Législatives 2022 : « A gauche, fan-club ! », Eric Zemmour en opération communication millimétrée sur le marché de Sainte-Maxime

REPORTAGE Pour sa première sortie médiatique de campagne sur le marché de Sainte-Maxime, le candidat aux législatives Eric Zemmour a rencontré des militants et commerçants acquis à sa cause

Mathilde Ceilles
— 
Eric Zemmour sur un marché de Sainte-Maxime pendant la campagne des élections législatives de 2022
Eric Zemmour sur un marché de Sainte-Maxime pendant la campagne des élections législatives de 2022 — Mathide Ceilles / 20 Minutes
  • Au lendemain de sa déclaration de candidature aux législatives dans la quatrième circonscription du Var, Eric Zemmour a arpenté les allées du marché de Sainte-Maxime, dans le VAR.
  • Une opération communication millimétrée visant à démontrer la popularité du candidat parachuté dans cette terre électorale où il a enregistré un très bon score lors de la présidentielle.
  • Ses équipes avaient au préalable quadrillé le terrain, et des militants et autres sympathisants acquis à sa cause se sont rendus sur place pour enchaîner les selfies sous l’œil des caméras.

De notre envoyée spéciale à Sainte-Maxime (Var),

Quoi de mieux qu’un marché, en l’occurrence celui de Sainte-Maxime, dans le Var pour des échanges spontanés avec les électeurs, surtout pour un candidat à la députation, en l’occurrence Eric Zemmour, qui n’a aucun ancrage local ? Pour sa première sortie médiatique de campagne des  législatives en tant que candidat dans cette quatrième circonscription du Var, Eric Zemmour s’est offert un bain de foule aux contacts de ses électeurs, entre deux barquettes de fraises.

L’image qui en ressort est plutôt flatteuse : l’ancien candidat à la présidentielle pour Reconquête ! enchaîne les selfies, les encouragements et les marques d’admiration des « badauds ». « Moi, dans cette campagne, je veux pas seulement qu’on voie qu’Eric Zemmour est un type exceptionnel, mais qu’il est aussi souriant et proche des gens », s’enthousiasme Marc-Etienne Lansade, maire de Cogolin et probable suppléant d’Eric Zemmour pour ce scrutin.

« Il faut qu’on remplisse un maximum de gens de chez nous »

Entre deux choux et trois tomates, il faut toutefois tendre l’oreille pour rapidement se rendre compte que la déambulation dite spontanée du candidat est en réalité très quadrillée, et les badauds, pas vraiment là par hasard. « Attention, il arrive, lance un militant Reconquête, alors qu’Eric Zemmour s’approche du marché couvert de Sainte-Maxime. Il faut qu’on remplisse un maximum de gens de chez nous à l’intérieur ! »

« A gauche et à droite, fan-club ! », lance à plusieurs reprises Marc-Etienne Lansade à l’intention d’Eric Zemmour, qui suit à la lettre les instructions de ses équipes sur les commerçants et autres « clients » du marché auxquelles s’adresser. Vendeur de produits réalisés à base de CBD, Philippe attend ainsi sagement son tour derrière son stand, sous l’œil des caméras « Deux personnes sont passées plus tôt ce matin pour me demander ce que je pensais du fait qu’Eric Zemmour s’arrête me parler, confirme le commerçant. Moi, j’ai dit OK. Ça ne me dérange pas. »

« Il me fallait une implantation politique »

« Monsieur Zemmour, on peut faire un selfie ? », lance un homme un peu plus loin. « Son fils travaille à la mairie de Cogolin », souffle Marc-Etienne Lansade. « Je suis une sympathisante de Roquebrune-sur-Argens, et je suis venue le voir car j’ai vu sur Amstagram (sic) qu’il était là », s’exclame Dominique. Une popularité enregistrée sur pellicule, pour faire oublier qu’Eric Zemmour est un parachuté dans une circonscription plutôt favorable mais avec laquelle il n’a aucun lien ? Au premier tour de la présidentielle, Eric Zemmour avait convaincu à Sainte-Maxime 17,38 % des électeurs, soit un score nettement supérieur à la moyenne nationale. « Je veux qu’il fasse comme moi, poursuit Marc-Etienne Lansade. Pendant quarante ans, je suis venu en vacances ici. Et puis un jour, j’ai posé mes valoches. Je me suis installé six mois avant les municipales. Je ne connaissais pas Cogolin. Et j’ai été élu maire. »

« S’installer dans le Var ? Pourquoi pas, lance Eric Zemmour, qui, pendant cette campagne, vit chez le maire de Cogolin. On verra bien. Il me fallait une implantation politique avec des gens qui ont des convictions. J’aime le Var et j’aime les Varois. » « La notoriété ne fait pas forcément l’élection, peste Philippe Lottiaux, candidat RN investi face à Eric Zemmour, Moi, j’étais un peu surpris, pour quelqu’un qui parle quotidiennement d’enracinement, de le voir arriver de Paris dans le Var. Après tout, chacun fait comme il veut. Et puis vous savez, il y a beaucoup de gens qui veulent travailler sur leurs lieux de vacances… »

Un agacement qui s’explique aisément quand on jette un regard sur les chiffres. Dans cette circonscription détenue pour l’heure par LREM, sur une terre historiquement de droite, Marine Le Pen est arrivée pour la première fois en tête au second tour de l’élection présidentielle, avec plus de 30 % des voix par exemple à Sainte-Maxime.