Résultats législatives 2022 : La majorité présidentielle termine d'un cheveu devant l'alliance Nupes...

SCRUTIN La Nupes et la majorité présidentielle Ensemble ! sont au coude à coude selon les premières estimations de ce premier tour, suivez avec nous cette soirée électorale

M.P., X.M., X.R., R.L.D.
— 
La majorité présidentielle refuse de donner des consignes de vote claires en cas de duel RN/Nupes.
La majorité présidentielle refuse de donner des consignes de vote claires en cas de duel RN/Nupes. — Jacques Witt/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Ça y est ! Le premier tour des élections législatives a lieu ce dimanche. Environ 48 millions d’électeurs inscrits sont appelés à élire leurs 577 représentants à l’Assemblée nationale pour les cinq prochaines années. Plus de 6.300 candidats sont en lice.
  • Le taux d’abstention est quant à lui estimé à environ 52.5 % à 20h, un niveau un plus élevé que celui de 2017 (51.3 %). 
  • Selon les estimations Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, la Nupes arriverait première (25.6 %), quelque peu devant Ensemble ! deuxième (25.2 %), le RN arriverait troisième (19.1 %), LR-UDI-DVD quatrième (13,6 %) et Reconquête ! cinquième (4.1 %).
  • Découvrez les résultats du premier tour des législatives 2022 par circonscription dans chaque ville et département.

A VOIR

A LIRE

 

1h30 : Ce live est terminé

On se retrouve dans quelques heures pour la campagne de l'entre-deux tours qui démarre.

0h50 : Les résultats sont complets, Ensemble ! termine avec un peu plus de 20.000 voix d'avance sur la Nupes

Donné devant à 20 heures, l'alliance Nupes termine finalement 21.442 voix derrière la majorité présidentielle, selon les résultats complets disponibles sur le site du ministère de l'Intérieur. C'est avant tout symbolique, les deux forces sont quasi à égalité, et tout se jouera sur le report des voix pour voir si Emmanuel Macron dispose d'une majorité absolue ou relative.


0h40 : Confusion sur les résultats sur le site du ministère de l'Intérieur

Le ministère affichait des résultats sur 100% des votes, avec 14.133 voix d'avance pour la majorité présidentielle, mais vient de repasser à 99%, avec des voix qui sont visiblement toujours comptabilisées. Ce qui est clair, c'est que l'alliance Nupes et Ensemble ! finiront quasi à égalité en pourcentage.


 

0h34 : Des duels Nupes/majorité présidentielle en Loire Atlantique

Les candidats de la Nupes et de la majorité présidentielle sont arrivés en tête dans les dix circonscriptions de Loire-Atlantique, ne laissant aucune chance au RN, souvent relégué en troisième position.

Dans la première circonscription, celle de Nantes-Orvault jusqu’ici détenue par l’ancien ministre François de Rugy qui a quitté la vie politique nationale, le candidat de la Nupes Karim Benbrahim (36,97 %) l’emporte sur celui de la majorité présidentielle Mounir Belhamiti (31,48 %).

Même tendance dans les trois autres circonscriptions de Nantes, où les candidats de la Nupes arrivent partout en première position avec plus de 40 % des suffrages, devant des candidats sortants de la majorité présidentielle autour des 29 %.

0h34 : Des duels Nupes/majorité présidentielle en Loire Atlantique

Les candidats de la Nupes et de la majorité présidentielle sont arrivés en tête dans les dix circonscriptions de Loire-Atlantique, ne laissant aucune chance au RN, souvent relégué en troisième position.

Dans la première circonscription, celle de Nantes-Orvault jusqu’ici détenue par l’ancien ministre François de Rugy qui a quitté la vie politique nationale, le candidat de la Nupes Karim Benbrahim (36,97 %) l’emporte sur celui de la majorité présidentielle Mounir Belhamiti (31,48 %).

Même tendance dans les trois autres circonscriptions de Nantes, où les candidats de la Nupes arrivent partout en première position avec plus de 40 % des suffrages, devant des candidats sortants de la majorité présidentielle autour des 29 %.

0h31 : Clément Beaune dans la tourmente à Paris

Le ministre délégué chargé de l’Europe s’est qualifié ce dimanche pour le second tour des législatives dans la 7e circonscription de Paris face à son adversaire de la Nupes, Caroline Mecary. Il arrive cependant en deuxième position.

 

0h24 : Vers un 6e mandat de député pour NDA ?

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) a récolté 33,34% des voix dans la 8e circonscription de l'Essonne.

 

0h23 : Rachel Kéké devance Roxana Maracineanu dans le Val-de-Marne

Dans la 7e circonscription du Val-de-Marne, l’ex-ministre déléguée chargée des Sports Roxana Maracineanu est devancée de 13 points par la candidate Nupes Rachel Kéké.

 

 

0h18 : Sandrine Rousseau qualifiée pour le second tour, son homonyme éliminée

La stratégie des chasseurs a échouée. Dans la 9e circonscription de Paris, Sandrine Rousseau (Nupes) a récolté 42,90 % au 1er tour des législatives. Son homonyme, candidate du Mouvement pour la ruralité, a été éliminée avec 1,88 % des suffrages exprimés.

 

0h12 : Dans la Somme, Pompili souffle le chaud et le froid pendant que Ruffin s'éclate

L'ancienne ministre de la transition écologique est en ballottage défavorable, tandis que le candidat Nupes arrive largement en tête.

 

0h09 : Villani en tête dans l'Essonne

Le mathématicien et ancien ministre, qui a rallié la Nupes, est en tête dans la 5e circonscription de l’Essonne. Il devance un candidat Ensemble !

 

0h04 : Le policier Bruno Attal loin du compte à Vénissieux est éliminé

Il avait fait parlé de lui grâce à un potentiel duel explosif avec Taha Bouhafs, le policier et youtubeur Bruno Attal n’a recueilli que 5,38 % des voix, ce dimanche, lors de son parachutage dans la 14e circonscription du Rhône, où Idir Boumertit (Nupes) devance assez nettement le député sortant Yves Blein (Ensemble !).

 

0h02 : Malgré 55,8% des voix, Manuel Bompard (Nupes-LFI) devra passer par un second tour

La faute à une (très) faible participation. Seul 38,06% des électeurs se sont rendus aux urnes dans cette circonscription du centre-ville de Marseille.

 

 

23h56 : Un député de la majorité présidentielle élu dès ce dimanche dans la Mayenne

Yannick Favennec (Horizons), le député sortant de la troisième circonscription de la Mayenne, a été élu dès le premier tour des élections législatives, ce dimanche.

 

23h55 : Danièle Obono réélue dès le premier tour

La députée (Nupes-LFI) sortante, candidate à sa réélection dans la 17e circonscription de Paris est réélue dès ce premier tour avec 54,42% des voix.

