Législatives 2022 : Jérôme Peyrat (LREM) retire sa candidature, Stanislas Guerini s'excuse pour ses propos sur cette affaire

LIVE Suivez avec nous cette nouvelle journée politique à moins d'un mois des élections législatives et après la nomination d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre

Marion Pignot
— 
Le candidat pour la majorité présidentielle dans 4° circonscription de la Dordogne Jérôme Peyrat
Le candidat pour la majorité présidentielle dans 4° circonscription de la Dordogne Jérôme Peyrat — Ludovic MARIN / AFP

L’ESSENTIEL

  • Emmanuel Macron a enfin fait son choix et a nommé Elisabeth Borne en tant que Première ministre. Ancienne patronne de la RATP, préfète de région, ministre des Transports, de la Transition écologique puis du Travail, Elisabeth Borne semblait cocher toutes les cases pour le président de la république.
  • Le premier Conseil des ministres du nouveau quinquennat n’aura pas lieu avant jeudi, alors que les Français veulent savoir : à quoi va ressembler le « gouvernement Borne » ?
  • Cette nomination a eu lieu moins d’un mois avant les législatives. Les 12 et 19 juin, les Français et les Françaises éliront les 577 députés de l’Assemblée nationale. Elections pour lesquelles Elisabeth Borne reste cendaidate dans le Calvados.

A VOIR

A LIRE

 

Ce live est maintenant terminé, merci de l’avoir suivi avec nous !
17h20 : Les excuses de Stanislas Guerini


 

17h06 : Michel Fanget, candidat malgré une peine d’inéligibilité

Le député de la 4e circonscription du Puy-de-Dôme Michel Fanget (Modem) a indiqué avoir déposé sa candidature aux élections législatives malgré sa condamnation en appel mercredi à deux ans d’inéligibilité pour « complicité d’escroquerie » au préjudice de l’Assurance maladie.

La cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) a relaxé le député pour des faits de "complicité d’escroquerie" à l’encontre de Pôle emploi mais l’a condamné à 2.000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité pour les mêmes faits au détriment de l’Assurance maladie, a indiqué son avocat Me Gilles-Jean Portejoie, accompagné de Me Mohamed Khanifar. Il est reproché au député, 72 ans, également médecin, d’avoir procuré des arrêts maladie à un proche en conflit avec les organismes sociaux.

 

17 heures : Jérôme Peyrat annonce le retrait de sa candidature
16h28 : Elisabeth Borne peaufine son gouvernement

La nouvelle Première ministre Elisabeth Borne consulte tous azimuts ce mercredi, en poursuivant la constitution du gouvernement. Elisabeth Borne « poursuit le travail d’élaboration de l’équipe gouvernementale », a fait savoir son entourage, sans dévoiler de date d’annonce. Moins de 48 heures après sa prise de fonctions, la Première ministre a reçu mercredi matin rue de Varenne Edouard Philippe qui a occupé les lieux de mai 2017 à juillet 2020. Elle devait aussi s’entretenir avec Bernard Cazeneuve, qui fut chef du gouvernement entre la fin 2016 et 2017.

Des échanges, à Matignon ou par téléphone, étaient également programmés avec le président du Sénat Gérard Larcher (LR) et les chefs de file de la majorité : le président de l’Assemblée Richard Ferrand, le patron du MoDem François Bayrou, le chef de file des députés LREM Christophe Castaner ou encore le patron de ce parti Stanislas Guerini.

L’ancienne ministre du Travail, qui sera chargée de mener rapidement le chantier de la réforme des retraites, devait également jeudi après-midi joindre les représentants des partenaires sociaux, ainsi que les associations d’élus.

15h15 : C'est l'heure du podcast

Dans cet épisode, on va parler de jeunes et d’abstention, l’absence de vote d'un, d’une électrice. L’abstention est de loin le candidat favori des jeunes aux élections… Au premier tour de l’élection présidentielle de 2022, 4 électeurs de moins de 35 ans sur 10 n’ont pas voté. Aux régionales de 2021, l’abstention avait crevé le plafond chez les 18-24 ans : près de 9 électeurs sur 10 s’étaient abstenus.

