Législatives 2022 : « Un record historique », le RN en tête dans 47 % des circonscriptions de la région Paca

CARTON PLEIN Le Rassemblement national est présent dans 75 % des circonscriptions de la région Paca et apparaît au lendemain des législatives comme un potentiel vivier de députés

Mathilde Ceilles
Marine Le Pen sur un marché de Marignane aux législatives, aux côtés de Franck Allisio, candidat dans la douzième circonscription
Marine Le Pen sur un marché de Marignane aux législatives, aux côtés de Franck Allisio, candidat dans la douzième circonscription — Alain Robert / Sipa
  • Au lendemain du premier tour des élections législatives, la région Paca apparaît, avec le Nord, comme une terre pouvant fournir de nombreux députés au RN.
  • Le parti de Marine Le Pen est en tête dans 19 des 40 circonscriptions de la région, et est optimisme sur l’issue du scrutin.
  • Il mise à la fois sur une progression de Marine Le Pen sur le territoire, lié notamment à l’effondrement des LR, mais aussi des scores assez élevés de Reconquête !

Les chiffres sont sans commune mesure. Alors que, dans l’ensemble de l’Hexagone, le Rassemblement national décroche une troisième place, avec 18,7 % des voix, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, le parti de Marine Le Pen joue les premiers rôles, avec une présence dans 30 des 40 circonscriptions que compte la région, dans tous les départements, sauf les Hautes-Alpes. Les candidats du RN arrivent en tête dans 19 d’entre elles, faisant de la région Paca un possible vivier de députés frontistes pour cette nouvelle mandature.

« C’est un record historique, se réjouit Franck Allisio, chef de file du RN dans les Bouches-du-Rhône et candidat dans la douzième circonscription. On arrive en tête dans 12 circonscriptions sur 16. Ça n’était jamais arrivé. Et dans plusieurs circonscriptions, on n’est pas là pour être témoin. On a de vraies chances de gagner. » Le parti espère ainsi une victoire dans la troisième circonscription, dans les quartiers Nord de Marseille, qui avait envoyé un temps un certain Stéphane Ravier. Le RN lorgne aussi sur les circonscriptions de Gardanne, d’Arles et de Vitrolles. Dans cette dernière, particulièrement symbolique compte tenu de l’histoire politique locale liée aux Mégret, Franck Allisio est arrivé en tête avec 36,28 % des voix, plus de six points devant le député sortant LR Eric Diard.

Une terre de cadres

« La région Paca redevient pleinement ce qu’elle n’avait cessé d’être : une terre où nos idées sont en force. Au niveau régional, on explique ces résultats par le fait qu’on bénéficie de la campagne de Marine Le Pen qui était à l’unisson avec ce que les Français pensaient. » Les candidats aux législatives en Paca capitalisent en effet sur la bonne dynamique régionale de Marine Le Pen, arrivée en tête au second tour avec 50,48 % des suffrages.

« Dans le Var, Marine Le Pen a beaucoup progressé » , avec une hausse de 6 points par rapport à 2017, rappelle le chef de file RN varois Franck Giletti. Dans le Var, le RN est présent dans les huit circonscriptions du département, et en tête dans cinq d’entre elles. « C’est aussi le fruit d’un travail de présence dans le département, croit savoir Franck Giletti. Dans le Var, nous avons sorti beaucoup de cadres, comme le maire de Fréjus David Rachline. »

La division, c’est tout bon

Le RN profite également de la débâcle des LR, comme dans la quinzième circonscription des Bouches-du-Rhône, où le député LR sortant Bernard Reynès est éliminé dès le premier tour au profit du candidat RN Romain Baubry. « Les LR ne représentent plus une alternative crédible, accuse Franck Allisio. La seule question qu’on se pose quand on a un élu LR, c’est quand il va rejoindre Emmanuel Macron. »

Surtout, la division avec Reconquête ! apparaît aujourd’hui comme un marchepied en or vers l’Assemblée nationale. « Contrairement à 2017, nous avons des réserves de voix », souligne Franck Giletti. Dans la quatrième circonscription du Var, Eric Zemmour a ainsi obtenu 23,19 % des voix, laissant espérer au candidat RN Philippe Lottiaux, qualifié pour le second tour avec 24,74 %, la possibilité de doubler son score. Reste à savoir si les électeurs se déplaceront, après avoir largement boudé les urnes au premier tour.