Législatives 2022 : « Apéro » à Marseille pour Jean-Luc Mélenchon, meeting sur la plage pour Eric Zemmour...

ELECTIONS Retrouvez toutes les infos sur les élections législatives 2022 du jeudi 12 mai, à moins d'un mois du premier tour

Marion Pignot
— 
Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon avaient déjà vivement débattu lors d'une rencontre sur BFMTV en septembre 2022.
Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon avaient déjà vivement débattu lors d'une rencontre sur BFMTV en septembre 2022. — JEANNE ACCORSINI/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Les 12 et 19 juin, les Français et les Françaises éliront les 577 députés de l’Assemblée nationale. A l'heure actuelle, il y a 380 candidats investis par la Nupes, 569 investis ou soutenus par le Rassemblement national.
  • Ça y est ! Eric Zemmour, président du parti d'extrême droite Reconquête !, est candidat aux législatives dans la 4e circonscription du Var.
  • Depuis quelques jours tous les regards se tournent vers la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône. Et pour cause : c’est celle qui a propulsé Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale, en 2017. Or, depuis plusieurs semaines, l’ancien candidat à l’élection présidentielle laisse planer le doute sur une nouvelle candidature aux législatives à Marseille. Réponse aujourd'hui.

A VOIR

A LIRE

 

Ce live est maintenant terminé. Merci à tous de l’avoir suivi avec nous. On se retrouve demain pour de nouvelles aventures politiques.
17h23 : « Des commérages et des accusations infondées », selon Nathalie Elimas

Dans un communiqué, Nathalie Elimas explique les raisons pour lesquelles elle a décidé de maintenir sa candidature à sa réélection. La députée sortante du Val-d’Oise (MoDem) a quitté son poste au gouvernement en mars, après avoir été visée par une enquête administrative pour « harcèlement moral ». Dans ce communiqué, Nathalie Elimas assure que la majorité présidentielle lui a préféré Estelle Folest « sur la base de commérages et d’accusations infondées ». « Je constate que de très nombreux candidats investis sont soit mis en examen, soit condamnés. Ce n’est pas mon cas. Une seule plainte a été déposée : par moi. Pour dénonciation calomnieuse. A ma connaissance, aucune enquête n’a été ouverte [contre elle]. Ce qui fait pour le moins planer un doute sur la morale des censeurs donneurs de leçons qui président aux commissions d’investiture… », explique l’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’éducation prioritaire.

Nathalie Elimas assure également maintenir son « soutien loyal » à Emmanuel Macron.

17h21 : Jean-Luc Mélenchon à l’apéro

Le leader insoumis, qui a souligné dimanche qu’il se préparait « plutôt à l’idée d’être Premier ministre qu’à l’idée d’être de nouveau député », sera jeudi soir à un « apéro » de l’Union populaire à Marseille. Un "apréo" accompagné d’un direct sur Youtube dès 19h45.


 

17h20 : Eric Zemmour en meeting ce soir

« Reconquête est de retour partout en France. Je mènerai notre beau et grand combat aux côtés de nos 550 candidats. Je me présente dans la 4e circonscription du Var », a tweeté Eric Zemmour jeudi, lui qui avait recueilli 7,07 % des voix à la présidentielle.

Pour expliciter son choix, l’ancien éditorialiste du Figaro et de CNews tiendra un meeting sur une plage à Cogolin (Var) à 18 heures.


 

16h49 : « En se présentant, Eric Zemmour court un risque », selon Jean-Marie Le Pen

« En se présentant, Eric Zemmour court un risque : un score médiocre pourrait définitivement l’écarter de la scène politique », a estimé ce jeudi auprès de l’AFP l’ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen, qui était favorable à une entente entre le RN et Reconquête !.

Au RN, Jean-Philippe Tanguy, ancien directeur de campagne adjoint de Marine Le Pen et lui-même candidat dans la Somme, dénonce la « candidature hors sol » d’Eric Zemmour. « C’est très tardif et une campagne ça se prépare, il faut connaître le territoire », insiste ce cadre du RN.

S’il « se présente, il part au carton », avait aussi commenté le président du RN Jordan Bardella mercredi.

16h37 : Reconquête! présente des candidats jeunes

Pour les législatives, Reconquête! présente des candidats jeunes, issus pour la plupart de la société civile. Parmi eux, figure Damien Rieu, cofondateur du groupuscule d'ultra-droite dissous Génération identitaire, ou Patrick Jardin, père d'une victime des attentats du 13 novembre 2015, ainsi que le policier Bruno Attal.

L'ancien gilet jaune Benjamin Cauchy se lance pour sa part dans l'Aisne.

