours du quinquennat, l’homme s’est aussi distingué en se mêlant et en intervenant sur de nombreux dossiers locaux comme celui de l’insécurité. Un moyen de servir les intérêts de sa compagne Carole Gandon, candidate déchue aux élections municipales de 2020, qui rêvait de ravir la capitale bretonne aux socialistes qui y siègent depuis 1977. « Je ne suis pas contre l’émergence de nouvelles têtes en politique, bien au contraire. Mais ils ont usé d’une forme d’arrogance. Ils ont peut-être été piégés par une trop grande confiance en eux », estime Gaëlle Rougier.

Découvrez les résultats du premier tour des législatives 2022 par circonscription dans chaque ville et département.