Pourquoi le taux d’abstention chez les jeunes augmente-t-il? Est-ce une indifférence, un manque de civisme supposé, ou lié à la « mal-inscription » sur les listes électorales ? Que révèlent les nouvelles formes de participation ? Pour répondre, Anne Muxel, directrice de recherches en sociologie et en science politique CNRS au CEVIPOF (Sciences Po). Elle est l'autrice, notamment, de Politiquement jeune (éditions de l’Aube), et coautrice de Les Français sur le fil de l’engagement (éditions de l’Aube).

 

14h46 : Transformer le périph' en « ceinture verte »

Anne Hidalgo, la maire de Paris, veut transformer le boulevard périphérique en « ceinture verte », en plantant des milliers d'arbres et en réduisant le nombre de voies de circulation sur l’ensemble de l’anneau de 35 km. Ça balance pas mal depuis l'annonce du projet, on vous en parle plus atrd avec Guillaume Novello.

14h41 : Marine Le Pen, présidente ?

Marine Le Pen envisage de présider le groupe RN à l’Assemblée si elle obtient les 15 députés nécessaires. La candidate investie par le Rassemblement national dans le Pas-de-Calais a livré cette info en marge d’un déplacement en Haute-Marne.

« Oui je serai présidente du groupe, bien entendu », a déclaré Marine Le Pen lors d’une conférence de presse, après un bref bain de foule au milieu d’une centaine de ses partisans venus l’accueillir. Sous les applaudissements, la candidate d’extrême droite a pris quelques selfies avec des sympathisants de cette ville où elle a obtenu 54 % des voix au second tour de la présidentielle.

14h39 : « Que faudra-t-il pour que cesse cette solidarité avec les hommes violents ? »

C’est la question que se pose sur Twitter la militante féministe Anne-Cécile Mailfert qui juge également « intenable » le soutien de Stanislas Guerini à l’encontre du candidat Jérôme Peyrat, condamné pour violences conjugales.



 

14h34 : « Jérôme Peyrat affaiblit la majorité présidentielle, pas moi »

Jacqueline Dubois, députée sortante de la 4e circonscription de la Dordogne (LREM) explique à 20 Minutes pourquoi elle se présente contre le candidat investi par son parti, Jérôme Peyrat. Une interview d'Elsa Provenzano

 

12h49 : #PasDePeyrat : lettre ouverte à Emmanuel Macron

Une lettre pour demander le retrait de la candidature de Jérôme Peyrat lancée par l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique et relayée par Caroline de Haas, soutien de la Nupes et militante féministe.



 

12h48 : « Ce gouvernement n’assume pas d’avoir créé une vraie classe pauvre »

Rudolph Granier, conseiller LR du 18e arrondissement de Paris, était l’invité d’Europe 1 :



 

12h46 : Le maire de Lyon dénonce des coupes « brutales » de subventions

Le maire écologiste de Lyon Grégory Doucet a dénoncé mercredi les coupes « brutales » dans les subventions régionales aux acteurs culturels locaux, pour un total d’au moins 2 millions d’euros, appelant l’exécutif LR « à revenir sur sa décision ».

« C’est une attaque en règle, massive et brutale de tout l’écosystème culturel lyonnais », a déclaré le maire lors d’un point de presse en appelant le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez à « revenir à la raison ». « On est face à un exécutif qui se comporte comme l’extrême droite (….), tous les régimes qui ont voulu établir des fonctionnements autoritaires ont tous commencé par s’attaquer à la culture et aux artistes », a-t-il estimé.

12h45 : A l'agenda des candidats

Les candidats de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) en Seine-Saint-Denis, tiennent une conférence de presse ce mercredi, à la mi-journée. De son côté, Marine Le Pen (Rassemblement national) vient soutenir les candidats de son parti aux législatives dans le Grand-Est, à Saint-Dizier (Haute-Marne) puis à Bar-le-Duc (Meuse).

L'ex-candidat au congrès des Républicains Philippe Juvin a lancé sa campagne à Courbevoie (Hauts-de-Seine). A gauche, Gérald Dahan, investi par la Nupes, s'est rendu sur un marché dans la 3e circonscription de Charente-Maritime.