16h26 : Prison ferme pour le député El Guerrab

Le député ex-LREM M’jid El Guerrab a été condamné jeudi à Paris à un an de prison ferme et deux ans d’inéligibilité pour l’agression de l’ancien responsable socialiste Boris Faure en 2017, une décision dont il « va faire appel », selon son avocat.

Le tribunal judiciaire a prononcé une peine de trois ans d’emprisonnement dont un ferme, aménagé en détention à domicile avec un bracelet électronique, et une peine complémentaire de deux ans d’inéligibilité.

15h33 : La Nupes en tête

Selon un sondage Ifop, la Nupes recueillerait 28% des voix aux législatives, suivie de près par la majorité présidentielle (27%) et le Rassemblement national (22%). 


 

15h07 : « Je continuerai d’agir pour mon pays », lâche Olivier Véran

« Je continuerai d’agir pour mon pays. » Tels ont été les mots d’Oliver Véran ce midi sur France Info. L’actuel ministre de la Santé a ainsi ouvert la porte à son maintien au gouvernement à quelques jours du remaniement annoncé. « Si d’autres missions me sont confiées, parlementaires ou ministérielles, je continuerai d’agir pour mon pays », a précisément avancé celui qui fait partie des 18 membres du gouvernement à se présenter pour les législatives.

15h04 : Hubert Falco déplore la candidature d’Eric Zemmour

« J’en appelle à la responsabilité de chacun pour ne pas faire l’erreur de se diviser, et pour savoir s’unir afin que ce cœur de notre département continue à battre au rythme d’un Var ouvert sur l’avenir sachant rester uni et solidaire », déclare dans un communiqué Hubert Falco, qui soutient Emmanuel Macron. Et le maire de Toulouse, qui explique avoir eu un « haut-le-cœur » après l’annonce de la candidature d’Eric Zemmour, de souligner l’importance de donner une « majorité solide » au chef de l’Etat.

14h46 : Eric Zemmour relaxé en appelLa relaxe d'Eric Zemmour est confirmée en appel dans l'affaire sur Pétain « sauveur » des juifs. Pour en savoir plus c'est par ici :

 

14 heures : « Les électeurs de centre gauche », l’enjeu clé

Le comportement des « électeurs de centre gauche » face à l’alliance autour de Jean-Luc Mélenchon est l’un des enjeux clés des législatives des 12 et 19 juin, estime le professeur de sciences politiques Olivier Rozenberg, du Centre d’études européennes de Sciences Po. « Le bloc autour d’Emmanuel Macron est avantagé par le mode de scrutin, car il est sortant et central. A l’inverse, le Rassemblement national, qui refuse toute alliance de premier tour, est isolé. Comme d’habitude, ils vont souffrir. Le bloc de gauche est entre les deux. La démarche de Jean-Luc Mélenchon n’est pas complètement absurde. Il a un coup à jouer, même s’il n’est pas certain qu’il obtienne un résultat à la hauteur de ses espérances », répond l’expert à la question de savoir si trois blocs du premier tour de la présidentielle peuvent se retrouver aux législatives. Et d’ajouter : « Le vrai enjeu, c’est le comportement des électeurs de centre gauche qui n’adhèrent pas au bilan d’Emmanuel Macron. Si le candidat unique de la gauche est un LFI ou communiste, vont-ils voter pour lui, ne pas se déplacer ou finalement soutenir un macroniste ? Beaucoup hésitent. »

12h27 : Une charte pour veiller au grain

« Face au risque d’une majorité divisée, la macronie veut s’éviter tout débordement. Les futurs parlementaires vont devoir s’engager à "soutenir l’ensemble des engagements d’Emmanuel Macron" et à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée : MoDem, Horizons ou Renaissance (ex-LaREM) », explique BFMTV. Pour éviter toute tentation de fronde, la majorité fait signer une charte à ses futurs députés. La voici :


 

11h41 : LR doit rester une force d'« opposition » indépendante, selon Larcher

Les Républicains (LR) doivent rester une force d'« opposition » indépendante et ne pas se fondre dans la majorité présidentielle dont ils deviendraient « la cinquième roue », a exhorté jeudi Gérard Larcher, président LR du Sénat.

Après la présidentielle, où au premier tour « près de 60 % de nos concitoyens ont voté pour des candidats qu’on peut qualifier de "protestataires", (…) est-ce qu’on imagine l’opposition à l’Assemblée nationale incarnée simplement par LFI ou le Rassemblement national ? Je dis non : il y a la place pour une opposition d’une droite républicaine alliée à l’UDI et aux centristes. C’est indispensable pour la démocratie », a-t-il souligné sur France Info.