 

23h52 : Retour sur les grands perdants de la soirée, en vidéo

 

23h50 : La majorité présidentielle en tête dans 7 circonscriptions sur 8 dans le Finistère

Dans le Finistère, la majorité présidentielle est arrivée en tête dimanche à l’issue du premier tour des législatives dans toutes les circonscriptions, sauf celle de Brest-centre où le candidat Insoumis de la Nupes Pierre-Yves Cadalen s’impose.

Dans la 6e circonscription, celle de Châteaulin, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, député depuis 2012, a recueilli 33,56 % des voix. En 2017, il avait obtenu 34 % des suffrages au premier tour, avant de s’imposer avec 56,53 % des voix face à la candidate des Républicains, Gaëlle Nicolas, qui ne s’est, cette année, pas qualifiée pour le second tour, en ne recueillant que 10,6 % des voix.

Richard Ferrand affrontera donc la candidate PS de la Nupes Mélanie Thomin (31,16 %) dimanche prochain.

23h48 : Discrétion et soulagement à droite

Selon les premiers scores, la droite totalise entre 11,4 % et 14 % des voix, un score bien plus élevé que les 4,76 % de la candidate des Républicains (LR) Valérie Pécresse à la présidentielle.

Le sénateur Philippe Bas a salué « un redressement très net » de LR, qui pourrait néanmoins perdre sa place de premier groupe d’opposition au Palais-Bourbon dimanche prochain.

23h42 : Gabriel Attal passé tout près d’une réélection au premier tour

Candidat à sa propre succession dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, le ministre délégué des Comptes publics, Gabriel Attal, est passé tout près d’une élection dès le premier tour ce dimanche avec un score de 48 %.

 

23h40 : Les enseignements à tirer du premier tour

Près de 4 heures après la fermeture des derniers bureaux de vote, notre journaliste Julien Laloye fait un premier bilan de ce premier tour. 

 

23h33 : La France insoumise lance le duel Borne/Mélenchon

Conformément à sa ligne depuis la présidentielle, la France insoumise insiste pour la «bataille de Matignon» : «Le 19 juin, ce sera Mélenchon contre Borne», a lancé le député LFI sortant de Seine-Saint-Denis, Bastien Lachaud.

23h27 : Emmanuelle Wargon, l'ancienne ministre du Logement, éliminée dès le 1er tour dans le Val-de-Marne

Disparue aussi rapidement que son ministère...


 

23h22 : Parce que les élections législatives sont aussi l’occasion de redécouvrir des spécialités de nos régions

La rédaction de 20 Minutes précise à ses lecteurs que ce jeu de mots a été effectué hors des heures de service de l’auteur.


 

23h16 : Blanquer, mauvais perdant ?

Invité à s'exprimer sur sa défaite dès le premier tour dans la 4e circonscription du Loiret sur France 2, l'ancien ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer a déploré une défaite « très décevante » face à un adversaire qui aurait «multiplié les irrégularités, y compris juridique», laissant entendre qu’il se réservait le droit de porter cette affaire en justice, sans donner plus de détails.

23h11 : Au QG de la Nupes, on rêve toujours d'envoyer Mélenchon à Matignon

Notre journaliste Thibaut Le Gal a passé la soirée au QG de la Nupes où l'optimisme est de rigueur. 

 

23h05 : Des consignes de vote au « cas par cas » en cas de duel RN/Nupes pour la majorité présidentielle

La Première ministre, Elisabeth Borne, n’a pas donné de consigne dans son discours et a semblé renvoyer dos à dos extrême gauche et extrême droite.

 

22h57 : Le premier questeur se fait concasser

Premier questeur de l’Assemblée nationale, le député sortant Florian Bachelier s’est fait étriller par le candidat de la Nupes Mickaël Bouloux. Le socialiste, maire de la petite commune du Rheu, est en tête avec 45,7 % des voix, loin, très loin devant le candidat de la majorité présidentielle, qui n’obtient que 32,3 %.


 

22h52 : Yannick Jadot juge « Absolument scandaleux » l’absence de position de la majorité en cas de duel Nupes-RN

La fin du pacte républicain ? Alors que le parti présidentiel a annoncé qu’il donnera des consignes de vote « au cas par cas » en cas de duel Nupes-RN au second tour, l’ex-candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot a jugé « absolument scandaleux » l’absence de position de la majorité présidentielle alors que « les écologistes se sont massivement mobilisés pour faire battre Le Pen à la présidentielle ».


Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a jugé « assez scandaleuse » l’intervention d’Elisabeth Borne. « Elle cherche maintenant à expliquer qu’il y aurait deux extrêmes contre lesquelles il faudrait se battre. »

22h48 : Olivier Faure facilement au second tour

Avec 46,90 % des voix, le patron du PS Olivier Faure est très bien placé pour sa réélection.

 

22h39 : Scores, projections, abstention... Le premier tour en quatre infographies

 

22h30 : En Corse, les trois députés nationalistes sortants qualifiés pour le 2e tour

Les trois députés nationalistes sortant se sont qualifiés ce dimanche pour le second tour des élections législatives en Corse en arrivant en tête de leur circonscription, malgré la division de leur camp, et avec la droite insulaire en première concurrente.

22h28 : Olivier Véran largement en tête dans la 1ere circonscription de l’Isère

L’ancien ministre de la Santé, actuellement ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, joue son poste au gouvernement. Il réalise un véritable raz-de-marée avec 49,11 % des résultats exprimés en sa faveur, selon les premières estimations Ifop-Fudical-TF1.

22h25 : Dans la 14e circonscription de Paris, Benjamin Haddad (Ensemble !) au second tour

 

22h22 : … et dans le Lot-et-Garonne.

Le RN confirme son implantation, et qualifie pour le second tour ses candidats dans les trois circonscriptions du Lot-et-Garonne où deux triangulaires sont possibles, alors qu’un député sortant LREM, Olivier Damasin, est éliminé dès le premier tour.

 

22h17 : Le RN cartonne dans les Pyrénées-Orientales...

Au premier tour, ce dimanche, le parti de Marine Le Pen s'est qualifié sans problème dans toutes les circonscriptions du département.

 

22h14 : Zemmour et Blanquer rejoignent Valls (pas en Espagne)

Dans le Var, le polémiste d’extrême droite Eric Zemmour, qui avait atteint 7 % des voix lors de la présidentielle, a mordu la poussière. Il est éliminé dès le premier tour, comme l’ex-ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, qui portait les couleurs de la majorité dans la 4e circonscription du Loiret. L’ancien Premier ministre Manuel Valls, également candidat de la majorité, n’a pas franchi le premier tour dans la 5e circonscription des Français de l’étranger, qui avait voté il y a une semaine déjà.

22h13 : Le Rassemblement national vise un groupe

Derrière Ensemble ! et Nupes, le Rassemblement national se classe troisième avec autour de 19 % des voix, soit une forte progression par rapport à 2017 (13,2 %). Avec ce résultat, Marine Le Pen, qui à titre personnel aurait obtenu plus de la moitié des voix dans sa circonscription du Pas-de-Calais, espère obtenir dimanche prochain au moins les 15 députés nécessaires pour former un groupe à l’Assemblée nationale. Ce serait une première depuis 1986.