 

12h02 : Marine Le Pen « s’oppose dès la première seconde » à Elisabeth Borne

« Mme Borne, c’est M. Macron bis », a lâché Marine Le Pen ce matin sur les ondes de France Inter. « C’est le même profil, ce sont les mêmes idées, c’est la même vision froide, administrative, technocratique et en réalité, les mêmes réalisations brutales, a jouté la cheffe de file du RN. « Le budget du gouvernement est une catastrophe », poursuit, à propos de l’exécutif,



La candidate investie par le Rassemblement national dans le Pas-de-Calais a assuré qu’elle allait « opposer dès la première seconde à la politique qu’[Elisabeth Borne] va mener » avant de mettre en doute la pertinence de la Nupes) en considérant que « ce n’est pas une coalition politique, c’est un syndicat de défense d’intérêts personnels ».

11h53 : Et les internautes continuent de s'indigner...

... Après les propos tenus par Stanislas Guerini concernant le candidat Jérôme Peyrat, condamné pour violences conjugales





 

11h52 : Marion Maréchal Le Pen finalement candidate dans le Vaucluse

D’abord annoncé comme non partante aux législatives, Marion Maréchal Le Pen sera finalement la candidate suppléante de Stanislas Rigault, porte-parole de Reconquête et président des jeunes avec Zemmour dans la 2e circonscription du Vaucluse, a appris 20 Minutes, confirmant une information de La Provence.

En 2012, Marion Marechal Le Pen avait été élue députée sous la bannière du FN sur la 3e circonscription. Elle a depuis rejoint le parti créé par Éric Zemmour. Enceinte, elle a également annoncé quitter la direction de son école de sciences politiques créée à Lyon.

11h48 : Bruno Le Maire, un homme « très serein »

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est dit mardi « très serein » sur son avenir au lendemain de la nomination d’Elisabeth Borne comme Première ministre et avant l’annonce d’une nouvelle équipe gouvernementale, lors d’un déplacement à Tourcoing (Nord).

« Les pistes professionnelles seront décidées par la Première ministre, par le Président de la République dans les heures qui viennent. Je suis très serein sur tout ça », a affirmé le ministre à la presse en marge d’une visite d’entreprise à Tourcoing avec la candidate LREM aux législatives dans la 9e circonscription du Nord, Violette Spillebout.

11h27 : Le rappel des faits concernant Jérôme Peyrat

C’est une des investitures, dans le camp de la majorité présidentielle Ensemble, qui fait le plus parler depuis une semaine. Candidat dans la quatrième circonscription de la Dordogne, le conseiller régional et maire de La Roque-Gageac Jérôme Peyrat, a en effet été désigné par le parti présidentiel, malgré sa condamnation en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême pour « violences conjugales. » 

 

11h22 : « La carte magouille de Jean-Luc Mélenchon, je trouve ça honteux »

Marine Le Pen était l’invitée de France Inter ce matin. La candidate a assuré trouver « honteuse et irrespectueuse à l’égard des électeurs la carte magouille de Jean-Luc Mélenchon ». « Ce n’est pas Premier ministre qu’il est, c’est "Premier menteur" », a-t-elle ajouté.



 

11h19 : « Rien ne doit freiner le combat pour la place des femmes »

« Rien ne doit freiner le combat pour la place des femmes dans notre société », a d’emblée réagi Jacqueline Dubois. La députée sortante de la 4e circonscription de Dordogne, se présente face à Jérôme Peyrat, a posté un message sur Twitter.



 

11 heures : C'est parti pour la polémique du jour

Les propos tenus par Stanislas Guerini sur France Info ce matin à propos de la candidature de Jérôme Peyrat en Dordogne font bondir l'opposition, les internautes et les acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes. Jérôme Peyrat, ex-conseiller de l'Elysée, y a été investi malgré sa condamnation en 2020 à 3.000 euros d'amende avec sursis pour des violences conjugales sur son ex-compagne.







Des journalistes réagissent aux propos de Stanislas Guérini et rappellent les observations faites sur la victime de Jérôme Peyrat. Soit quatorze jours d’ITT, douleur à la mâchoire avec limitation de l’ouverture de bouche-hématome de la face vestibulaire de la lèvre inférieure et syndrome de stress post-traumatique :





 

10h58 : Sondage sur le burkini

Selon un sondage Ifop pour le Point réalisé du 13 au 16 mai, 69% des Français se déclarent défavorables à une éventuelle légalisation du burkini. Dans le détail, 76% des électeurs RN y sont opposés, 71% des électeurs de la majorité présidentielle et 58% de l'électorat Nupes.

