Législatives 2022 : Chez les Cazeneuve, père et fils, candidatent dans le Gers et les Hauts-de-Seine

FAMILLE Le père de Pierre Cazeneuve n’est pas Bernard, ancien Premier ministre de François Hollande, mais Jean-René, député LREM du Gers. Le fils se présente lui pour être député des Hauts-de-Seine

G. N.
Pierre Cazeneuve conseillant Emmanuel Macron, lors d'une visite à Fouras, le 31 mars dernier.
Pierre Cazeneuve conseillant Emmanuel Macron, lors d'une visite à Fouras, le 31 mars dernier. — Ludovic MARIN / AFP

L’engagement auprès de Macron, c’est dans l’ADN de la famille Cazeneuve. On ne parle pas ici de celle de Bernard, l’ancien Premier ministre, mais celle de Pierre, candidat Renaissance (ex-LREM) dans la 7e circonscription des Hauts-de-Seine (Garches, Rueil-Malmaison et Saint-Cloud). Agé de 27 ans et présentant un CV à faire se pâmer un startuper (Sciences Po et HEC), il a été jusqu’à présent le chef de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron. Il se lance donc dans la course à la députation, investi par le parti présidentiel en lieu et place du député sortant LREM, Jacques Marilossian, qui l’a eu un peu mauvaise.

« C’est dans l’ADN du mouvement de faire émerger de nouveaux profils, explique l’ex-conseiller au Parisien. J’ai candidaté à cette investiture, car je suis un enfant de la circonscription, j’y suis né, j’y ai toujours vécu et m’y suis engagé dès le plus jeune âge. » Des propos de circonstance qui ne font pas oublier que cette circonscription présente également l’avantage d’être plutôt carrément acquise à LREM puisqu’Emmanuel Macron y a fait 42,87 % au premier tour de la présidentielle.

Engagé depuis 2013

En cas de victoire aux législatives, Pierre pourrait bien retrouver Jean-René, son père, député LREM du Gers et candidat à sa réélection dans la première circonscription du Gers. Comme le jeune candidat n’a pas souhaité nous répondre sur cet aspect familial de la politique, nous pouvons juste conjecturer que ça doit sérieusement discuter stratégie électorale dans les repas de famille. « Factuellement, mon engagement politique précède celui de mon père », a répondu Pierre à nos confrères du Parisien. Ça se joue de peu puisqu’il s’est lancé en 2013 avec la création du parti Allons Enfants​ et que son père « ne s’engage réellement en politique sur ses terres familiales du Gers qu’en 2014 », selon le site du député gersois.

Et pour compléter le tableau familial, Libération indique que Marguerite, sœur et fille de, et actuelle directrice déléguée de la Caisse nationale de l’assurance maladie, a été « cheffe de pôle et conseillère Santé, solidarités et protection sociale du Premier ministre, Jean Castex ». Et son mari, Aurélien Rousseau​, est le nouveau directeur de cabinet d’Elisabeth Borne. C’est ce qu’on appelle une famille macroniste.