 

22h11 : En marche vers une majorité… relative ?

Les projections des instituts de sondage pour le second tour ne garantissent pas une majorité absolue pour Ensemble !. Selon les projections, la majorité sortante se trouverait dans une fourchette entre au moins 255 et au maximum 310 sièges. Si Ensemble! n’atteint pas la barre des 289 sièges, cette confédération n’aurait qu’une majorité relative et pourrait être contrainte de chercher des alliés, par exemple du côté des Républicains, qui ont obtenu autour de 12 % des voix, soit plus de deux fois le score de leur candidate Valérie Pécresse au premier tour de la présidentielle mais bien moins qu’en 2017 (18,7 %).

22h10 : La gauche en (courte) tête

Unie sous la bannière de la Nupes (LFI, PCF, PS et EELV), la gauche est arrivée au coude-à-coude voire légèrement en tête du premier tour avec un peu plus de 25 % des voix, face à la majorité présidentielle sortante. Le leader de cette alliance, Jean-Luc Mélenchon, qui avait présenté les législatives comme le «troisième tour de la présidentielle», a aussitôt appelé les électeurs de gauche «à déferler dimanche prochain» pour le second tour. Si les estimations se confirmaient, ce serait la première fois qu’un parti ayant gagné la présidentielle n’arriverait pas en tête au premier tour depuis le début de la Ve République.

22h02 : Une abstention record

Moins d’un électeur sur deux s’est rendu aux urnes ce dimanche. L’abstention au premier tour des législatives a battu un nouveau record pour se situer entre 52,1 % et 53,2 %, selon les estimations. Elle est légèrement plus forte qu’il y a cinq ans lorsqu’elle avait atteint la barre des 51,3 %. Au second tour, elle avait même atteint 57,36 %. Lors de la présidentielle d’avril, il y avait eu un rebond de la participation (26,3 % d’abstention au premier tour), qui aura donc été de courte durée. Depuis l’instauration du quinquennat et l’inversion du calendrier électoral en 2002, les électeurs peinent de plus en plus à mobiliser pour désigner leurs députés à l’Assemblée nationale.

22h : L'heure d'un premier bilan de cette soirée électorale
21h54 : Florian Philippot éliminé au premier tour à Forbach

Quand ça veut pas... Le président des Patriotes, Florian Philippot, n'a obtenu que 4,62 % des voix dans sa circonscription de Moselle. 

 

21h51 : Malgré les accusations de viol, Damien Abad (Ensemble!) largement en tête dans la 5e circonscription de l'Ain

Le ministre de la Solidarité, de l’Autonomie et des Personnes handicapées devance d'environ 10 % son adversaire de la Nupes Florence Pisani, ce dimanche, autour d'Oyonnax (Ain).

 

 

21h46 : La réaction de Borne « sent un peu la panique », juge Olivier Faure

Les réactions de la Première ministre, Elisabeth Borne, à l’issue du premier tour des élections législatives « sentent un peu la panique », a estimé ce dimanche le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure.

Quelques minutes auparavant, la cheffe du gouvernement avait appelé les « forces républicaines à se rassembler » autour du projet et des candidats de la majorité, seuls à porter « un projet de cohérence face aux extrêmes ».

« J’ai trouvé son intervention assez scandaleuse, quand elle cherche maintenant à expliquer qu’il y aurait deux extrêmes contre lesquelles il faudrait se battre (…) franchement ça sent beaucoup la panique », a réagi Olivier Faure sur France 2.

21h43 : La Nupes toujours en tête selon de nouvelles estimations

Selon les estimations Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, la Nupes arriverait première (25.6 %), quelque peu devant Ensemble ! deuxième (25.2 %), le RN arriverait troisième (19.1 %), LR-UDI-DVD quatrième (13,6 %) et Reconquête ! cinquième (4.1 %).


 

21h41 : Ensemble !, «seule force politique en mesure d’obtenir la majorité » à l’Assemblée, selon Elisabeth Borne

La première ministre Elisabeth Borne a estimé, ce dimanche qu’Ensemble !, arrivé selon les sondages au coude-à-coude avec l’union de la gauche au premier tour des législatives, était la « seule force politique en mesure d’obtenir la majorité » à l’Assemblée dimanche prochain au second tour.

« Ce soir, des millions de Français ont choisi les candidats de la majorité présidentielle. Grâce à eux et à notre présence massive au second tour, nous sommes la seule force politique en mesure d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale », a-t-elle dit depuis le siège de campagne d’Ensemble !.

21h37 : Valérie Rabault en tête du premier tour dans le Tarn-et-Garonne

La candidate sortante socialiste est arrivée largement en tête avec 33,33 % des voix au premier tour.

 

21h33 : Aurélien Pradié se qualifie facilement dans son fief du Lot

Il affrontera une candidate Nupes au second tour...

 

21h28 : Stanislas Rigault (et sa suppléante Marion Maréchal), passent à la trappe dans le Vaucluse

Le jeune candidat Reconquête !, et sa suppléante, Marion Maréchal, est éliminé dès le premier tour dans la 2e circonscription du Vaucluse. Avec 10,54 %, il termine les candidates Rassemblement national (26,08 %) et Ensemble ! (23,07 %).

 

21h25 : Le chef de file de la Nupes ne désarme pas face aux prévisions

 

21h18 : Christian Jacob ne veut donner «aucune voix pour les extrêmes» au second tour
21h12 : L'analyse RGV du soir

 

21h06 : Eric Zemmour éliminé dès le premier tour !

Eric Zemmour, président du parti d’extrême droite Reconquête !, a été éliminé au premier tour des législatives dans le Var, après être arrivé troisième, avec 23,19 % des suffrages exprimés derrière la député sortante LREM Sereine Mauborgne (28,51 %) et le RN Philippe Lottiaux (24,74 %).


 

21h00 : «Notre premier devoir collectif c’est de faire reculer l’abstention», estime Elisabeth Borne
20h51 : Elisabeth Borne soulage la majorité présidentielle

La majorité sortante a poussé un ouf de soulagement en découvrant le score de la cheffe du gouvernement, Elisabeth Borne, arrivée en tête dans la sixième circonscription du Calvados et désormais largement favorite.

20h50 : Francis Lalanne aussi éliminé au premier tour

Il a eu beau chanter "Pense à moi, comme je t’aime", mais les électeurs n’ont pas pensé à lui. Francis Lalanne ne totalise que 2,13 % des voix dans la 3e circonscription de Charente.

 

20h46 : Blanquer éliminé au premier tour

L'ancien ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est éliminé dès le premier tour dans la 4e circonscription du Loiret. 