10h56 : Eric Piolle ? « Un crétin à tous points de vue ! »

« Quel crétin à tous points de vue ! » s’est de son côté indignée sur France 2 Laurence Rossignol, à propos d’Eric Piolle, qui soutient comme elle l’accord de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes).



«D'habitude on dit que l'extrême droite apporte dans les campagnes électorales, le burkini, la burqa, le voile, et on pense que ça pollue le débat politique, cette fois-ci, ça ne vient pas de l'extrême droite, ça vient d'un maire écolo de Grenoble, sur le timing, je suis sidérée, ça pollue la campagne, et puis sur le fond, il a tort», a expliqué Laurence Rossignol, qui avait d'abord soutenu la candidature d'Arnaud Montebourg à la présidentielle avant de rallier celle d'Anne Hidalgo.

10h55 : Le maire Eric Piolle critiqué au PCF et au PS

Le chef du PC Fabien Roussel a critiqué mercredi le maire de Grenoble (EELV) Eric Piolle pour avoir relancé la controverse sur le burkini, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol l’accusant frontalement de « polluer la campagne » des législatives et y voyant « une victoire des intégristes ».



« Je regrette que le maire de Grenoble Eric Piolle en fasse une affaire nationale, instrumentalise cette affaire pour des raisons politiques internes, de congrès des Verts » ou autre, a déploré sur Europe 1 le secrétaire national du PCF Fabien Roussel.

10h54 : Le point météo

Oui, rien à voir avec la politique mais nous vous proposons une petite pause météo... parce qu'il fait très très chaud. 



 

10h32 : #BorneOut, « madame Thatcher »… A peine nommée, Borne déjà taclée

Toutes les réactions politiques :



 

10h31 : Le rugbyman Maxime Médard se lance dans la course aux législatives

Maxime Médard avait annoncé il y a peu qu’il raccrocherait les crampons à la fin de la saison. C’est sur un autre terrain que le joueur du Stade Toulousain s’engage : celui de la politique. L’arrière des Rouge et Noir sera candidat suppléant lors de ces législatives sur la 3e circonscription de la Haute-Garonne, aux côtés de Laurence Arribagé, l’adjointe au maire de Toulouse et par ailleurs présidente départementale des Républicains. Plus d'infos, ci-dessous  : 

 

10h29 : Rachel Kéké, « guerrière » et femme de chambre, bientôt à l’Assemblée ?

Rachel Kéké, qui a mené la plus longue grève de l’histoire de l’hôtellerie à l’hôtel Ibis Batignolles, se présente pour la Nupes dans la 7e circonscription du Val-de-Marne. Voici son portrait par notre journaliste à paris, Aude Lorriaux



 

10h24 : Le Burkini est une « inacceptable provocation communautaire »

La polémique continue d’enfler autour du burkini. Gérald Darmanin a qualifié mardi d'« inacceptable provocation communautaire » l’autorisation du port de ce maillot de bain dans les piscines municipales de Grenoble.



Le conseil municipal de Grenoble, dirigé par le maire écologiste Eric Piolle, a en effet validé lundi par une courte majorité une modification du règlement intérieur des piscines se traduisant par l’autorisation du port du burkini. Pour en savoir plus c’est ci-dessous :

 

10 heures : C'est quoi cette histoire de nuance politique Nupes ?

Jean-Luc Mélenchon, qui ambitionne le poste de Premier ministre en cas de victoire, envisage un recours auprès du Conseil d'Etat à cause de la façon dont le ministère de l'Intérieur a enregistré la nouvelle alliance des gauches pour les élections législatives. Décryptage avec Romarik Le Dourneuf

 

9h12 : Guerini encense Borne sur France Info

Sur France Info ce matin, Stanislas Guerini a estimé qu’Elisabeth Borne incarnait « parfaitement les priorités de ce quinquennat qui s’ouvre ». Concernant l’affaire des étiquettes Nupes non prises en compte, le délégué général de Renaissance (ex-LREM) a estimé que c’était du « cinéma ». « Les télévisions et les radios feront bien ce qu’elles veulent pour présenter les résultats », a déclaré Stanislas Guerini. « Vous voyez bien que ceux qui protestent, ce sont les "insoumis". Cela montre la volonté hégémonique de Jean-Luc Mélenchon », a ajouté Stanislas Guerini.