 

11h39 : Coalition et comptabilité

La constitution des coalitions de partis pour les législatives est aussi l’objet de petits calculs pour les gros sous. Dans la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), LFI se taille la part du lion en circonscriptions et en aides qui en découlent. Pour la majorité présidentielle, c’est la confédération « Ensemble ! » qui disposera d’une seule et même association de financement et la répartira entre les différents partis.

« C’est vrai que ça crée un lien de soumission. L’indépendance financière peut te donner des ailes politiques », convient une conseillère de l’exécutif.

« Les sommes à verser sont déterminées pour cinq ans », a précisé Stanislas Guerini, délégué général de LREM. L’UMP fonctionnait ainsi avec le parti radical valoisien, ou le PS avec le PRG.

11h29 : Sale histoire sous le soleil

Nouvelle épreuve pour les fanas d'Un si grand soleil. Le feuilleton de France 2 sera de nouveau mis en pause à compter du 30 mai prochain, rapporte Puremédias. La cause ? La campagne audiovisuelle des législatives qui prendra la case horaire de la série sur la chaîne. Et cette déprogrammation devrait durer plusieurs semaines…

11h26 : Eric Zemmour candidat dans le Var, à Saint-Tropez

L'ancien candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour (Reconquête!) se présente aux législatives dans la 4e circonscription du Var, celle de Saint-Tropez, a indiqué son entourage jeudi, confirmant une information de Var Matin.

Eric Zemmour tiendra un meeting ce jeudi soir à Cogolin, à 18 heures. Le président du parti Reconquête! avait obtenu 14,7% des voix au premier tour de la présidentielle dans cette circonscription, contre 32,2% pour Marine Le Pen et 24,1% pour Emmanuel Macron. Il aura face à lui un candidat du RN.

11h10 : Parité, gare au malus

Les coups de canif à la parité, c'est-à-dire si l'écart entre le nombre de candidats de chaque sexe dépasse 2% du nombre total de candidats, ont des conséquences directes sur le montant de l'aide versée par l'Etat. Pour la période 2017-2022, c'est LR qui a été le plus pénalisé avec par exemple en 2021 un malus de 1,78 million euros, loin devant LFI pénalisée à hauteur de 252.000 euros.

11 heures : Prime au vainqueur

« Le parti qui remporte l’élection législative va vivre très bien. Il y a un effet de double victoire », souligne le chercheur Abel François, co-auteur de l’ouvrage Le financement de la vie politique. Sous la législature 2017-2022, c’est LREM qui a remporté la mise, en captant près d’un tiers de l’aide publique totale.


Pour 2021, le parti présidentiel a récolté un peu plus de 10 millions d’euros pour la première fraction de l’aide publique et près de 11 millions pour la seconde, en revendiquant 272 députés et 20 sénateurs. Loin devant LR, deuxième parti à récolter le plus d’aides publiques, avec un total de 14,7 millions d’euros.

« Pour le parti qui perd, il y a une double peine démocratique et financière avec des chutes de revenus très importantes » comme pour le PS en 2017. « Il est difficile de relancer une machine quand vous avez perdu », observe Abel François.

10h57 : Les sources de financement

Le financement public est la ressource principale des partis. Les élections législatives en sont le pivot au moyen d'un système à double niveau. Une première aide est versée aux partis qui ont présenté des candidats ayant obtenu au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions. Chaque voix rapporte 1,64 euro par an. L'autre aide est versée aux partis auxquels s'est rattaché au moins un député ou sénateur. Chaque parlementaire rapporte 37.200 euros par an.

10h51 : « Ce n'est pas une revanche »

L'ancien premier adjoint de Roland Ries, Alain Fontanel, sera la tête de liste de Renaissance dans la 1re circonscription du Bas-Rhin. Thibaut Gagnepain, notre collègue de Strasbourg, nous en dit plus sur cette candidature : 

 

10h32 : Député et/ou Premier ministre ?

Jean Castex, François Fillon et cinq autres chefs de gouvernement de la Ve République n’étaient pas députés lors de leur nomination, alors que Jean-Luc Mélenchon lorgne sur le poste en cas de victoire de la gauche rassemblée aux élections de juin. Faut-il obligatoirement être député pour être nommé Premier ministre ? Réponse avec Maïwenn Furic, de notre rubrique « Fake off ».