 

20h38 : C'est l'heure de l'analyse PB

Soit de Philippe Berry, notre journaliste aux Etats-Unis


 

20h37 : Bardella « appelle les électeurs au sursaut » pour le second tour

Le président du Rassemblement National, Jordan Bardella, a appelé dimanche « les électeurs au sursaut » pour le second tour des élections législatives, ajoutant qu’il n’y a « pas de fatalité » à l’alternative entre majorité présidentielle et union de la gauche.

Il a indiqué sur TF1 qu’il voterait « blanc » dans le scénario d’un second tour entre un candidat du parti présidentiel et de l’union de la gauche (Nupes), estimant que ses électeurs « feront pareil ».

20h35 : Majorité présidentielle « présente dans une majorité de circonscriptions »

Au coude-à-coude avec l’union de la gauche (Nupes), « la majorité est présente dans une écrasante majorité de circonscriptions » au second tour des élections législatives, s’est félicitée la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, sur le plateau de France 2.

Elle a en revanche déploré « la faible participation et le taux d’abstention », qui est selon elle « le fait majeur qui doit tous nous interroger ».

20h29 : « Confirmer » le score de MLP lors du second tour

Marine Le Pen a demandé dimanche aux électeurs de sa circonscription du Pas-de-Calais de confirmer son score lors du second tour des élections législatives et jugé possible d’envoyer « un groupe très important » du Rassemblement national (RN) à l’Assemblée nationale.


« Les électeurs de la 11e circonscription du Pas-de-Calais m’ont placée à 55 % des voix », s’est félicitée la candidate lors d’une allocution à Hénin-Beaumont, appelant « tous (ses) électeurs à confirmer et amplifier leur vote » là où des candidats RN seront qualifiés pour le second tour, afin « d’envoyer un groupe très important de députés patriotes dans la nouvelle Assemblée nationale ».

Marine Le Pen n’a pas donné pas de consigne de vote pour le second tour dans les circonscriptions où le Rn est éliminé. « Dans les circonscriptions où un candidat LREM affronte un candidat de gauche, j’invite les électeurs à ne pas choisir entre les destructeurs d’en haut et les destructeurs d’en bas, entre ceux qui veulent vous priver de vos droits et celles qui veulent vous priver de vos biens. » Et de conclure : « La France n’est ni une Zad, ni une salle de marché. »

20h27 : « J’appelle notre peuple à déferler dimanche prochain » au second tour

Jean-Luc Mélenchon a pris la prole dès 20h26. «La vérité est que le parti présidentiel est battu et défait», a estimé le chef de file de la Nupes

20h26 : Suivez en direct l'allocution de Jean-Luc Mélenchon (Nupes-LFI)

 

20h24 : Elisabeth Borne au second tour dans la 6e circonscription du Calvados

Selon les premières estimations, la Première ministre, Elisabeth Borne, serait en tête au premier tour dans la 6e circonscription du Calvados avec 34,9 %, loin devant le jeune candidat de la Nupes Noé Gauchard (24, 9 %) et Jean-Philippe Roy du Rassemblement National (21,3 %).

20h19 : La majorité présidentielle « présente dans une majorité de circonscriptions » au second tour des législatives, selon Olivia Gregoire, porte-parole du gouvernement
20h16 : Selon l'institut Harris Interactive, le mano a mano est encore plus serré entre l'alliance de gauche et Ensemble!
Les premières estimations selon Harris Interactive.
Les premières estimations selon Harris Interactive. - capture d'écran

 

20h14 : La NUPES probablement «présente dans 480 circonscriptions au second tour des législatives», selon Clémentine Autain (LFI)
20h11 : Les premières estimations ne garantissent pas une majorité absolue au camp du président de la République

La coalition macroniste Ensemble ! obtiendrait le plus de sièges à l’Assemblée nationale au terme des élections législatives, mais sans certitude d’obtenir la majorité absolue en termes de sièges, selon les premières projections des instituts de sondage publiées dimanche à l’issue du premier tour.

 

20h05 : Des applaudissements au QG de la Nupes pour fêter les résultats

 

20h00 : La Nupes et la majorité présidentielle au coude à coude

La gauche unie (25% à 26,2%) et le camp du président Macron (25% à 25,8%) arrivent au coude-à-coude au premier tour des élections législatives dimanche, sur fond d'abstention record (52,1% à 52,8%), ouvrant ainsi le jeu du second tour dans une semaine.

Les premières projections des 577 sièges donnent un avantage à la majorité sortante réunie sous l'étiquette Ensemble!, avec une fourchette de 260 à 300 sièges, devant la gauche (LFI, PCF, PS et EELV) rassemblée sous la bannière Nupes (150 à 208), selon l'institut Harris, et une fourchette de 275 à 310 pour Ensemble! et 190 à 210 pour la Nupes, selon Ifop-Fiducial.

Comme prévu, les candidats du Rassemblement national (18,5% à 19,8%) n'ont pas réussi à capitaliser sur la dynamique de Marine Le Pen à la présidentielle. A l'inverse, dans le sillage de la lourde chute de sa candidate Valérie Pécresse à la présidentielle, LR (11,6% à 14%) devrait perdre sa place de premier groupe d'opposition à l'Assemblée nationale.

19h40 : Un point sur la participation à ces élections législatives en vidéo

 

19h37 : C'est l'heure du dépouillement et... des premières surprises

 

19h35 : Une erreur de livraison des professions de foi

A Roubaix, une erreur de livraison des professions de foi provoque l’annulation de votes Plusieurs bulletins ont été déclarés nuls à Roubaix après une erreur de livraison des professions de foi, comme l’explique un journaliste de La Voix du Nord, sur place pour le dépouillement.


 

19h31 : Des candidats qui font quoi ?

Voici une petite répartition des plus de 6.300 candidats au premier tour des législatives par catégorie socio-professionnelle... c'est toujours bon à savoir.

Répartition des candidats au premier tour des législatives par catégorie socio-professionnelle.
Répartition des candidats au premier tour des législatives par catégorie socio-professionnelle. - Jean-Michel CORNU, Valentin RAKOVSKY / AFP

 

 

19h21 : Notre journaliste François Launay est à Hénin-Beaumont pour suivre cette soirée électorale dans le fief de Marine Le Pen

 

19h13 : Le calme plat au QG d'Ensemble!

A moins d'une heure de la fermeture des derniers bureaux de vote, le quartier général de la majorité présidentielle, dans le 8e arrondissement de Paris, sonne encore creux...


 

18h57 : Une participation en baisse en Corse

A quelques minutes de la clôture du scrutin des législatives dans une majorité de bureaux de vote, la tendance était à la baisse en Corse. 35,38 % en Haute-Corse (contre 42,63 % en 2017), 35,18 % en Corse-du-Sud (contre 37,98 % il y a cinq ans). Comme le rapportent nos confrères du Monde, « cette saignée se confirme au cœur d’Ajaccio, dans le quartier populaire des Salines, qui fait partie de la 2e circonscription avec celui des Cannes et du Vazzio ».