 

9h08 : « La tâche qui nous attend est immense »

Elisabeth Borne a assisté ce mardi à la réunion de groupe des députés de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Elle s’y est exprimée sur les législatives : « Je vois que vous êtes tous sur le terrain pour porter notre projet. Je suis aussi en campagne, je le dis, je continue cette campagne ! »

« Le président a été élu sur un programme clair et ambitieux. Pour le porter, il nous faut une majorité la plus large possible. La tâche qui nous attend est immense », a également lancé Elisabeth Borne aux députés de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. « Vous pouvez compter sur moi pour qu’on continue cette méthode de travail étroit entre la majorité et le gouvernement », a promis la fraîchement nommée à Matignon. 

Elisabeth Borne a ensuite déjeuné avec Emmanuel Macron à l'Elysée.

8h57 : Ira, ira pas ?

Fidèle à ses habitudes, Emmanuel Macron a pris son temps. Réélu le 24 avril dernier, le chef de l’Etat n’avait encore rien dévoilé de son futur gouvernement. Mais le suspense a commencé à prendre fin ce lundi avec la démission de Jean Castex. En début de soirée, Elisabeth Borne a été nommée à Matignon pour lui succéder. L’ancienne ministre du Travail aura pour première tâche de trouver les bons profils pour former le gouvernement. Et enfin en finir avec l’interminable attente du personnel politique, qui guette depuis trois semaines le moindre signe pour connaître son avenir. Dans ce moment de flottement, propice aux rumeurs, les dernières heures d’attente sont difficiles pour les équipes sortantes comme pour les ministres pressentis. A lire, ce chouette papier « ambiance » de notre journaliste politique Thibaut Le Gal :



 

8h50 : Le prochain Conseil des ministres, c'est pour quand ?

Le premier Conseil des ministres du nouveau quinquennat n'aura pas lieu avant jeudi.

8h49 : Elisabeth Borne attendue vendredi dans le Calvados

La nouvelle cheffe de la majorité présidentielle est attendue ce vendredi dans la 6e circonscription du Calvados, où elle est candidate, nous chuchote France Info ce matin. « Cette visite de "terrain"de trois jours, jusqu’à dimanche, est conditionnée à la tenue du premier Conseil des ministres », assurent nos confrères.

8h46 : L’ancienne « techno » joue sa peau

Dans l’enfer de Matignon et bientôt dans l’arène électorale. Elisabeth Borne a été nommée lundi soir Première ministre par Emmanuel Macron. L’ancienne ministre du Travail a désormais quelques heures pour composer son gouvernement et s’atteler aux premières réformes, notamment la mise en œuvre du chèque alimentaire dans un contexte de forte inflation. Mais elle devra en parallèle mener la bataille des élections législatives, prévues les 12 et 19 juin prochains. Un défi à hauts risques d’autant que sur ce scrutin, l’ancienne « techno » joue sa peau. Le reste est à lire ci-dessous, sous la plume de  Thibaut Le Gal :



 

8h41 : Borne to be… dans le Calvados

Lors de sa passation de pouvoirs avec Jean Castex, Elisabeth Borne a cité la « situation internationale » et le « défi climatique et écologique » comme priorités. Elle sera aussi chargée de mener la bataille des législatives pour obtenir une majorité à l’Assemblée et devrait « maintenir sa candidature dans la 6e circonscription du Calvados ». L’adversaire de la Nupes d’Elisabeth Borne dans cette circonscription a dénonceé lundi, dans un communiqué, le « bilan désastreux » qu’elle « partage » avec Emmanuel Macron. « Je lui ferai face », a promis Noé Gauchard sur Twitter.