 

10h24 : C'est l'heure du podcast

Emmanuel Macron réélu président de la République, aura-t-il une majorité En Marche à l'Assemblée nationale ? Les candidats du Rassemblement national de Marine Le Pen, arrivée seconde à la présidentielle, réussiront ils à former le groupe d'opposition majoritaire dans l'Hémicycle ? Jean-Luc Mélenchon, de la France insoumise, deviendra-t-il Premier ministre, comme il l'espère ? Les élections législatives des 12 et 19 juin 2022 le diront, ou non. En regardant les résultats des dernières législatives, un bon score à la présidentielle ne promet pas de performer aux législatives. Pourquoi? On en parle dans cet épisode de Minute Papillon! avec la chercheuse Christèle Lagier, maîtresse de conférences de science politique à l’université d’Avignon.

10h01 : Les mesures de soutien au pouvoir d'achat attendront après les législatives

Très attendu sur la question du pouvoir d’achat, sujet d’inquiétude des Français avec la hausse des prix et thème majeur de l’élection présidentielle, le gouvernement avait deux options. La première, présenter un projet de loi de finances rectificative contenant un paquet de mesures avant le 12 juin, afin d’occuper le terrain social durant la campagne des législatives. Ou bien attendre de connaître la composition de la future Assemblée, et donc la marge de la majorité présidentielle, pour ajuster le texte si besoin.

C’est la deuxième stratégie qui a été préférée, si l’on en croit Gabriel Attal. « Ce texte est déjà travaillé, préparé et sera présenté dans la foulée des élections législatives pour être adopté très rapidement », a indiqué le porte-parole à la sortie du Conseil des ministres. Pour plus de détails, c'est par ici :

 

 

9h37 : Bataille fratricide dans le Vaucluse

Si Reconquête ! a parachuté le président des Jeunes avec Zemmour dans le Vaucluse, le parti de l’ex-éditorialiste et le RN présentent dans ce département des candidats qui ont pour habitude de travailler ensemble. Cet affrontement fratricide peut-il laisser des traces ? Réponse avec notre collègue de Marseille, Alexandre Vella 

 

9h25 : L’environnement, première préoccupation des jeunes pour les 5 ans à venir

Emmanuel Macron conservera-t-il sa majorité ? La Nupes permettra-t-elle à Mélenchon d’obtenir le poste de Premier ministre qu’il convoite ? Reconquête ! aura-t-il des sièges ? La campagne pour les législatives bat son plein et cette actualité captive les jeunes. 84 % des 18-30 ans se disent intéressés par ces élections, dont 49 % « très intéressés », d’après notre dernière étude #MoiJeune*. Revue des chiffres par ici


 

9h10 : Des législatives «fortement indexées sur le résultat de la présidentielle»

Depuis l'avènement du quinquennat en 2002, les législatives «ont perdu leur autonomie et sont très fortement indexées sur le résultat de la présidentielle», a expliqué ce mercredi à l'AFP Frédéric Dabi, de l'Ifop. Denys Pouillard, de l'Observatoire de la vie politique et parlementaire, estime aussi «que l'on va vers une majorité» reconduite pour le président de la République. «Mais le dosage reste une question» au sein d'une majorité macroniste qui va d'une aile gauche à des transfuges de la droite classique, ajoute-t-il.

Incertitudes à gauche aussi, où l'électorat de tradition social-démocrate, «qui ne veut pas entendre parler du programme de Jean-Luc Mélenchon, pourrait bien aller vers la République en marche», ajoute-t-il. Sans compter des candidatures «dissidentes» à gauche, qui pourraient faire trébucher des candidats de la Nupes.

A droite, LR, sonné par la débâcle de Valérie Pécresse à la présidentielle (4,78%), compte sur son solide réseau d'élus territoriaux. Et espère ramener au bercail sa frange la plus conservatrice séduite par l'extrême droite, mais aussi enrayer les départs d'élus vers le camp présidentiel.

9 heures : Vers la fin de la redevance audiovisuelle

Petit écart pour vous parler redevance télé. Le gouvernement souhaite supprimer la redevance audiovisuelle dès cette année, dans le cadre des mesures de soutien au pouvoir d’achat des ménages, selon le compte rendu du Conseil des ministres de mercredi.

« La contribution à l’audiovisuel public sera supprimée de manière pérenne dès cette année et le financement de l’audiovisuel public sera assuré dans le respect de l’objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d’indépendance des médias », indique le gouvernement, dans la retranscription d’une communication du ministre de l’Economie Bruno Le Maire lors du Conseil des ministres.

C’est toujours bon à savoir.

8h45 : Julien Aubert « intéressé » par la présidence des Républicains

Le député LR Julien Aubert s’est dit jeudi « intéressé » par la présidence des Républicains, alors que Christian Jacob quittera son poste après les élections législatives de juin. « Oui, la présidence des Républicains m’intéresse. Pour ma génération, il y a une ardente obligation de prendre part à la reconstruction de la droite », a déclaré celui qui brigue un second mandat de député du Vaucluse dans une interview au Figaro.