 

18h56 : Un incendie évité de peu dans un bureau de vote

Une catastrophe évitée de peu en Moselle. Dans un bureau de vote à Hayange, un carton qui a pris feu dans la cuisine de l’école qui accueillait le scrutin a failli incendier le bâtiment peu avant midi, rapporte le Républicain lorrain.

Fort heureusement, le feu a été rapidement éteint mais a provoqué un important dégagement de fumée obligeant les sapeurs-pompiers à faire évacuer le lieu. Les assesseurs ayant inhalé les fumées ont été pris en charge par les secours pour contrôles.

Le bureau de vote a pu réaccueillir les électeurs quelques heures plus tard.

18h46 : Le maire de Brest surpris en train de d’arracher l’affiche d’un adversaire

Les esprits s’échauffent à la pointe de la Bretagne. Le maire socialiste de Brest, François Cuillandre, a été surpris en train d’arracher l’affiche d’un adversaire Insoumis, investi par la Nupes. Interrogé, il a assumé son geste, indiquant qu’il avait fait son « boulot de militant ». Les détails de cette histoire à lire ici :

 

18h37 : Nouveau couac dans plusieurs bureaux de vote de la Marne

Micmac au RN ! Dans la 3e circonscription de la Marne, la candidate du Rassemblement national a découvert parmi ses bulletins de vote des bulletins au nom de son homologue de la 2e circonscription. Ce qui aura pu tromper ses électeurs, comme le rapporte L'Union.

Si le problème a pu être réglé avant l’ouverture des portes dans certains bureaux de vote, certains ont été remarqués plus tard dans la matinée.

Si l’origine du problème est encore incertaine, la préfecture confirme que « certains des imprimeurs, sélectionnés par les candidats, ont parfois inséré des bulletins de vote d’autres candidats dans les liasses destinées aux communes ».

La candidate pourrait déposer un recours afin de faire invalider le vote.

 

18h28 : Nos journalistes sont mobilisés dans différents QG

Ils prennent la température...


 

18h20 : Pour ceux qui n'ont pas encore voté...

... Un petit récapitulatif du rôle du député en vidéo

 

18h : Les premiers bureaux de vote ferment leurs portes ! Petit rappel

 

17h52 : Les chiffres de l'Ipsos montrent un chute constante de la participation

 

17h52 : Les chiffres de l'Ipsos montrent un chute constante de la participation aux élections législatives depuis 1978...

 

17h47 : Des feux d'artifices tirés en plein après-midi à Levallois-Perret

Les riverains auraient-ils des résultats que nous n'avons pas ? 

17h28 : Pour rappel, l'abstention était de 51,3% au premier tour de 2017

Ce qui constituait déjà un record... La participation est, en revanche, largement supérieure à celle des élections départementales et régionales de 2021 à 17h (26,7%), et équivalente à la participation à la même heure aux élections municipales de 2020 (38,8%).

17h18 : L'abstention record, entre 52,5% et 53%, selon les estimations

L'abstention devrait atteindre un nouveau record pour ce premier tour d'élections législatives. Entre 52,5% et 53% selon les estimations de cinq instituts de sondage.

Le taux d’abstention devrait être de 52,5% selon Harris interactive pour M6/RTL et OpinionWay pour Cnews et Europe 1, 52,8% selon Elabe pour BFMTV/L'Express/RMC et 53% selon Ipsos/Sopra Steria pour FranceTV/RadioFrance/France24/RFI/LCP et Ifop pour TF1/LCI.

17h18 : L'abstention record, entre 52,5% et 53%, selon les estimations

L'abstention devrait atteindre un nouveau record pour ce premier tour d'élections législatives. Entre 52,5% et 53% selon les estimations de cinq instituts de sondage.

Le taux d’abstention devrait être de 52,5% selon Harris interactive pour M6/RTL et OpinionWay pour Cnews et Europe 1, 52,8% selon Elabe pour BFMTV/L'Express/RMC et 53% selon Ipsos/Sopra Steria pour FranceTV/RadioFrance/France24/RFI/LCP et Ifop pour TF1/LCI.

17h12 : Jean-Luc Mélenchon : A voté !

 

17 heures : 39,42% de participation

Un chiffre en baisse de 1,3 point par rapport à 2017. La participation est aussi largement inférieure, à la même heure, à celle des législatives de 2012 (48,31%), ainsi qu'à celle du premier tour de la présidentielle de 2022 (65%).

16h50 : Pénurie de bulletins Nupes

Des incidents similaires sont relevés dans plusieurs circonscriptions. Selon d’autres témoignages, les bulletins Nupes à Montesson (où Emmanuel Macron était arrivé en tête à la présidentielle) n’auraient été placés aux côtés des autres bulletins qu’aux alentours de 12h40, alors qu’une pile avait été faite à l’écart.


 

16h45 : Running-gag, version soirée électorale

Avec l'inévitable Rachida Dati, sniper du soirée électorale game.


 

16h11 : Petit point Outre-mer

Les candidats du camp présidentiel sont en tête dans les deux circonscriptions de Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna, respectivement devant deux candidats indépendantistes et Etuato Mulikihaamea, soutenu par l’opposition locale.

Le sortant LREM Lénaïck Adam est aussi en tête dans la deuxième circonscription de Guyane, devant Davy Rimane (divers gauche). La première circonscription de ce territoire verra un duel entre Yvane Goua (régionaliste opposée au gouvernement) et Jean-Victor Castor, soutenu par la Nupes.

La Martinique, où Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête lors de la présidentielle, est bien moins favorable aux centristes. Les candidats officiels de la gauche ont toutefois peiné, mais c’est généralement un autre candidat identifié à gauche qui s’est qualifié face à un parti indépendantiste.

A Saint-Martin et Saint-Barthélémy, le candidat d’Ensemble Frantz Gumbs est arrivé en tête devant le dissident LR Daniel Gibbs.

Pour la Guadeloupe, trois candidats de la coalition présidentielle se sont qualifiés sur quatre circonscriptions : Justine Bénin (Ensemble, secrétaire d’Etat en charge de la Mer) devant le divers gauche Christian Baptiste dans la 2e, le sortant Max Mathiasin (Modem) derrière le RN Rody Tolassy (16,93 % contre 20,09 %) dans la 3e et la vice-présidente de région Marie-Luce Penchard (divers centre), toutefois loin derrière le socialiste Elie Califier (38,61 % contre 19,88 %) dans la 4e. La 1ère vera un duel de divers gauche entre le sortant Olivier Serva (43,44 %) et Dominique Biras (15 %).

Enfin, le sortant LREM Dominica Michel-Revert a été éliminé à Saint-Pierre-et-Miquelon, où 74 voix séparent le divers droit Stéphane Lenormand (32,39 %) du Nupes Oliver Gaston (29,59 %).

Sur 15 circonscriptions, Ensemble ! et ses alliés sont donc qualifiés dans 8 cas, dont 6 candidats arrivant en tête.