 

12 heures : « Mettre à la retraite la Première ministre dès le mois de juin »

« Affronter la Première ministre est un beau symbole, mais ça ne change rien sur le fond de notre campagne, nos propositions restent les mêmes », a confié Noé Gauchard, ce mardi matin, à 20 Minutes. « On continue à défendre un projet en complète opposition à celui d’Emmanuel Macron. On souhaite donc mettre à la retraite sa Première ministre dès le mois de juin, que son mandat soit le plus court possible. Car Elisabeth Borne incarne le pire des cinq dernières années du macronisme : la privatisation progressive de la RATP, la réforme SNCF, l’inaction climatique et la terrible assurance chômage. C’est aussi le pire des cinq années à venir, avec la retraite à 65 ans », a jouté l’adversaire de la Nupes d’Elisabeth Borne dans le Calvados. Et de conclure : « Ce sera quatre semaines intenses de campagne. Les électeurs vont pouvoir voter contre la Première ministre, qui s’est trouvée récemment des racines dans le Calvados. »

8h39 : Les jeunes, « une génération plus à gauche »

« Plus les générations sont récentes, plus elles ont des valeurs "de gauche" », analyse la Fondation Jean-Jaurès qui qualifie l’électorat jeune « de première importance pour la gauche, tant il lui est structurellement favorable », dans une note publiée mercredi.

L’étude met en lumière un rapport de force favorable à la gauche au sein des jeunes générations qui s’est « particulièrement vérifié lors du premier tour de la dernière présidentielle », alors que les 18-24 ans ont voté à 36 % pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle, 14 points de plus que l’ensemble de la population. « Ce que l’on observait pour la précédente présidentielle se retrouve également dans les intentions de vote pour le premier tour des législatives », analyse la note rédigée par Antoine Bristielle, directeur de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès.

8h23 : Si vous avez loupé la journée politique de mardi

Voici notre récap, enfin notre live de la journée. Vous y trouverez tous les échos de la campagne des législatives et surtout, le direct de la passation de pouvoir entre Jean Castex et Elisabeth Borne.

 

8h15 : Allez, comme d'hab', on fait le point sur l’agenda des législatives

La date limite pour le dépôt des candidatures ?

Les candidats peuvent déposer en préfecture un double exemplaire de leur déclaration de candidature jusqu'au 20 mai, à 18 heures. Une déclaration similaire doit être remplie pour le suppléant, qui est la personne qui serait appelée à lui succéder en cas de vacance du siège. Pour pouvoir accéder au second tour, il faut avoir rassemblé au moins 12,5 % des électeurs inscrits lors du premier tour. Les dossiers de candidatures sont à déposer en préfecture avant le mardi 14 juin, à 18 heures.

La date de l’ouverture de la campagne officielle ?

C’est le deuxième lundi qui précède la date du scrutin, soit le 30 mai pour le premier tour. En France métropolitaine, elle se terminera le vendredi 10 juin, à minuit.

La date du premier tour pour les Français de l’étranger et de Polynésie ?

Les Français de l’étranger sur le continent américain, ainsi que ceux des Caraïbes, se rendront le samedi 4 juin, dans l’isoloir. Pour les autres ressortissants français de l’étranger, ainsi que pour les habitants de Polynésie française, le premier tour aura lieu le dimanche 5 juin, selon le site de site de la diplomatie française.

Les dates des deux tours ?

Près de 48 millions de Français seront appelés aux urnes, dimanche 12 juin, pour le premier tour des législatives et le dimanche 19 juin, pour le second tour. Certains territoires d’Outre-mer voteront la veille des premier et second tours, les 11 et 18 juin.

La date du début de la nouvelle législature à l’Assemblée nationale ?

L’Assemblée nationale entrera en fonction le 22 juin. Le mardi 28 juin, les nouveaux députés commenceront à siéger dans l’hémicycle. Ils éliront alors le président de l’Assemblée nationale, qui succédera à Richard Ferrand. Et c’est seulement le 29 juin que la composition des huit commissions permanentes et du bureau de l’Assemblée nationale sera connue.

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau live de la rédaction de 20 Minutes consacré aux événements politiques 2022. Au programme : toutes les news sur les tractations entre les partis à l'approche des législatives, les candidats déclarés, les programmes, les petits tacles bien sentis (ou pas) et les premiers pas d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre. Pour ne rien louper des échos politiques, restez connectés avec nous jusqu’au 19 juin !