Législatives 2022 : Christophe Castaner veut conserver la tête de son groupe parlementaire

POLITIQUE S’il est réélu aux législatives, Christophe Castaner sera candidat à sa propre succession comme chef de file des députés LREM, parti récemment rebaptisé Renaissance

20 Minutes avec AFP
Christophe Castaner, à Paris le 12 mai 2022.
Christophe Castaner, à Paris le 12 mai 2022. — Stephane Allaman/SIPA

Christophe Castaner ne cache pas ses intentions sur le rôle qu’il compte jouer durant le quinquennat. S’il est réélu aux législatives, le patron des députés LREM souhaiterait conserver la tête du groupe parlementaire, annonce-t-il ce dimanche dans les colonnes du JDD.

« Je serai candidat à la présidence du groupe : c’est là que je suis le plus utile, si les députés me font à nouveau confiance », estime le député des Alpes-de-Haute-Provence et ancien ministre de l’Intérieur.

« Elisabeth Borne n’est pas Première ministre parce qu’elle est une femme »

Ne faudrait-il pas une femme à ce poste clé ? « Des femmes étaient candidates et auraient pu être élues » face à lui en 2020, répond-il. « Ce qui compte, c’est ce que nous avons fait. La parité d’un groupe à l’Assemblée nationale, nous l’avons fait. Parmi nos candidats, 50 % sont des nouveaux entrants, avec un équilibre femmes-hommes. Et je le redis : Elisabeth Borne n’est pas Première ministre parce qu’elle est une femme, mais parce qu’elle a toutes les qualités pour l’être. Mais c’est une fierté d’avoir une femme à Matignon. L’égalité entre les femmes et les hommes passe aussi par ces symboles », insiste ce proche d’Emmanuel Macron.

Le chef de file des députés LREM, parti récemment rebaptisé Renaissance, assure qu’il n’a « pas d’inquiétude » pour la majorité présidentielle aux législatives. « Il y a toujours un faux plat après la présidentielle, et les gens n’étaient pas encore entrés dans la campagne. À une semaine du premier tour, le temps de la mobilisation est venu », estime-t-il.

Christophe Castaner, ancien socialiste, s’en prend par ailleurs vertement à la Nupes, l’alliance à gauche scellée autour de Jean-Luc Mélenchon​. « Le programme de la Nupes, c’est tous les clichés du monde soviétique », un « concentré d’extrême gauche », lance-t-il.

Egalement interrogé sur les polémiques liées aux accusations de viol visant le ministre Damien Abad et que celui-ci conteste ou le fiasco autour de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, Christophe Castaner estime que ces « débats » ont « interrogé les Français. Nous leur devons transparence et respect des institutions, au premier rang desquelles la justice. C’est à elle de dire le droit, de juger, de sanctionner ».