15h59 : Argument non négligeable

 

15h50 : A rebours de l’abstention, certains votent pour la première fois

Dans le Puy-de-Dôme, au village de Saint-Georges-de-Mons, Frédéric Cordoba, 36 ans, et Audrey Mertz, 39 ans, ont voté pour la première fois de leur vie à l’élection présidentielle et récidivent pour ces législatives : « On a décidé de voter parce que la vie est devenue trop dure et on espère que cela fera changer les choses. On travaille tous les deux, on a trois enfants et avec la baisse du pouvoir d’achat on arrive tout juste à joindre les deux bouts ».

Sophie Kane, 36 ans, employée municipale à Marseille, est allée voter pour la première fois à des législatives. « La politique, jusque-là, je n’étais pas trop intéressée, mais les discussions avec les grandes sœurs, les amis, m’ont fait réaliser l’importance du vote », dit-elle.

15h35 : Le second tour a déjà commencé pour les Français de l'étranger

 

15h27 : Isabelle Balkany dérape

L’ex-adjointe au maire de Levallois-Perret, qui bénéficie d’un aménagement de peine dans le cadre de sa condamnation pour fraude fiscale, a publié des photos de son vote et de votes faits par procuration sur une page Facebook dédiée aux habitants de Levallois. Un cas qui pourrait remettre en cause la sincérité du scrutin du bureau de vote, clairement identifiable. Pour rappel, la mise en scène de l’abstention de Jean Lassalle devant l’urne lors du second tour de la présidentielle avait ainsi fait invalider les bulletins de son bureau de vote.


 

15h20 : Petite erreur dans le bulletin

Le Code électoral est implacable.


 

14h49 : Transmettre sa conscience politique aux enfants

 

14h38 : Le candidat présidentiel en tête de peu à Wallis-et-Futuna

A Wallis et Futuna, où sept candidats briguaient le seul siège, Mikaele Seo, candidat de la majorité, au pouvoir dans l'archipel, sera en ballotage favorable face à Etuato Mulikihaamea, soutenu par l'opposition locale. Président de la commission permanente de l'Assemblée territoriale, Mikaele Seo, proche de Renaissance, était jusqu'alors le suppléant du député sortant, Sylvain Brial qui n'a pas pu se représenter après un grave accident vasculaire cérébral en 2019.

Avec seulement 226 voix de retard sur son adversaire, Etuato Mulikihaamea, 55 ans, est un novice en politique, jusqu'alors connu à Wallis et Futuna pour son investissement dans le rugby et le sport en général. Il est président du Comité territorial olympique et sportif. Dans ce territoire, où l'on a voté à près de 80%, les reports de voix au second tour sont difficiles à anticiper compte tenu de l'importance des liens familiaux et coutumiers, au-delà des étiquettes politiques.

14h27 : La 4e circonscription de Guadeloupe a livré son verdict

Il n'existe pas d'accord Nupes en Outre-mer, ce qui explique que deux candidats en portent l'étiquette (et des éliminations ailleurs).


 

14h02 : Bulletin maison

Il est possible, selon l'article R66-2 du code électoral, de voter avec un bulletin manuscrit, qui sera comptabilisé, à condition de respecter quelques conditions : le papier doit être blanc et être au bon grammage (60 à 80 grammes par mètre carré) ainsi qu'aux bonnes dimensions. Il faut également faire figurer le prénom et le nom du candidat ET de son suppléant (ce qui peut être utile pour distinguer Sandrine Rousseau de Sandrine Rousseau dans la 9e circonscription de Paris).

13h49 : Le FLNKS au second tour en Nouvelle-Calédonie

Les deux circonscriptions de Nouvelle-Calédonie veront un duel entre le FLNKS, parti indépendantiste classé à gauche, et un candidat proche du parti présidentiel au second tour. Philippe Dunoyer (LREM) dépasse les 40% devant la candidate du FNLKS Wali Wahetra dans la 1ère circonscription. Nicolas Metzdorf (divers centre, 33,7%) et Gérard Reignier (FLNKS, 32,8%) sont au coude-à-coude dans la 2e. C'est un coup dur pour la droite : la première circonscription est d'ordinaire acquise à la droite, Dunoyer ayant siégé sous l'étiquette UDI lors de la mandature précédente. Le sortant, UDI également, de la 2e circonscription ne se représentait pas.

13h33 : Curieuse Une

Le JDD a fait le choix d’agiter le chiffon rouge le jour du scrutin, avec une première page offensive contre Jean-Luc Mélenchon. Un choix qui peut interroger, en raison de la période de réserve.


 

13h28 : 72h personnellement mais c'est pas un concours

Si vous n'avez pas la ref, ça se passe par ici.


 

13h23 : Sandrine Rousseau a voté à Paris

 

13h14 : On a hâte

 

12h30 : Objectif 50% en fin de journée ?

 

12h26 : Le cortège du chef de l'Etat arrive au Touquet
12h20 : Disparités

Le Lot est le département qui avait le plus voté à midi dimanche (27,8 %), devant le Cantal (26,35 %), le Jura (25,69 %), la Dordogne (25,19 %) et le Gers (24,86 %). La participation la plus faible a été enregistrée en Seine-Saint-Denis avec 9,85 %. Des disparités qui s’expliquent par des habitudes de votes géographiques, les ruraux votant généralement plus tôt. De plus, Paris et sa petite couronne ferment leurs bureaux de vote à 20 heures.

12h08 : Une participation qui s’érode puis 40 ans

Avec un petit rebond en 2007.


 

Midi : La participation s'élève à 18,43% en métropole

Une baisse de 0,8 point par rapport à 2017. A cette même heure, elle s'élevait à 25,48%. La participation est en revanche largement supérieure à celle des élections départementales et régionales de 2021 à midi (12,22%).

11h41 : C'est fait pour Alexis Corbière

 

11h33 : Gérald Darmanin tranquille à Tourcoing

Jean, baskets blanches, manches de sa chemise bleue retroussées, très détendu, la ministre de l'Intérieur arrive sous le soleil du Nord dans son bureau de vote de Tourcoing.

11h17 : Damien Abad vote à Oyonnax

Il est candidat sous l'étiquette... divers droite, et non Ensemble, qu'il n'a pas rejoint officiellement.

11h11 : Elisabeth Borne dans l'isoloir à Vire

Emmanuel Macron avait recueilli 59% des suffrages dans cette ville au second tour de l'élection présidentielle, où la Première ministre a été parachutée.

11h05 : Jean-Luc Mélenchon et Manuel Bompard vont voter à Marseille

Le leader LFI ne se représente pas dans sa circonscription, où il laisse sa place à Manuel Bompard. Ce dernier avait perdu il y a cinq ans à Toulouse.

11h02 : Marine Le Pen arrive à son bureau de vote d’Hénin-Beaumont

Il y a beaucoup moins de monde pour le bain de foule que lors de l’élection présidentielle.

11 heures : Bureaux déserts à la Réunion

A midi, le taux de participation à la Réunion est estimé à 12,70% par la préfecture. Bien moins qu'en 2012 (16,30%), mais presque le même score qu'en 2017 (12,81%). Dur de faire pire...