8h30 : 310 et 350 sièges pour le camp macroniste ?

Les candidats de la Nupes recueilleraient au premier tour 28% des voix, contre 27% pour ceux du camp présidentiel, 22% pour ceux du RN et 11% pour les LR et leurs alliés UDI et centristes, selon un sondage Ifop Fiducial pour LCI. Mais après la réélection confortable d'Emmanuel Macron (58,5%), nombre d'analystes et même d'opposants s'attendent à ce qu'il conserve une majorité à l'Assemblée nationale autour de la troïka En Marche, MoDem, Horizons.

Mode de scrutin majoritaire à deux tours aidant, le camp macroniste raflerait au final entre 310 et 350 sièges, contre 135 à 165 pour la Nupes, et 20 à 40 pour le RN, selon une projection de l'institut Opinionway.

8h28 : Reconquête! presque partout

Reconquête! d'Eric Zemmour présentera des candidats presque partout, le RN ayant refusé de faire alliance. L'autre ex-candidat d'extrême droite à la présidentielle maintient le suspense sur sa propre participation.

8h27 : Le Pen candidate dans le Pas-de-Calais

Marine Le Pen, à nouveau candidate dans le Pas-de-Calais et forte d'un score inédit pour l'extrême droite au second tour de la présidentielle (41,5%), souhaite un groupe parlementaire le plus étoffé possible, mais sans se risquer à un pronostic chiffré.

 

8h26 : Mélenchon ne devrait pas briguer de mandat lui-même

Pour rappel, Jean-Luc Mélenchon, figure de proue de la gauche réunie dans la Nupes (Nouvelle union populaire, écologique et sociale), se verrait bien en Premier ministre de cohabitation. Mais il ne devrait pas briguer de mandat lui-même.

8h25 : Dix-neuf membres du gouvernement sortant tentent leur chance

Des macronistes en force, une gauche réunie, le RN à l'offensive: à un mois du premier tour des législatives, les écuries politiques sont en place pour tenter de décrocher le Graal de la majorité ou, à défaut, un rôle de premier opposant sur les bancs du Palais Bourbon.

Après des semaines de tractations parfois houleuses, les trois blocs ont aligné leurs candidats - vieux routiers ou néophytes - sur la plupart des 577 circonscriptions en jeu les 12 et 19 juin. Pas moins de 19 membres du gouvernement sortant - dont Gérald Darmanin (Intérieur), Elisabeth Borne (Travail) ou Jean-Michel Blanquer (Education) - tentent leur chance.

8h20 : La CGT pour un « bloc de députés progressistes, le plus important possible »

La CGT appelle mercredi à la constitution d’un « bloc de députés progressistes, le plus important possible » lors des législatives de juin, tout en soulignant que « rien ne se fera » sans mobilisation « forte » du monde du travail, qu’elle invite à faire grève en septembre.

Saluant « l’indispensable rassemblement des organisations politiques progressistes », la CGT estime dans un texte adopté par son Comité confédéral national (CCN) que « cette démarche inédite est de nature à donner confiance aux salariés, actifs, privés d’emploi, retraités et à la jeunesse ».

8h15 : Si vous n'avez pas suivi la journée politique de mercredi

Voici notre récap'

 

8h10 : Pour Lambert, c'est fini

Au PS, le député sortant de Charente-Maritime Jérôme Lambert, critiqué par EELV et LFI notamment pour son vote contre le mariage pour tous, n'aura pas son investiture non plus, a indiqué le PS à l'AFP, confirmant une information du magazine Têtu.

8 heures : LFI ouvre une enquête interne sur Taha Bouhafs

Pour rappel, la France insoumise a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête interne après des accusations de violences sexuelles à l’encontre du journaliste controversé Taha Bouhafs, qui avait retiré mardi sa candidature aux législatives à Vénissieux en dénonçant des « attaques sans précédent ».

Ce nouveau rebondissement intervient alors que LFI vient de dévoiler la quasi totalité de ses candidats sur les 328 circonscriptions qui lui sont dévolues dans le cadre de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) avec le PS, EELV et le PCF.

 

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau live de la rédaction de 20 Minutes consacré aux élections législatives 2022. Au programme : toutes les news sur les tractations entre les partis, les candidats déclarés, les programmes et les petits tacles bien sentis (ou pas). Pour ne rien louper de ces nouvelles échéances électorales, restez connectés avec nous jusqu’au 19 juin !