10h55 : Ne tardez pas trop les amis

Et ne vous faites pas avoir par rapport à la présidentielle, où la plupart des bureaux fermait à 19 heures.


 

10h47 : Deux petits rappels pour aller au bureau de vote tranquille

 

10h35 : Valérie Pécresse a voté dans les Yvelines
10h30 : Entre motivés et grévistes assumés

A Pantin, aux portes de Paris, Mauricette, 73 ans, a fait partie des premiers électeurs à se déplacer. « Le vote c’est l’opinion personnelle, on a le droit et le devoir de le faire. On vit une période un peu compliquée, a fortiori c’est encore plus important de se manifester », estime-t-elle.

A Toulouse, Alain Mendez, 59 ans, sirote un jus d’orange en terrasse autour de la place du Capitole, à quelques mètres d’un bureau de vote où il n’a pas l’intention de se rendre. « Je ne connais aucun des candidats, j’ai déjà voté pour la présidentielle, soi-disant "utile", et ça n’a servi à rien. Alors aujourd’hui je préfère passer ma journée à jardiner, à cuisiner pour mes petits-enfants », dit cet homme au chômage.

10h20 : Aussi dans l'actu, la guerre en Ukraine

L'invasion russe ne s'arrête pas pour nous laisser voter. Les dernières infos à retrouver juste ici :

 

10h09 : La Nupes au second tour à Saint-Pierre et Miquelon

Le candidat du mouvement local Archipel Demain, Stéphane Lenormand, bascule en tête avec 32,39% des voix, contre 29,59% pour le candidat de la Nupes Olivier Gaston.

9h47 : La Nouvelle-Calédonie ne se presse pas aux urnes

Selon le Haut-Commissariat, le taux de participation à 17 heures dans l'archipel s'élève à 24,53%, contre 30,68% à la même heure en 2017.

9h30 : Un temps à aller voter

Il fera beau et chaud aujourd'hui. Certains brandissent déjà la tentation du farniente pour justifier l'abstention. En même temps, quand il pleut, on nous dit aussi que c'est pas un temps pour aller au bureau de vote. Y a-t-il une vraie météo du vote, ou est-ce juste une excuse pour squizzer son devoir civique ?


 

9h15 : La participation en berne en Outre-mer

En Guadeloupe, la participation a été légèrement plus faible qu'en 2017 (25,31% contre 25,60%), et est en légère hausse en Guyane. L'abstention est particulièrement forte en Martinique (21,37% contre 26% en 2017), à Saint-Barthélemy et Saint-Martin (21,25% contre 24,02%). Recul aussi à Saint-Pierre et Miquelon malgré une participation qui ne se situe pas dans les mêmes sphères : 53,47% contre 59,47% en 2017.

9h02 : Les premiers résultats tombent en Guadeloupe et en Martinique

En Guadeloupe, deux candidats divers gauche (Olivier Serva et Dominque Biras) sont qualifiés au second tour pour la première circonscription, comme Justine Benin (Ensemble !, qui joue son poste de secrétaire d'Etat) et Christian Baptiste (divers gauche) dans la deuxième et Rody Tolassy (RN) et Max Mathiisin (MoDem) dans la troisième. Dans la 4e circonscription, le candidat PS Elie Califier devance Marie-Luce Penchard (Renaissance). Au second tour de l'élection présidentielle Marine Le Pen avait obtenu presque 70% des suffrages en Guadeloupe.

En Martinique, Marcellin Nadeau (Nupes) et Justin Pamphile (régionaliste) sont qualifiés dans la deuxième circonscription, Johnny Hajjar (divers gauche) et Francis Carole (régionaliste) le sont dans la troisième.

8h58 : Edouard Philippe a voté au Havre

L'ancien Premier ministre était présent dès l'ouverture du bureau de vote.


 

8h45 : « Bonjour Emmanuel Macron, vous mettez à la tête de l’Etat des hommes accusés de viols et de violences sur les femmes. Pourquoi ? »

C’est LA séquence forte des derniers jours. En déplacement à Gaillac jeudi, Emmanuel Macron a été interpellé par une lycéenne, Laura, sur la présence au sein du gouvernement d’hommes accusés de viols. Le président s’est cantonné à une réponse sur présomption d’innocence avant de passer à autre chose. Mais le lendemain, Laura explique avoir reçu la visite de gendarmes à son lycée. « C’est intimidant », dit-elle. Depuis, #LaQuestionDeLaura tourne en boucle sur Twitter.

Les gendarmes du Tarn, accusés d’avoir voulu « intimider » la lycéenne ont adressé dans la nuit de vendredi à samedi des excuses à la jeune femme. « Notre action visait simplement à prendre en compte cette personne, qui s’était présentée comme victime, pour lui proposer de recueillir une éventuelle plainte, ou à défaut pour lui proposer une aide, un accompagnement ou un relais pour rencontrer les associations locales pour lui porter assistance », s’est défendue vers minuit la gendarmerie sur Facebook et Twitter. « Nous tenons à nous excuser auprès d’elle si notre démarche d’aller à sa rencontre au lycée pour échanger a été mal perçue et qu’elle considère que nous avons été maladroits », a ajouté le communiqué.

 


 

8h32 : LR plus puissant que la Nupes ?

C’est un peu le vertige de la démocratie. Dans le cas de figure où LR perdrait de nombreux sièges, notamment au profit de la Nupes, le parti perdrait son statut de première force d’opposition. Mais dans le même temps, pourrait être l’élément-clé d’une coalition avec Renaissance et le centre-droit, dans le cas où ces derniers auraient moins de 289 députés. Emmanuel Macron devrait alors négocier chaque point de son programme avec LR, qui pourrait donc faire appliquer une partie de ses idées. Là où la Nupes, face à une majorité macroniste + droite, risquerait de ne jamais voir ses propositions votées.

8h20 : Le risque d’une majorité relative

La plupart des sondages prévoient que la coalition présidentielle Ensemble ! puisse ne pas avoir la majorité absolue, dans leur fourchette basse. Si Emmanuel Macron n’obtenait qu’une majorité relative, il serait contraint de composer avec les autres groupes parlementaires pour faire approuver ses textes de loi. Une hypothèse sur laquelle compte LR, à qui l’on promet une chute du nombre de sièges, pour peser sur l’orientation du quinquennat.

La situation s’est déjà produite en 1988, après la réélection de François Mitterrand. Son Premier ministre Michel Rocard avait ensuite dû composer, laborieusement, des majorités éphémères pour chaque projet. Il avait aussi recouru souvent à l’article 49-3 de la Constitution, un procédé permettant de faire adopter sans vote un texte de loi, dont l’utilisation a depuis été restreinte.

8h : Les bureaux de vote ouvrent en Métropole
7h38 : L’Alsace à la loupe

En Alsace, une circonscription sera particulièrement à surveiller : celle du centre de Strasbourg où le candidat déchu aux dernières municipales, Alain Fontanel, affronte notamment la n°2 des Verts et représentante Nupes, Sandra Regol. Pour les autres enjeux de la région, vous saurez tout en cliquant par ici​ :

 

7h17 : Ministres et leaders de LFI jouent gros dans le Nord

Un arrêt maintenant dans le Nord où deux ministres, Gérald Darmanin et Brigitte Bourguignon, jouent gros dans leur circonscription. A Lille, il faudra suivre les résultats des deux jeunes figures montantes de La France insoumise, Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis, qui tentent de garder leur siège à l’Assemblée

 

6h57 : Les enjeux en Loire-Atlantique

20 Minutes reste pour vous dans l’ouest de la France avec un point sur la Loire-Atlantique. Un duel LREM-Nupes se profile dans plusieurs circonscriptions du département, historiquement ancré à gauche :

 

6h38 : Le point en Gironde

On entame un tour de France sur les enjeux des législatives. Première étape la Gironde, où des circonscriptions pourraient basculer :

 

5h47 : Les jeunes entrent en politique

Les partis politiques investissent plus facilement des jeunes pour les élections législatives, afin d’être présents dans le plus grand nombre de circonscriptions. Pour bien comprendre cette problématique, rien de plus simple, il vous suffit de lire l’article de Mathilde Desgranges en cliquant par ici​ :

 

5 heures : Vers un nouveau record d'abstention ?

Plus l’élection approche et plus le pronostic se précise : après la relative embellie de la présidentielle, le premier tour des législatives dimanche risque d’enregistrer un nouveau record d’abstention qui pourrait favoriser la majorité macroniste.

Selon la dernière enquête d’Ipsos Sopra-Steria pour le Cevipof, la Fondation Jean- Jaurès et Le Monde publiée mercredi, l’abstention pourrait atteindre dimanche entre 52 % et 56 %, avec un point moyen à 54 %, très au-delà des 51,3 % du 11 juin 2017, précédent record pour un premier tour de législatives. Pour en savoir plus, c'est par ici :

 

4h57 : Le « Récap », journal des législatives en vidéo

La majorité présidentielle est-elle en train d’échapper le ballon, et sa majorité absolue à l’Assemblée nationale. On n’en est pas encore là mais la tendance des sondages est nette : plus les jours passent, plus les projections en sièges pour Ensemble (le nom de la coalition macroniste) tendent à passer sous les 289 sièges nécessaires à l’Assemblée nationale. La non-campagne du camp du président semble lui coûter, ainsi que les polémiques qui ont émaillé les débuts du gouvernement Borne. Emmanuel Macron doit mouiller la chemise pour tenter d’éviter une sévère déconvenue. C’est le premier point de ce 20e « Récap » de la campagne de 20 Minutes en vidéo.

 

4h51 : Quel pouvoir ont les députés ?

Avec le Sénat, l’Assemblée nationale détient le pouvoir législatif, c’est-à-dire faire la loi et contrôler le gouvernement. En cas de désaccord sur un texte de loi avec la chambre haute, actuellement dominée par la droite, ce sont les députés qui ont le dernier mot.

Les parlementaires peuvent déposer des propositions de lois et des amendements, et examinent les projets de lois du gouvernement. Ils contrôlent l’action du gouvernement au travers de questions orales ou écrites, de commissions d’enquête ou missions d’information. Les députés sont chargés en outre d’évaluer les politiques publiques.

Principale arme aux mains des députés, la motion de censure contre le gouvernement est soumise à des règles bien précises. Pour faire chuter le gouvernement, elle doit être votée à la majorité absolue, par au moins 289 suffrages.

4h42 : Comment fonctionnent les législatives ?

Les élections législatives sont nationales mais se jouent dans 577 circonscriptions. Chaque député y est ainsi élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, utilisé depuis 1958. Seule exception : les législatives de 1986, quand François Mitterrand avait choisi la proportionnelle intégrale pour limiter la victoire annoncée de la droite, quitte à faire entrer 35 députés FN à l’Assemblée.

Si dimanche aucun des candidats ne dépasse les 50 % des voix au premier tour, les deux arrivés en tête seront automatiquement qualifiés pour le second tour du 19 juin. Et ceux qui dépassent en voix les 12,5 % des inscrits – même en troisième ou quatrième position – pourront se maintenir. Mais ce dernier cas sera rare, étant donné les niveaux d’abstention annoncés, supérieurs à 50 %.

Au second tour, sera élu celui qui remporte le plus de voix. Ce mode de scrutin « reproduit la logique de l’élection présidentielle et amplifie son résultat », permettant au chef de l’Etat d’avoir les coudées franches pour mener ses réformes, soulignent le juriste Benjamin Morel et Chloé Ridel, de l’association Mieux voter, dans une récente tribune à La Croix. Mais il « participe pour beaucoup à la frustration démocratique et à la crise de la représentativité ».

4h37 : Quelles cohabitations a connues la France depuis 1986 ?

La cohabitation entre un président de la République et un Premier ministre de bords opposés a eu lieu trois fois sous la Ve République, marquée parfois par de sérieux soubresauts, mais sans provoquer de crise majeure.

1986-1988 : François Mitterrand se voit contraint de cohabiter avec Jacques Chirac. Il déclare laisser le gouvernement de droite « déterminer et conduire la politique de la nation », conformément à l’article 20 de la Constitution. Mais il critique ouvertement les choix et les erreurs de Matignon, s’érigeant en opposant depuis l’Elysée et s’assurant une réélection haut la main en 1988.

1993-1995 : Rebelote en 1993 pour François Mitterrand. Edouard Balladur s’installe en chef du gouvernement, fort d’une majorité parlementaire écrasante. La cohabitation n’en est pas moins « courtoise ». Certains parleront même de « cohabitation de velours ».

1997-2002 : Coup du sort, Jacques Chirac élu est contraint de cohabiter avec la gauche après avoir dissous l’Assemblée nationale sur un mauvais calcul. Lionel Jospin devient Premier ministre et le président opte pour « une cohabitation constructive ». Les deux politiques parviennent à sauver la face à l’international même si des tensions émaillent ces cinq années de partage du pouvoir.

Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue sur ce nouveau live de la rédaction de 20 Minutes consacré aux législatives 2022. Aujourd'hui, dimanche 12 juin, c'est (enfin) le premier tour des élections. Environ 48 millions d’électeurs inscrits sont appelés à élire leurs 577 représentants à l’Assemblée nationale. Ces législatives sont peut-être les plus palpitantes depuis vingt-cinq ans. Ok, ça ne s'est peut-être pas beaucoup vu pendant la campagne mais, pour la première fois, la quasi totalité des instituts de sondage envisagent la possibilité que l’alliance macroniste n’ait pas de majorité absolue. Le président et son gouvernement n’aurait donc plus les mains libres... Restez connectés avec nous jusqu'à 20 heures et plus pour connaître les premiers résultats et savourer notre analyse.